Au milieu des stands, un espace aux murs roses vante les mérites des internats d’excellence. Je vais à la rencontre de Pol Creignou, responsable de la mission internat d’excellence à l’ANRU. Il s’occupe de tout ce qui concerne les bâtiments, de trouver les emplacements qui abriteront ces établissements hors normes. Il est aussi celui qui cherche des financements en lien avec la région et le département. Très vite, il enchaîne et s’attarde sur le concept: « c’est avant tout un projet pédagogique qui s’occupe du temps des jeunes après l’école (17h / 21h) où les internes peuvent découvrir des activités comme le théâtre, plein de sports mais surtout  bénéficient de l’aide aux devoirs ». Les parents pour faire bénéficier leurs rejetons de ce dispositif doivent débourser 150 euros par mois.

L’initiative est destinée «  à priori aux élèves en difficulté du fait de leur milieu familial c’est-à-dire ceux qui n’ont pas la place pour travailler chez eux. On pense souvent aux jeunes des cités, mais ça concerne aussi les jeunes issus de milieux ruraux où l’appartement est trop petit. Il y en a qui ont besoin d’être déconnectés de l’ambiance du quartier. » Bien entendu, ces havres de paix scolaire ne naissent pas en un clin d’oeil. Pol Creignou insiste sur la lenteur de l’entreprise et de la rénovation des bâtiments.

Pour autant cette initiative n’est-elle contreproductive? Un moyen d’ôter tous les bons éléments des quartiers? Il rejette cette objection. D’après lui: « à  partir du moment où ils sont bons, c’est qu’ils y arrivent et qu’ils n’ont pas besoin d’internat, on prend les jeunes qui ont besoin de nous, qui ont envie de travailler mais qui ont des résultats très moyens »

Je rencontre ensuite Jean-Michel Colonna, son collègue qui lui s’occupe du « recrutement » des jeunes puisqu’il travaille pour le ministère de l’Education nationale. Il insiste sur le fait qu’il faut que les élèves soient volontaires et que pour trouver ces élèves, il faut que l’information circule (CPE, Professeur principal, proviseurs…).

Ces deux responsables m’ont en quelque sorte vendu du rêve pendant une demie-heure en soulignant le fait que les internats d’excellence ne sont pas des pièges à bons élèves. A la fin de l’entretien ils m’interrogent « Et vous, vous venez de quel établissement? – Jean Renoir, à Bondy ».  – «  Ah. » Sans commentaires.

Sarah Ichou

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021