Pendant près d’une semaine, Montpellier s’est transformée en capitale du hip-hop français. Samedi 5 mai, la grande salle de spectacle du Zénith Sud a vu s’affronter les crews. Dans les gradins, remplis aux deux tiers, près de 4 700 personnes sont venues admirer les prouesses techniques et artistiques des danseurs et encourager leurs équipes favorites. Dans la fosse, des cercles de danseurs se formaient et dissolvaient au gré de l’ambiance. Au centre, les corps et les têtes tournoyaient au rythme du son mixé par les trois DJ ambianceurs de la soirée : les Français DJ TajMahal, DJ T’Bull et DJ H.

Mais avant les hostilités cordiales très attendues, dix crews d’enfants de moins de 15 ans ont ouvert le bal pour chauffer la salle. Ils venaient de partout en France : Montpellier, Albi, Uzés, Dijon, Agde, Perpignan, Paris ou encore Marseille. Et ils ont fait le job ! Arborant des costumes de squelettes et des déguisements Avengers, les juniors ont réalisé des tableaux travaillés exécutés avec toutes leurs tripes. Face à eux, un jury de cinq danseurs célèbres et respectés. Quatre B-boys : Khalil (Legiteam Obstruxion Crew), Riyad (Pockemon Crew), Kenji (Soul City) et Yashiro (Fantastik Armada) et une B-girl, venue du Japon, Qweens of Qweens ! C’est finalement le crew South Style, originaire de La Seyne-sur-Mer qui a remporté la finale.

Les moins de 15 ans ouvrent le bal de la soirée. C’est le crew South Style, originaire de La Seyne-Sur-Mer, qui sort grand gagnant de la battle.

Chez les crews adultes, la hargne était bien présente. Comme celle des Insultants, crew venue de Mayotte ! Toujours souriants, les crews ont fait le show et se sont succédé jusqu’à opposer le Vagabonds Crew tout droit venu de Beauvais aux Furies, un crew 100 % montpelliérain, qui dansait à domicile.

Le Vagabonds Crew lors de leur prestation

Les Vagabonds ont tout raflé, même le prix du meilleur show. Ce sont eux qui auront l’honneur de représenter le hip-hop français, le 17 novembre, lors de la finale internationale du Battle Of The Year.

Le Vagabonds Crew, originaire de Beauvais, remporte la Battle Of The Year France 2018 !

Au micro pour animer la soirée, deux MC’s : le Lillois Maleek et le Britannique Trix qui ont organisé un cercle dans le public pour faire remporter, à qui enchaînerait le plus de coupoles, une place pour assister à la finale internationale : le maximum est monté à 26 ! Après la compétition très encadrée, place au show spontané : pendant que les danseurs faisaient vivre la scène, dans le public des cercles se sont organisés spontanément tout au long de la soirée : des plus âgés jusqu’à l’âge de marcher, on révise ou on teste ses power moves !

Prestation du crew Insultants venu de Mayotte

Rendez-vous est déjà donné à dans quelques mois puisque Montpellier accueillera cette année la finale internationale du Battle of The Year à la Sud de France Arena.

Reportage Alban ELKAÏM et Amanda JACQUEL

Crédit photos : Amanda JACQUEL avec Jean SEGURA

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021