Garou et la troupe de Notre-Dame de Paris chantaient « Belle » en 1998. Maître Gims avait cartonné à l’été 2013 avec « Bella ». Faïza Guène nous présente « Zouina », la narratrice de son dernier roman, en librairie aujourd’hui. En arabe, « zouina » signifie « jolie ». Elle se prénomme Zouina sauf que tout le monde l’appelle Zouzou.

Millénium blues raconte l’histoire d’une fille normale qui trimballe son regard sur notre époque. Zouzou n’a que la trentaine mais elle a déjà vécu 1000 vies. Ce roman, c’est un peu son journal intime. Chaque chapitre renvoie à une période, à un âge de sa vie. Elle rapporte, dans le désordre, le divorce de ses parents, sa passion pour le groupe suédois ABBA, son adolescence, son admiration pour Charles Ingalls, son orientation scolaire, sa vie de jeune femme, la mort de sa grand-mère, la naissance de sa fille, son histoire d’amour avec Eddy. Des épisodes personnels qui se heurtent à des événements de notre vie collective : la coupe du monde 1998, le 11 septembre 2001, la Grippe A, la canicule, le second tour de l’élection présidentielle de 2002…

Si on a le sentiment que Zouzou a vécu 1000 vies, c’est aussi parce que la sienne n’est pas simple. Ses parents se sont séparés tôt. Maman veut profiter de la vie, s’offre une deuxième jeunesse alors que papa, lui, compte sur sa fille pour l’épauler et lui payer ses factures. À l’école, Zouzou est « une élève moyenne« , et c’est pire que tout d’après elle. En tous cas, c’est pire que « nulle » parce que « personne ne se souvient des gens moyens ». Elle suivra une formation pour s’occuper des personnes âgées, à défaut de faire un métier qu’elle aime, elle insiste pour faire un métier utile.

Zouzou n’a pas de frère et sœur. Pourtant, elle aurait bien aimé partager ses « doutes« , ses « colères » et ses « paires de chaussettes« . À la place, elle a Carmen, sa meilleure amie, sa moitié, sa BFF, sa grande sœur. Elles partagent tout : les sorties nocturnes, les secrets, les accidents de la vie, les dépressions et les naissances. Leur amitié va traverser le temps et les épreuves.

C’est avec Carmen que Zouzou découvre le forfait Millénium. Vous vous rappelez ? À la veille du passage à l’an 2000, l’opérateur SFR avait lancé un forfait qui permettait aux clients de téléphoner en illimité et gratuitement le soir entre 20 heures et 8 heures et le week-end. Cela était possible vers les lignes SFR ou vers les téléphones fixes. Pour Zouina, le monde a changé dès l’arrivée de ce forfait. « Désormais, on se parlerait sans limites. On pourrait se dire autre chose que l’essentiel. La jeunesse devenait Millénium, le monde, sous nos yeux, était en train de devenir Millénium. J’ai le Millénium Blues ». Oui, Zouzou est un personnage mélancolique, nostalgique. Malgré tout, vous pouvez compter sur l’auteure pour sourire et même rire à la lecture de certains passages. Millenium Blues sort aujourd’hui et il faut vite se le procurer pour le lire de 20 heures à 8 heures et le week-end.

Sarah ICHOU

Crédit photo : Mohammed Bensaber

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021