Il a été l’un des personnages secondaires les plus adulés par le public. Car Marshall Manesh, alias Ranjit, le conducteur de taxi dans la série américaine How I Met Your Mother était aussi aimé que les personnages principaux. Tout comme le protagoniste qu’il a interprété, c’est un acteur sympathique, gentil et profondément humain.

Quand Ted, Robin, Barney, Marshall ou Lily, les personnages principaux de la série How I Met Your Mother avaient besoin de se déplacer d’un bout à l’autre de New York, c’est à Ranjit Singh qu’ils faisaient appel. Ce chauffeur de taxi Bangladais (il a été décrit comme tel bien qu’à plusieurs reprises, notamment dans la saison 3 épisode 17 ou saison 5 épisode 15, il s’exprimait en persan), avec son chaleureux « helloooo » et ses conseils de vieux papa poule sauvait ainsi régulièrement les soirées de nos cinq amis. Sous ce masque d’imparable serviteur, il y a Marshall Manesh, acteur irano-américain de 58 ans.

Né le 16 août 1950 à Mashhad, en Iran, Marshall Manesh prend très vite goût au monde du cinéma. À l’âge de 12 ans, il ne manque aucun de ses cours de théâtre. Bien que n’étant pas issu du milieu du showbiz, sa mère, qui l’élèvera seule après le décès de son époux, lui donnera alors toute la confiance et l’énergie nécessaires pour percer dans le milieu. Très vite, il est employé durant quelques années par le Centre des Arts et de la Culture du pays. Au milieu des années 70, cet homme aux grands yeux ronds quitte pourtant l’Iran, direction les Etats-Unis. Il y rejoindra la Persian Theater Group –une troupe de théâtre composée d’artistes persans. S’ensuivent alors des voyages à travers tout le pays, au Canada, en Europe. Durant huit ans, le comédien sillonnera les routes, avec la ferme intention de se faire repérer.

Ce sera chose faite en 1994, quand il décrochera son premier rôle important : celui de Jamal Khaled dans le film True Lies, de James Cameron. Il jouera ensuite successivement les rôles de Mr Zamir dans la série Will and Grace, du Docteur Akbar dans la série Scrubs et fera quelques apparitions en tant que guest dans Burn Notice, Law & Order : Special Victims Unit, The X Files, ou encore dans la quatrième saison de Prison Break, où il interprète le premier ministre indien Nandu Banerjee. Sur le grand écran, on l’apercevra entre autres dans Stealing Harvard, Pirates des Caraïbes et The Big Lebowski. Mais de tous ces personnages, le plus touchant reste celui de l’aimable chauffeur de taxi. Madonna l’empruntera même dans son clip Hung Up, en 2005. L’écrivain français Paul Reboux a dit : « ne courez jamais après une femme ou un taxi. Il en passera d’autres ». Sauf que des taxis avec des Ranjit dedans, on n’en croise que très rarement…

Picture 20

La fin de How I Met Your Mother, vue par Ranjit :

Après 9 ans de bonheur sur nos écrans, la fin de HIMYM et son épisode ultime ont été vivement critiqués sur la toile. Mais pour Marshall Manesh, les surprises étaient à la hauteur des attentes…

Une pluie de critique s’est abattue sur les derniers épisodes de la série. Qu’avez-vous pensé de cette fin à rallonge ?

Pour certains, la série ne devrait même pas s’arrêter. Pour d’autres, elle aurait dû être bouclée il y a longtemps. Il est vrai que la fin de cette fabuleuse aventure semblait s’éterniser mais il y a eu des surprises à la hauteur des impatiences… Personne ne s’attendait à une telle fin, ni à un tel sort pour la mère.

Quel a été votre plus beau souvenir durant les 9 saisons de cette série ?

Mon plus beau souvenir, c’est d’y avoir participé, tout simplement. Chaque moment de tournage en était un. Après, je n’oublierai pas les fous rires qui ont eu lieu après certaines scènes de « helloooo ». Cela provoquait souvent l’hilarité générale sur le plateau.

À l’image de l’avocat Saul Goodman dans Breaking Bad, une série entièrement dédiée à votre personnage est-elle en pourparlers ?

Et bien, disons que j’ai échangé avec des écrivains et l’idée ne leur déplaît pas… Je leur ai même proposé un titre : « Everybody Loves Ranjit », qu’ils ont particulièrement apprécié.

Où pourrons-vous vous voir prochainement ?

Je suis actuellement à l’affiche de « Shirin In Love » [vient de sortir en Dvd aux USA], un film de Ramin Niami, avec la belle Nazanin Boniadi. Dans le cadre du New Directors/New Films Festival au Lincoln Center à New-York, je joue aussi dans l’une des œuvres proposées : A Girl Walks Home Alone at Night, de
 Ana Lily Amirpour. J’interprète, depuis le 1er mai 2014, Mehdi The Butcher dans Jimmy Vestwood, Amerikan Hero, une comédie de Jonathan Kesselman. Et pour terminer, j’ai la chance de faire partie de l’équipe de The Brink, une comédie noire avec Jack Black et Tim Robbins, que vous retrouverez bientôt sur la chaîne HBO.

Propos recueillis par Pegah Hosseini

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021