Qui sont les ancêtres des Bondynois ? Les brigands de la forêt de Bondy, qui nous ont légué leur savoir-faire en pillage de buffets ainsi que leur hygiène buccodentaire, ne sont pas les seuls à pouvoir revendiquer le titre. Cyrille Le Forestier, le barbu en bleu de travail sur la vidéo, dirige actuellement des fouilles à Bondy, en face de notre mairie, dont l’architecture glorifie Staline et le gris. Cet archéo-anthropologue de l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), fouille actuellement, avec son équipe, une nécropole du Haut moyen âge.

Rien n’a changé ou presque depuis 1700 ans, Bondy-centre était déjà Bondy-centre sous Clovis. Les corps sont enterrés pas très loin de l’église actuelle, au même emplacement où jadis son très vieil aïeul en bois du moyen âge sonnait l’angélus.

Les pratiques funéraires, l’état de santé voire le niveau de vie de nos ancêtres, voilà entre autres, ce que révéleront les dépouilles de nos anciens déterrées. Je vous vois venir, vous allez me dire, vu l’ambiance actuelle : « Ce n’est pas tes ancêtres ce sont les miens, le melon ! » Oui, peut-être, les grands-pères de mes grands-pères, sont enterrés sur le sol de la lointaine Afrique.

Mais je citerai ici le plus grand savant de la préhistoire : Rahan, le fis de Crao le sage.  Un jour, Cheveux de feu traversa un petit ravin où deux squelettes reposaient dans une position lui montrant que ces deux-là étaient morts en combattant. Plus loin, son aventure l’amena vers deux tribus ennemies. Ennemies, parce que dans l’une vivaient des hommes blancs, dans l’autre des hommes noirs. Dans leur sagesse, les deux clans avaient décidé de mettre fin à la guerre, en envoyant leurs chefs se fritter, en tête à tête, dans un ravin, sans succès puisqu’aucun n’est revenu.

Rahan ramena les deux tribus dans le ravin où reposaient les deux squelettes qu’il avait croisés tantôt. Il dit à tous : «  Voici vos chefs. Sauriez vous distinguez l’homme noir de l’homme blanc ? On est tous égaux sur cette terre et quand vous aurez l’âge de voter les enfants, votez pour le PC. » Oui, Rahan était une bande dessinée avec un message un tout petit peu communiste, mais qu’est-ce qu’il était cool avec son coutelas !

Revenons à nos moutons moyenâgeux. Si vous voulez voir à quoi ressemble des fouilles archéologiques à Bondy, cliquez sur le reportage vidéo ci-dessous, où bien rendez-vous du 21 au 22 mai pour les journées portes ouvertes au public.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xio87h_fouilles-archeologiques-a-bondy_creation[/dailymotion]

Idir Hocini

Articles liés

  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023
  • Jok’Air de retour au collège pour offrir sa BD

    Le rappeur parisien était de retour sur les bancs de l’école dans le 13e arrondissement de Paris. Accompagné de l’association « La mélodie des quartiers », il a offert des exemplaires de sa nouvelle BD autobiographique aux élèves du collège Thomas Mann. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2023