Un alien à l’allure peu commode s’échappe d’une prison intergalactique très surveillée. L’occasion de régler ses comptes avec K, un agent du MIB, qui l’a mis hors-circuit en 1969 alors qu’il tentait de détruire la Terre. Afin d’effacer cette erreur de carrière « Boris l’Animal », le dernier alien de l’espèce des « Boglodites », s’empare d’une machine à remonter le temps. Il se projette au jour fatidique de sa chute, bien décidé à changer le cours des choses. Son retour dans le temps crée une faille temporelle qui se répercute sur la vie présente de l’agent « K » (interprété par Tommy Lee Jones) mais également sur celle de l’agent « J » (incarné par Will Smith), son acolyte. J est complètement perdu dans cette nouvelle configuration de la réalité, où K n’existe plus depuis longtemps.

C’est sa toute récente addiction au chocolat au lait qui résout en partie le mystère, puisqu’il s’agit d’un des symptômes du phénomène de distorsion temporelle. Le temps presse puisque la planète Terre est menacée d’extinction. En effet, la disparition de K signifie que le bouclier qu’il avait déployé contre cette attaque martienne, en 1969, n’a jamais existé. J rejoint alors la même époque que le Boglodite pour remettre un peu d’ordre dans ce cataclysme extraterrestre. Il rencontre alors un K jeune, amoureux, loquace, intrépide et capable d’humour. Le K qu’il connaît n’a rien à voir avec ce type enjoué : « Mais que t’est-il arrivé ? », un refrain que répète inlassablement J. La réponse ne viendra que bien plus tard.

Les extraterrestres nauséabonds, l’invasion d’aliens ou encore le voyage dans le temps sont des classiques du genre de la science-fiction. Ce qui est intéressant ici, c’est le côté décalé propre aux deux précédents opus des « hommes en noir ». Finalement, les martiens sont des hommes comme les autres… à quelques détails près. Le saut dans le temps est d’ailleurs une excuse pour voir se balader des aliens vintage, complètement « époque » (merci Rick Baker). Ici, pas de désir de vraisemblance, le spectateur est complice de l’histoire qui se joue sous ses yeux. Il s’en imprègne, tout en adoptant une position presque schizophrénique en ce sens qu’il prend dans le même temps du recul sur l’histoire et perçoit ainsi les clins d’œil qui lui sont adressés.

En termes de décalage, notons l’excellent passage Wharolien et les récits imbriqués des « futurs probables » évoqués par Boris, un alien coiffé d’un improbable bonnet péruvien. Son interprète n’est autre que l’excellent Michael Stuhlbarg, l’acteur principal de A Serious Man, des frères Coen. Ce passage du film, complètement loufoque, est drôle et résume le second degré adopté par Barry Sonnenfeld. Le cinéaste parvient à nous faire plonger la tête la première dans son univers sans que nous n’en prenions garde. En effet, Les premières minutes du film constituent inconsciemment une attente pour le spectateur qui connait déjà les précédents opus. En fait, c’est à l’instant où il pense tomber dans le « déjà-vu » que le récit l’emporte.

Le film offre finalement un retour aux sources : en plus de s’adjoindre de manière cohérente aux deux œuvres précédentes, il vient expliciter et expliquer certaines choses, tout en modifiant par la même occasion la perception de la trilogie dans son ensemble. Notons également la performance des acteurs qui portent le film, à l’instar de Will Smith qui excelle dans ce rôle, ainsi que l’effort de casting qui trouve en la personne de Josh Brolin une version jeune quasi parfaite de l’agent K, interprété par Tommy Lee Jones.

Amandine Liard

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021