Nos silences sont immenses de la talentueuse Sarah Ghoula est un roman qui raconte l’histoire d’une jeune fille, Zohra, qui va être confrontée sans le savoir à des pouvoirs extraordinaires dans son village en Algérie. L’histoire met en lumière les secrets d’une vie semée d’épreuves qu’a connue Zohra dès sa tendre enfance. A cause de son physique peu commun et son attitude jugée mystique, la protagoniste sera jugée dès sa naissance comme le résultat d’une malédiction. Mais c’est la rencontre avec une guérisseuse qui va lui permettre de changer de statut, mais aussi d’être confrontée aux dilemmes les plus cornéliens.

Une vie à travers la volonté de sa mère

Au cours de l’aventure de Zohra, sa mère s’attache au « qu’en dira-t-on » au détriment du bien être de son propre enfant. L’ensemble de la tâche que la jeune fille accomplit se voit muselé au profit de son entourage ou d’une entité plus large. Connue pour ses talents de guérisseuse ou de sa faculté à apprendre ou s’adapter facilement, personne ne semble pourtant connaître les intimes convictions de Zohra. Tout au long du livre, le questionnement et les doutes de la protagoniste entre sa volonté en tant qu’individu et les attentes d’un groupe devenu menacé se font sentir, et apparaissent comme un miroir de condition pour beaucoup de femmes dans de nombreuses sociétés. Et c’est dans ces doutes que le silence est parfaitement décrit par l’autrice.


Le premier roman de Sarah Ghoula est disponible partout depuis le 27 mai dernier. 

L’héritage au centre du roman

Avec Nos silences sont immenses, Sarah Ghoula compte le récit d’une femme qui porte le fardeau du rejet, de la solitude et du devoir à accomplir. Une histoire émouvante dans un contexte glaçant qui prend place en Algérie, un territoire colonisé au moment de l’histoire. On y retrouve la fracture culturelle entre celle imposée en ville par le colonisateur et les coutumes traditionnelles en place depuis des millénaires dans les villages au cœur du pays. L’autrice dépeint avec justesse ces lieux vierges de toute colonisation comme de vastes dunes protégeant l’héritage civilisationnel et religieux au centre de toute la société. C’est l’héritage à toutes les échelles que Zohra doit enfouir puis partager qu’il s’agisse des traditions, de sa piété, des maux de sa mère, de ses traumatismes et de tous ses apprentissages mystiques.

Une histoire pour tous

Le roman, publié aux éditions Faces Cachée raconte l’histoire de milliers de jeunes enfants héritiers
d’une histoire rude, jamais cicatrisée et qui est la cause de longs secrets. Sarah Ghoula met en lumière , à travers son roman, l’histoire d’un destin connu par un trop grand nombre de jeunes femmes algériennes nées dans un silence presque mortuaire et à qui la vie a donné une série de choix moraux lourds. Un récit nécessaire qui raconte la dureté des liens familiaux, la beauté des traditions, le crime que représente la colonisation et l’amour entre les jeunes âmes en peine. Une écriture céleste et une relique artistique pour un héritage à découvrir et protéger.

Kamélia Ouaissa

Articles liés

  • À Noisy-le-Sec, le film Nos frangins résonne avec le vécu des spectateurs

    Le film de Rachid Bouchareb a été projeté en avant-première à la 11e édition du festival du cinéma franco-arabe de Noisy-le-Sec. Présenté dans la sélection « Cannes Premières » du festival de Cannes 2022, son film retrace les histoires de Malik Oussekine et d’Abdel Benyahia tués par la police le même soir de décembre. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 06/12/2022
  • À Sevran, la voix des Chibanias à l’honneur

    Les témoignages de femmes maghrébines arrivées en France pendant les Trente Glorieuses résonnent. Un documentaire « Chibanias 2022 : histoires et mémoires de femmes » leur a été dédié à la Micro-Folie des Beaudottes. La productrice le présente comme « un cadeau » pour sa mère et les femmes qui lui ressemblent. Reportage.

    Par Samira Goual
    Le 28/11/2022
  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022