Si vous voulez prendre le large, un conseil, lisez « French Kiss, comment je devins musulmane en free style »*, de Sabrina Bakir. Cette jeune femme de 33 ans aujourd’hui installée à Vannes, en Bretagne, a dit très tôt bye-bye aux traditions familiales et religieuses maghrébines, dont chacun sait qu’elles peuvent être pesantes. J’ai lu ce court bouquin en une après-midi tant il me captivait par la spontanéité du propos et le « sans gène » de l’auteur.

Issue d’une famille d’origine marocaine pratiquante mais assez libérale dans son approche de l’islam, Sabrina a fréquenté – comme pas mal d’enfants musulmans dont les parents souhaitent la « réussite » – les bancs d’une école catholique, s’est rebellée à l’âge de quinze ans en disant à ses parents : « Je ne veux pas être musulmane parce que je suis votre fille, mais plutôt par choix, après réflexion. »

Comment vivre sa religion, l’islam, alors que dans la vie de tous les jours, nos actes ne s’y réfèrent pas en permanence ? Comment faire accepter à ses parents sa différence par rapport à l’image qu’ils ont de leur fille modèle ? Ce sont là des questions que je me suis posées et qui font le cœur du livre. Mais, chez moi, les réponses ne viennent pas facilement.

L’auteur a tout de même eu la chance d’avoir des parents cool. Il était grand temps de lire des paroles aussi vraies, dites par quelqu’un qui ne se cache pas derrière un masque. Aujourd’hui, les jeunes beurettes se cachent, mentent, pour préserver l’honneur de la famille, à cause l’ahchouma (la honte, en arabe). Un mot emblématique dans ce livre. L’ahchouma c’est la deuxième religion des Maghrébins, voire la première chez certains. Que vont dire la famille, les voisins, les amies de la grand-mère ou alors les tantes ? Oui, les tantes ? Eh bien, Sabrina Bakir, elle s’en fiche complètement, et elle le revendique.

Voilà un livre drôle, attachant et gorgé de fraîcheur, qui soulève néanmoins des questions « lourdes » comme les attentats du 11 septembre, l’extrémisme, l’antisémitisme ou encore la relation des musulmans au porc. De quoi rire et réfléchir, tout en ayant conscience que les problèmes de société qui y sont traités le sont parfois avec un approche trop négative.

Inès El Laboudy

*Sabrina Bakir, « French Kiss », éditions Pascal Galodé, 88 pages.

Inès El laboudy

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021