Latifi Younes, ça ne vous dit peut-être rien, mais ce rappeur bellevillois, Mister You à la scène, crée un véritable buzz sur le net depuis un peu plus d’un an. Ce jeune homme de 26 ans, d’origine marocaine, était recherché par la justice depuis 2007 pour une affaire de stupéfiants. Or c’est seulement le 3 décembre 2009 qu’il sera arrêté dans les alentours du quartier de Barbès, à Paris.

Entre-temps, il a eu l’occasion de multiplier les apparitions sur des sites comme Youtube, Dailymotion ou Rap1pulsif dans lesquels il se moque puis provoque ouvertement les forces de l’ordre. En deux ans seulement, Mister You est devenu la coqueluche de nombreux internautes et sa détention n’est pas pour rien dans son succès. Son charisme de rappeur lui a permis de se hisser vers les sommets du rap français, il s’est allié à des poids lourds du hip-hop comme Nessbeal, Seth Gueko ou la Sexion d’Assaut.

« Yougataga », voici son ustensile, un mot sans réelle définition qu’il cite à chaque morceau et qu’il modifie à sa guise selon le contexte. « Yougatamouah » par exemple est un signe affectif adressé à ses fans. Latifi Younes a stratégiquement sorti son album un jour après son incarcération qui était aussi, ironie du sort, le jour de son anniversaire. Résultat : 2000 exemplaires de l’album vendus en un rien de temps, 50e place au classement du top album.

Sa cavale a donc été un mal pour un bien, elle lui servi de tremplin dans le milieu du rap, qui accorde beaucoup de crédit au « vécu », alors que deux ans plus tôt il vendait des stupéfiants. Les 38 000 fans que compte le rappeur sur le réseau social Facebook n’ont pas impressionné le juge, qui a décidé qu’il devrait purger une peine de trois ans de prison dont un avec une sursis. Les fans auront-ils la patience d’attendre aussi longtemps leur « yougatastar » ?

Thomas Chekal

Thomas Chekal

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021