On a vu ces dernières années naître un nouveau phénomène venant tout droit de la toile, les web séries. Quelques-uns ont réussi à crever l’écran comme « bref », d’autres sont en train d’y parvenir. C’est le cas d’Olivier Kissita, un jeune acteur-réalisateur originaire de Gonesse.

Je le vois faire son entrée, un peu gêné mais le sourire aux lèvres. Il déambule timidement le long de la Rotonde. On s’échange des signes de politesse, en se dirigeant vers le bar. C’est toujours autour d’un verre que les Hommes livrent leurs plus grandes batailles !

« Je n’ai pas attendu cette mode pour me lancer. Je pense que c’est simplement le fruit de ma passion. Très tôt, j’ai investi dans une caméra, pour toucher du bout des doigts mes rêves. L’idée m’est venue suite à de nombreux délires que j’ai partagés avec mes potes » J’observe sa détermination prendre forme à chaque syllabe. Tel un rêveur, il pourrait pendant des mille et une nuits me parler de cinéma.

« Je n’ai pas vraiment d’équipe technique! Je me débrouille avec les compétences que j’ai acquises sur le tas. Je suis autodidacte dans la réalisation, mais pas seulement ! J’ai pris des cours à « Acting International », un centre de formation professionnelle de comédien. En règle générale, je suis accompagné de mes camarades de jeu et de mes amis les plus motivés. Une équipe technique, si pour vous ça signifie une bande pote, pourquoi pas ! » (rires)

Il aspire quelques gorgées pour se remettre de l’euphorie. Les heures passent, son profil se dessine comme dans un storyboard. Les anecdotes pleuvent au rythme de notre conversation. « Tout part d’une idée enfouie au fin fond de ma tête. Je prends la température et compose avec les plus intéressés ! On s’en va conquérir notre Everest, notre lieu de tournage. On a l’habitude de tourner peu de prises, car chacun connaît son rôle. Il est vrai que je préfère tourner en intérieur pour pallier le manque de matériel. Souvent pendant les tournages, les passants plongés dans l’incompréhension réagissent. Ils nous prennent à partie pendant nos prises. On utilise un appareil photo reflex pour caméra, ce qui prête souvent à confusion! » (rires)

Dans nos échanges, je redécouvre le même humour que dans ses vidéos ! On dit qu’après deux à trois verres on sait tout d’une personne ! « Il m’arrive souvent que des personnes m’abordent, la phrase qui revient souvent  c’est : « Vous ne me connaissez pas, mais moi je vous connais… » Ce jour-là, c’était un ex-détenu que j’ai croisé. Il m’a dit qu’il regardait mes vidéos sur un téléphone portable pendant qu’il était écroué !  C’est étrange, mais c’est le début d’une notoriété ! » (rires)

La fin s’immortalise en photo et avec un conseil en pièce jointe ! « J’ai eu de très bons retours surtout pour « Qu’on arrête… », j’ai obtenu plusieurs demandes de partenariat mais elles n’étaient pas intéressantes. Mais en tout cas, je suis ouvert à toutes propositions ! Par la suite, j’ai plein d’autres projets, des web séries, des longs métrages à venir ! Il faut s’accrocher à sa passion, lorsqu’on a un but, il faut continuer sans relâche, il faut se perfectionner, apprendre, tomber pour mieux se relever. »

Lansala Delcielo

Articles liés

  • À Noisy-le-Sec, le film Nos frangins résonne avec le vécu des spectateurs

    Le film de Rachid Bouchareb a été projeté en avant-première à la 11e édition du festival du cinéma franco-arabe de Noisy-le-Sec. Présenté dans la sélection « Cannes Premières » du festival de Cannes 2022, son film retrace les histoires de Malik Oussekine et d’Abdel Benyahia tués par la police le même soir de décembre. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 06/12/2022
  • À Sevran, la voix des Chibanias à l’honneur

    Les témoignages de femmes maghrébines arrivées en France pendant les Trente Glorieuses résonnent. Un documentaire « Chibanias 2022 : histoires et mémoires de femmes » leur a été dédié à la Micro-Folie des Beaudottes. La productrice le présente comme « un cadeau » pour sa mère et les femmes qui lui ressemblent. Reportage.

    Par Samira Goual
    Le 28/11/2022
  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022