Du 2 au 5 mai 2013 se déroulait au 104 de Paris la 8e édition de l’Urban Film Festival organisé par l’association RStyle qui œuvre depuis plusieurs années pour la promotion des cultures urbaines. Précédé d’une séance de Talents en Court au Comedy Club, le festival participe à l’émergence d’auteurs de courts-métrages et à leur entrée dans le milieu professionnel.

Jeudi 2 mai 2013, 10h30. Dans la salle tamisée du Comedy Club fondé par Jamel Debbouze, les professionnels du cinéma s’installent. Producteurs, acheteurs télé, réalisateurs, comédiens ou simples curieux, nombreuses sont les personnes à avoir fait le déplacement pour cette deuxième rencontre professionnelle organisée par Les Amis du Comedy Club en partenariat avec le Centre National de la Cinématographie (CNC), France Télévisions, la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et la Mairie de Paris.

Le concept est simple : permettre chaque mois à cinq jeunes auteurs en lien avec un festival – treize au total – de pitcher (présentation courte et orale) leur projet à l’assistance pour « lutter contre la consanguinité dans le milieu du cinéma » comme le résumait tout en sourire, Malika Aboubeker de l’association Les Amis du Comedy Club en ouverture de cette journée.

Destino en cours

Ce jeudi, l’Urban Film Festival accueillait cinq talents de courts-métrages dont le gagnant de la précédente édition : Zangro et son film Como a la television. Ayant bénéficié de la Bourse des Festivals (5000€ du CNC et 10000€ de la société Kissman Productions) en 2012, son nouveau projet Destino relate l’histoire de deux copains qui réalisent des films de mariage dans leur cité jusqu’à filmer celui de la fille dont l’un des personnages est amoureux depuis l’enfance…

Parrainé à l’écriture par Jamel Debbouze et Mohamed Hamidi, ce projet a bénéficié d’un pré-achat de France 3 et de la chaîne locale TV7 Aquitaine ainsi que d’une aide de la région Aquitaine. « Ce film, c’est notre passeport pour le long, expliquaient sur scène Zangro et son comparse Hassan Zahi. On veut le faire buzzer sur le net, créer un pont entre Bordeaux et Paris ». Fort d’un casting alléchant composé entre autres de l’humoriste Alban Ivanov et de la comédienne Sabrina Ouazzani, Destino bénéficie à ce jour d’une création musicale du célèbre groupe de hip-hop cubain, Orishas.

Des graffs thaïlandais au skeleton sud-africain

Samedi 4 mai 2013, c’est au 104 que s’est déroulée la suite de l’événement à savoir la compétition de courts-métrages urbains internationaux. Avec plus de 300 films reçus cette année, la sélection de 30 courts urbains était dense et variée, allant de la performance dansante au court-métrage clipé en passant par le graff ou la fiction pure, les prouesses techniques prenant généralement le dessus sur les scénarios au profit d’une mise en scène stylisée pas toujours justifiée.

Le jury, composé de Maud Vaintrub-Clamont de la Mairie de Paris, Zangro, Julie Sanerot du 104, Aurélie Chesné de France 3, Lucien Papalu d’Europacorp, Kyan Khojandi et Bruno Muschio de la série télévisée Bref ainsi que les partenaires France Ô et GoPro, a récompensé six films divisés en deux catégories : performance pour les films de moins de 5min et fiction pour les films portant un regard sur la ville.

Côté performance, Graffiti Trip in Thaïland de Yann Rineaud (France) suivant le travail de graffs géants de Noe Two en Thaïlande a obtenu le prix Coup de cœur RStyle (aide à la diffusion lors de la tournée du festival). Clet de Raphaël Haddad (France) – réalisateur qui avait trois films en compétition cette année – a pour sa part reçu le 2e prix Performance (apport technique de GoPro) pour son détournement intelligent et graphique des panneaux de signalisation. Grand gagnant performance de cette 8e édition Urban Film Festival (diffusion sur France Ô), Skeleton Pantsula du français Martin Messonier présente en cinq minutes l’incroyable chorégraphie de trois danseurs de rue sud-africains aussi souples que comiques, extraite du documentaire Dancing City réalisé en 2012.

Bout de craie et ministre des transports

Côté courts-métrages de fiction, le Coup de cœur Rstyle (aide à la diffusion lors de la tournée du festival) a été attribué à With a piece of Chalk des allemands Julien Bam et Gong Bao qui relate l’évasion par la danse d’un petit garçon victime des disputes de ses parents et des humiliations de ses camarades de classe.

2e prix fiction (achat France 3), le court-métrage Delivery du français Fabien Mariano Ortiz présenté l’année dernière au Festival de Cannes dans le cadre de Banlieuz’arts, dépeind avec brio dans le décor de Brooklyn, l’histoire d’un homme obligé d’effectuer des livraisons pour un autre sans pouvoir démissionner.

Enfin, le grand prix 2012 de l’Urban Film Festival auréolé de la Bourse des Festivals (15000€) a été attribué au français Benjamin Guillard, réalisateur de Véhicule-école, comédie sans fards sur les préjugés et le fossé qui existe entre élite et population où un Ministre des Transports zélé participe à un stage de réorientation à destination de conducteurs de bus. Diffusé par Orange Cinéma Séries et venant par ailleurs de décrocher le Prix Qualité (subvention post-réalisation) du CNC, Véhicule-école est ce que l’on peut appeler un film à succès qui a fait autant rire le public que les jurés. Rendez-vous en 2014 pour connaître l’avancée de ces talents urbains et en découvrir de nouveaux.

Claire Diao

Articles liés

  • Franck Gastambide face au BB

    Un droit de réponse qui se transforme en débat enrichissant sur la création culturelle des quartiers populaires. C'est le programme proposé par cette rencontre entre Franck Gastambide et la rédaction du BB, après la publication de notre édito acide sur ses films. Rencontre.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 30/11/2021
  • Avec ‘Suprêmes’ NTM back dans les bacs

    Félix Mubenga n'a pas pu voir l'explosion du groupe de rap mythique NTM. Il n'était pas né. Mais deux décennies plus tard, il est parti voir le biopic du légendaire duo de Seine-Saint-Denis, 'Suprêmes' réalisé par Audrey Estrougo. Et c'est grand oui, pour notre contributeur qui raconte cette plongée enflammée dans une époque pas si différente de la nôtre. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 23/11/2021
  • Au nom du rap, une œuvre collective pour réconcilier tous les mondes

    'Au nom du rap' est un livre unique, entre poésie et illustrations. Un recueil de proses qui veut redonner ses lettres de noblesses à un genre musical encore trop souvent dénigré par certaines élites culturelles. Anissa Rami s'est entretenue avec Elena Copsidas à l'origine de l'ouvrage, ainsi qu'avec les artistes qui ont participé à cette oeuvre collective singulière.

    Par Anissa Rami
    Le 11/11/2021