TALENTS EN COURT. Venus à Paris du village de Murato (Haute-Corse) pour pitcher leur web-série humoristique Raph & Max, Maxime Orsini et Raphaël Rossi, 24 et 19 ans, cherchent un co-producteur pour leur projet. Portrait. 

« La Corse, c’est un peu la banlieue de la France ». C’est par cette phrase lancée à la sortie du Jamel Comedy Club de Paris qu’ils nous ont accroché. Eux, Maxime Orsini et Raphaël Rossi, ont pris l’avion de bon matin pour participer au dispositif Talents en Court initié par le CNC et l’association Les Ami(e)s du Comedy Club.

En cette matinée de septembre, ils se sont lancé, l’un en veste de cuir, l’autre en t-shirt à fleurs, devant un parterre de professionnels pour pitcher leur projet. Raph&Max, une web-série humoristique et décalée qui a cumulé à ce jour près de 460 000 vues sur YouTube. L’idée ? Raconter les aventures de deux jeunes Corses vivant dans un petit village, à l’heure du numérique et des réseaux sociaux, version jeunesse « 2.0 ».

Au départ, l’un (Maxime Orsini) sort avec la sœur de l’autre (Rapahël Rossi), ce qui leur permet de se rencontrer. Malgré leurs cinq ans de différence, le courant passe tout de suite. Et de blagues en fous rires, l’idée de faire des vidéos s’installe. « Quand on tourne une vidéo, tout le village se mobilise », racontent ceux qui s’inspirent de leur vécu et de ce qu’ils observent pour nourrir leurs contenus. Des contenus où ils jouent tous les rôles, devant ou derrière l’iPhone et la GoPro, à l’écriture comme au montage. « Il a fallu apprendre le montage, les tutoriels… », explique l’un. « Quand on a commencé, les vidéos courtes avec du rythme comme la série Bref nous plaisaient», résume l’autre.

C’est justement par un épisode intitulé « Bref, j’étais au village » qu’un producteur de Furiani les repère par hasard sur Internet. Il les contacte sur Facebook puis les convie à un apéro. « Il est tombé de sa chaise et on s’est dit : c’est lui ! ». Passées les séances d’écriture (« il y avait de l’ambition dès le début, on voulait dépasser les frontières de la Corse »), Maxime Orsini et Raphaël Rossi tournent un pilote déjanté intitulé « Raph & Max passent le Bac » avec une équipe professionnelle.

Ayant obtenu un pré-achat de France 3 Corse, l’équipe espère décrocher un co-producteur ainsi qu’un soutien de la Région Corse et du CNC. « Depuis qu’on est venu au village avec les caméras, on nous prend au sérieux. Les gens avaient besoin d’une preuve. Avant c’était « Allez, vous faites encore des conneries ! » ».

Nés à Bastia en 1990 de parents hôteliers et en 1995 d’une mère au foyer et d’un père directeur d’entreprise, Maxime Orsini et Raphaël Rossi ont le point commun d’avoir chacun une grande sœur. De leur filiation ne découle pas forcément de fibre artistique, si ce n’est la pratique de l’accordéon par le grand-père de l’un ou « l’humour dans les gênes » de l’autre.

De leur enfance, l’un se souvient du rire (« je riais tout le temps»), l’autre du jeu (« le foot, les cabanes, le vélo… »). Par rapport à Murato, leur « puits d’inspiration », tous deux s’étonnent « qu’un village de 500 habitants compte cinq bars, deux discothèques et quatre restaurants ».

Élèves « paresseux » (« j’avais des peut mieux faire » ; « l’école est toujours passée au second plan »), Raphaël Rossi décroche un Bac S après avoir remporté le Championnat de calcul mental de Haute-Corse en CM1, tandis que Maxime Orsini passe un bac STG. Puisque quelques années les séparent, Maxime Orsini fait deux années de STAPS, s’inscrit en BTS Manager d’Unité Commerciale tout en travaillant dans l’hôtel de ses parents tandis que Raphaël arrête ses études après le Bac pour se lancer pleinement dans Raph&Max.

Enfants de la télé, Maxime Orsini et Raphaël Rossi se rendent peu au cinéma et  citent aussi bien Les Blues Brothers que Le retour de la Momie, Forrest Gump et Les Robins des bois dans leurs références. Plus stand-up que cinéma, admirateurs d’Alain Chabat, leur humour est « très visuel, à base de cuts ».  

Regrettant que la Corse soit souvent ramenée à des clichés « quelqu’un nous a dit récemment être surpris que des Corses soient si gentils. Des phrases comme celles-là sont plus répandues qu’on ne le croit », Maxime Orsini et Raphaël Rossi pensent que les mentalités changeront mais que « l’identité ne partira pas ».

Alors, pour filmer leur île, Maxime Orsini et Raphaël Rossi font avant tout ressortir « un esprit de village pas pour autant paysan » pour faire apparaître « un esprit de joie par le biais de situations comiques ».

 Claire Diao

Crédit photo : Julia Cordonnier – Les Ami(e)s du Comedy Club

Articles liés

  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023
  • Jok’Air de retour au collège pour offrir sa BD

    Le rappeur parisien était de retour sur les bancs de l’école dans le 13e arrondissement de Paris. Accompagné de l’association « La mélodie des quartiers », il a offert des exemplaires de sa nouvelle BD autobiographique aux élèves du collège Thomas Mann. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2023