Des bulles, des planches et des coups de crayon. « L’évasion : Journal d’un condamné »… Le titre est équivoque, les dessins sont satiriques ! La bande dessinée sortie en 2012 relate les aléas du milieu carcéral d’après l’expérience de son auteur.
Berthet One, à 38 ans paye sa dette et laisse son empreinte sur les planches. Il met en scène son parcours, sa réinsertion avec en prime : le neuvième art. On suit le protagoniste, l’auteur dans ses déboires du quotidien. Les bulles sont remplies dans un style reprenant les codes du graffiti… Les cases sont quant à elles imprégnées dans la caricature nous rappelant ses influences : El diablo (Lascars) et le regretté Cabu. La BD évolue dans univers hip-hop où cohabite le second degré. Les thèmes s’enchaînent dans un ordre chronologique : qui suis-je, vivre ensemble, les fous… C’est une façon de mettre en lumière les différents acteurs de ses murs.
Avec « Coffre ou caler », Berthet nous explique que certains frôlent les interdits vis-à-vis des téléphones portables. Il y a différentes méthodes et elles nous entraînent dans des scènes cocasses… Le portable coffré dans son derrière pour passer l’étape des fouilles… comme il le mentionne fièrement : « Coffrer… C’est plus sûr… Mais… Faut être équipé pour !!! » Tout est une question d’argument ! Alors que caler c’est le poser entre les fesses.
Vive la liberthet, les frangins, mama
Août 2015 il récidive de plus belle ! Au lendemain de la vie, il y a la mort… Après la prison, « s’encre » la vie, la « liberthet » comme l’auteur aime si bien le définir. « L’évasion Tome 2 : vive la liberthet », le titre prend tout son sens puisqu’il s’agit cette fois-ci d’illustrer le quotidien après la case prison. Une fois n’est pas coutume avec cet album Berthet revient avec la même formule, mais en affichant différents thèmes : vive la liberthet, les frangins, mama…
Le parloir fantôme, il se met dans la peau de ces femmes de détenus qui joignent les deux bouts comme elles peuvent : les frais de l’avocat, les mandats, les allers-retours au parloir, s’occuper du foyer, travailler… Comme l’illustre Berthet, il arrive qu’un jour, elles ne se présentent plus au parloir. Un détenu réconforte son camarade : « Ta meuf n’est pas venue au parloir aujourd’hui ? Elle t’a fait un parloir fantôme ? »
Les tomes 1 & 2 sont un tantinet moralisateurs… On fait parler ces murs fermés sans les glorifier. Personne n’est épargné, tout le monde en prend pour son grade… L’auteur donne même dans l’autodérision pour ne pas échapper à ce jugement qu’il porte dans ses bandes dessinées. Ces BD s’inscrivent dans lignée du jeu : « qui est-ce » où l’on distingue les différents acteurs de ces prisons, ainsi que les séquelles et les perspectives qu’engendrent ces pénitenciers. Ces albums restent avant tout un message d’espoir où la réinsertion est mise en avant pour inciter les autres à suivre ses pas et dissuader les autres à longer ces murs.
Lansala Delcielo

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021