Lundi soir 20 heures, au Casino de Paris, s’est ouvert le festival Paris hip hop. Pendant quinze jours, la culture hip hop sera à l’honneur avec de très nombreuses scènes dans toute l’Ile-de-France. La soirée était présenté par Juan Massanya, qui tous les mois emmène le spectateur dans les quartiers avec son émission Teum Teum. Il a présenté tous les crew qui se produiront pendant cette quinzaine, aux côtés de graffeurs, réalisateurs et autres artistes issus du milieu hip hop.

Au total près de 300 artistes vont se produire lors d’une trentaine d’événements payants ou gratuits, sur l’ensemble de la région parisienne. Des danseurs de tous les styles, des popers, des breakdancers, notamment avec la compagnie Phase T qui est en compétition au niveau mondial, ou Yudat qui s’illustre dans le hip hop New Style. Des figures extraordinaires ont été effectuées, coordonnées par des chorégraphies travaillées au millimètre près. Le show de danse a surchauffé le public, heureux de pouvoir assister à une représentation de hip hop dans un grande salle parisienne. La vidéo montre un moment de l’ouverture avec Kif Kif, les compagnies Undercover et Yudat. Jusqu’au 4 juillet Paris va donc vibrer, danser et se réchauffer aux sons du hip hop.

Amine Benmouhoub et Saïd Benarroudj (texte et vidéo)

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JeRVv5Hct24[/youtube]

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021