Mokobé, membre du célèbre groupe de rap 113 avec qui il a écoulé plus de 3 millions d’albums (excusez du peu) et du collectif de la Mafia K1 fry, sort cette semaine son second album solo Africa Forever. Le bonhomme est du genre très engagé : pour les sans-papiers, les victimes du boulevard Vincent Auriol, les familles expulsées de la tour Balzac à La Courneuve. Il est souvent sur le terrain pour apporter son soutien.

Nous lui avons donc donné rendez-vous dans la gova pour parler de son actualité, mais aussi et surtout de l’actualité du moment qui traverse notre pays : le procès du Boulevard Vincent Auriol, la candidature de Patrick Lozes pour la présidentielle 2012 mais aussi de la place du rap par rapport à la variet’ et de sa vision sans langue de bois sur ses autres collègues du rap…

Un échange drôle, cash mais aussi émouvant. Sans oublier une fin de partie avec le groupe de Montreuil, L’uzine, qui interprète, dans un style roots, un extrait de son prochain album, La Goutte D’encre.

Ça se passe ici !

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xljwol_1_music[/dailymotion]

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021