#OccupyPompidou. Jusqu’au 6 mars prochain, le Bondy Blog, à l’invitation du Centre Pompidou, occupe le studio 13/16 du forum. Ce mercredi 24 février, deux ateliers rythmeront l’après-midi.

En direct du Centre Pompidou, Souad Belhaddad, journaliste, et Marine Pedebosco, comédienne, ont proposé un atelier d’expression corporelle et orale aux adolescents. Les deux femmes les ont fait sortir de leur timidité, de leurs retranchements à travers une série de jeux de rôles. « Silence au fond ! » lance Souad, pour éviter de déconcentrer son groupe. Une relation de confiance s’est nouée instantanément.

Les questions sur les préjugés se mêlent à une réflexion sur l’attitude et leur manière de se présenter. Faisant preuve d’une grande autodérision, les animatrices ont demandé aux jeunes laquelle d’entre elles était journaliste et laquelle était comédienne. Il est intéressant d’observer les réponses naturelles et stéréotypées des participants. « Marine est blonde et bien habillée donc elle est journaliste et vient de Paris » a glissé un jeune homme, tandis qu’un autre a justifié le fait que Souad serait comédienne à son style très décontracté. Cet exemple pratique leurs a permis de démontrer aux adolescents que les apparences ne reflètent en aucun cas la réalité.

Pas évident de se montrer extraverti au sein d’un groupe. Quand un participant se démotive pour effectuer un des exercices, les autres ont spontanément tendance à le suivre. En mettant en avant ce phénomène social, Souad a su mobiliser à nouveau tous ses « élèves éphémères ». Lâcher prise semble être le maitre mot de cette animation. Chaque participant s’est prêté au jeu avec humour. Même les spectateurs les plus réservés ont fini par suivre Souad qui est venue les chercher individuellement.

Souad a expliqué à la rédaction la démarche de cet atelier : « on a cherché à faire sortir chez chaque jeune son potentiel, car avant de prendre la parole il faut se faire confiance ». Marine conclut : « les participants ne se connaissaient pas et ont réussi à se dépasser eux-mêmes en se séparant de tout préjugé ».

Victoire Chevreul

Crédit photo : Hervé Véronese

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021