J’étais en train de lire « De la race en Amérique », petit ouvrage bilingue des éditions Grasset qui reprend un discours désormais célèbre du sénateur afro-américain. D’habitude, je profite toujours de l’été pour lire quelques romans. J’aurais pu me mettre à la lecture de « Millénium », la trilogie de Stieg Larson que tout le monde, ou presque, a lue ou me plonger dans « Un lieu incertain », le roman de Fred Vargas. Mais je suis trop en retard pour certains projets et je dois donc me concentrer sur Barack Obama. J’en étais donc à un passage émouvant, dans lequel il retrace l’histoire des conflits raciaux en Amérique lorsque je me suis demandé si le livre du candidat démocrate se vendait bien.

Ni une ni deux, je cesse ma lecture pour téléphoner à Grasset. On me passe le secteur commercial où je tombe sur la voix d’une douce jeune femme. « Obama, dit-elle, c’est l’une de nos deux plus grosses ventes cet été. » Je tombe sur le cul. Je pensais que les livres les plus vendus en été étaient les romans, voire les cahiers de vacances. Je demande alors quel est l’autre livre le plus vendu. Sûrement un roman ?

« En fait, poursuit-elle, c’est aussi un essai, il s’agit de La Chinafrique ». Cet ouvrage bien connu des BB lecteurs a été écrit par Serge Michel, fondateur du Bondyblog, et Michel Beuret, chef du service international de l’hebdomadaire lausannois L’Hebdo, avec des photos de Paolo Woods. Mais revenons à notre sujet. Je retombe sur les fesses : deux essais au top des ventes d’une grosse maison d’édition, cela me semble très surprenant.

« En fait, ajoute mon interlocutrice, depuis plusieurs mois, on assiste à une baisse des lectures de romans. » Est-ce dû à un baisse de moral des Français, à l’inquiétude liée à la mondialisation ou peut-être à une modification en profondeur des loisirs, la télé et le jeu remplaçant de plus en plus la lecture de romans. En tout cas, « la Chine, l’Afrique et l’Amérique avec pour corolaire l’économie et la politique de ces pays enthousiasment plus nos lecteurs que les romans. »

C’est bien dommage pour les libraires et les maisons d’édition qu’Obama ne puisse pas être candidat en France… On était habitués à ce que l’Amérique exporte ses films durant l’été, mais s’ils se mettent aussi à exporter leurs hommes politiques, leurs discours, leurs biographies et poussent les lecteurs français à la lecture, alors, c’est vraiment le monde à l’envers.

Axel Ardes

Axel Ardes

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021