Latifi Younes, ça ne vous dit peut-être rien, mais ce rappeur bellevillois, Mister You à la scène, crée un véritable buzz sur le net depuis un peu plus d’un an. Ce jeune homme de 26 ans, d’origine marocaine, était recherché par la justice depuis 2007 pour une affaire de stupéfiants. Or c’est seulement le 3 décembre 2009 qu’il sera arrêté dans les alentours du quartier de Barbès, à Paris.

Entre-temps, il a eu l’occasion de multiplier les apparitions sur des sites comme Youtube, Dailymotion ou Rap1pulsif dans lesquels il se moque puis provoque ouvertement les forces de l’ordre. En deux ans seulement, Mister You est devenu la coqueluche de nombreux internautes et sa détention n’est pas pour rien dans son succès. Son charisme de rappeur lui a permis de se hisser vers les sommets du rap français, il s’est allié à des poids lourds du hip-hop comme Nessbeal, Seth Gueko ou la Sexion d’Assaut.

« Yougataga », voici son ustensile, un mot sans réelle définition qu’il cite à chaque morceau et qu’il modifie à sa guise selon le contexte. « Yougatamouah » par exemple est un signe affectif adressé à ses fans. Latifi Younes a stratégiquement sorti son album un jour après son incarcération qui était aussi, ironie du sort, le jour de son anniversaire. Résultat : 2000 exemplaires de l’album vendus en un rien de temps, 50e place au classement du top album.

Sa cavale a donc été un mal pour un bien, elle lui servi de tremplin dans le milieu du rap, qui accorde beaucoup de crédit au « vécu », alors que deux ans plus tôt il vendait des stupéfiants. Les 38 000 fans que compte le rappeur sur le réseau social Facebook n’ont pas impressionné le juge, qui a décidé qu’il devrait purger une peine de trois ans de prison dont un avec une sursis. Les fans auront-ils la patience d’attendre aussi longtemps leur « yougatastar » ?

Thomas Chekal

Thomas Chekal

Articles liés

  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023
  • Jok’Air de retour au collège pour offrir sa BD

    Le rappeur parisien était de retour sur les bancs de l’école dans le 13e arrondissement de Paris. Accompagné de l’association « La mélodie des quartiers », il a offert des exemplaires de sa nouvelle BD autobiographique aux élèves du collège Thomas Mann. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2023