Si vous voulez prendre le large, un conseil, lisez « French Kiss, comment je devins musulmane en free style »*, de Sabrina Bakir. Cette jeune femme de 33 ans aujourd’hui installée à Vannes, en Bretagne, a dit très tôt bye-bye aux traditions familiales et religieuses maghrébines, dont chacun sait qu’elles peuvent être pesantes. J’ai lu ce court bouquin en une après-midi tant il me captivait par la spontanéité du propos et le « sans gène » de l’auteur.

Issue d’une famille d’origine marocaine pratiquante mais assez libérale dans son approche de l’islam, Sabrina a fréquenté – comme pas mal d’enfants musulmans dont les parents souhaitent la « réussite » – les bancs d’une école catholique, s’est rebellée à l’âge de quinze ans en disant à ses parents : « Je ne veux pas être musulmane parce que je suis votre fille, mais plutôt par choix, après réflexion. »

Comment vivre sa religion, l’islam, alors que dans la vie de tous les jours, nos actes ne s’y réfèrent pas en permanence ? Comment faire accepter à ses parents sa différence par rapport à l’image qu’ils ont de leur fille modèle ? Ce sont là des questions que je me suis posées et qui font le cœur du livre. Mais, chez moi, les réponses ne viennent pas facilement.

L’auteur a tout de même eu la chance d’avoir des parents cool. Il était grand temps de lire des paroles aussi vraies, dites par quelqu’un qui ne se cache pas derrière un masque. Aujourd’hui, les jeunes beurettes se cachent, mentent, pour préserver l’honneur de la famille, à cause l’ahchouma (la honte, en arabe). Un mot emblématique dans ce livre. L’ahchouma c’est la deuxième religion des Maghrébins, voire la première chez certains. Que vont dire la famille, les voisins, les amies de la grand-mère ou alors les tantes ? Oui, les tantes ? Eh bien, Sabrina Bakir, elle s’en fiche complètement, et elle le revendique.

Voilà un livre drôle, attachant et gorgé de fraîcheur, qui soulève néanmoins des questions « lourdes » comme les attentats du 11 septembre, l’extrémisme, l’antisémitisme ou encore la relation des musulmans au porc. De quoi rire et réfléchir, tout en ayant conscience que les problèmes de société qui y sont traités le sont parfois avec un approche trop négative.

Inès El Laboudy

*Sabrina Bakir, « French Kiss », éditions Pascal Galodé, 88 pages.

Inès El laboudy

Articles liés

  • Hip-Hop 360 : La philharmonie de Paris met le rap sur le devant de la scène

    Le Hip-Hop mondial et francophone a pris ses quartiers pour plusieurs mois, jusqu'au mois de juillet prochain à la Philarmonie de Paris. L'exposition "Hip-Hop 360" met à l'honneur un mouvement culturel longtemps dénigré par institutions et politiques, qui a fini par s'imposer aux yeux du monde entier. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 18/05/2022
  • Younès Boucif : « L’humour, un moyen de dire des choses en avance »

    Révélé au grand public avec la série Drôle, Younès Boucif a déjà une carrière bien lancée et ne compte pas s’arrêter là. Si Netflix a décidé que la série n’aurait pas de saison 2, l’artiste de 27 ans originaire de la banlieue de Rouen, a des projets plein la tête. Écriture, humour, prochain album, projet hollywoodien… On a discuté de tout ça avec Younès. Entretien.

  • Des K7 au streaming, Driver raconte son histoire du rap

    Paru le 25 mars dernier chez Faces Cachées Éditions, l’autobiographie du rappeur Driver, co-écrite avec le journaliste Ismael Mereghetti a beaucoup plus à notre contributeur Ryan Baruchel. Dans ce livre on découvre l’évolution du mouvement Hip-Hop français depuis les années 1990. Un livre qui démonte les clichés du rappeur, instaure des messages fort et raconte la vie d’un homme. Rencontre.

    Par Ryan Baruchel
    Le 04/05/2022