FAITES ENTRER L’ARTISTE. Originaire de l’Essonne, Malone rappe comme il respire. Son EP intitulé Souffle est sorti lundi 9 décembre. Découverte d’un artiste en devenir.

En général, ce qu’un public demande à un MC lors de son entrée en lice dans l’arène est qu’il puisse réunir à lui seul les bons ingrédients d’un bon morceau : du flow, mêlé de vers percutants et bien tournés, le tout élancé sur un beat puissant et une mélodie entraînante. rares sont capables de rassembler toutes les pièces du puzzle et pouvoir par la seule force des mots captiver un public et le faire réfléchir à la fois.
Malone, cette habilité, il la détient et l’utilise à bon escient. Originaire de l’Essonne, surnommée en 1996 “la capitale du hip-hop”. La légende nous dit qu’il accouche de son premier texte après  être tombé  sur une affiche inscrite d’un « Qu’est-ce qu’on attend pour f**** le feu. » Scène, freestyles, featuring vont suivre, et former l’artiste. La plume est remarquable, c’est une des ses marques de fabrique. On en voit très peu comme la sienne dans le paysage du hip-hop français. Loin d’un rap exaltant l’argent facile, la violence et les femmes-objets, ou de paroles moralisatrices et prosélytes, Malone est parvenu à trouver le juste équilibre, un juste milieu pour échapper à ses deux extrêmes.

httpv://youtu.be/6I4X-dCMuUc

Un juste-milieu auquel sa musique s’adapte, allant d’un rap conscient, décrivant les méandres de la réalité sociale de nos banlieues, vers la frénésie de la poésie lyrique. Malone a su franchir les deux abîmes pour nous concocter des créations sublimes et intelligentes. Malone est un pièce rare en ce qu’il se passionne pour ce qu’il prêche, il n’est pas seulement un débiteur de mots, mais ses mains s’étendent à l’organisation d’événements artistiques et d’ateliers d’écriture, désirant, durant ces moments de vie, faire resurgir la quintessence de la culture hip-hop et la faire progresser jusqu’à son panthéon. En témoigne la création de l’événement Rhythm & Poetry, en ode au groupe A Tribe Called Quest, pionnier du hip-hop new yorkais, et grande source d’inspiration pour beaucoup de rappeur de l’Hexagone.

httpv://youtu.be/B-sJTHFfPaE

Le coté humain n’est pas négligeable chez Malone, les valeurs dont sont imprégnées ses textes aussi. Un homme humble, proche de son public, cherchant davantage à créer un pont entre lui et ses auditeurs, plutôt que de chercher sa propre gloire en marchant sur la tête de ses fans. La Bible est une de ses sources d’inspiration principales. En témoignent les multiples références dans ses textes, ainsi que le titre de son dernier projet en date, Jéricho, en lien avec la première terre conquise par les Israélites après une longue traversé du désert. L’artiste ne revendique pas sa foi avec ostentation, mais dans une optique de partage et d’échange. Les thèmes musicaux sont riches à souhait, et l’univers dans  lequel il nous plonge est grand.

Jimmy Saint-Louis

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021