Farid Boudjellal préside la table où des apprentis dessinateurs, des enfants pour la plupart, sont venus s’exercer. Des crayons de papier gras, des feuilles A3 et A4 sont à disposition. Trois des enfants font preuve d’un réel talent pour le dessin. Ils sont heureux d’être là. Les élèves sont appliqués. On entend les crayons griffer le papier, l’inspiration qui naît et qui grandit. Ce dessinateur, né en France dans une famille algérienne, a créé « Petit Polio », un personnage d’enfant atteint de la maladie du même nom, inspiré de sa propre histoire.

On est là pour écouter les précieux conseils du ce seigneur du dessin qu’est Farid Boudjellal, dont les premières illustrations sont parues en 1978 dans les magazines « Circus » et « Charlie mensuel ». Il met tout le monde à l’aise : « Si vous avez une question qui vous taraude, n’hésitez pas. Dessinez ce que vous voulez. Vous pouvez mettre un mot simplement ou plusieurs, sans bulle. Vous écrivez d’abord le texte et après vous tracez la bulle. Quand on écrit en BD, c’est très important de détacher les mots parce qu’il faut que ça soit lisible. »

Inès, une adolescente venue avec son père, est un peu perplexe. Elle pense qu’elle ne sait pas dessiner et le fait remarquer à son père, Mokhfi, qui a un bon coup de crayon : « Papa, quand est-ce que j’aurais ton talent ? – Ça viendra avec le temps », lui rétorque-t-il. Le professeur demande à l’assemblée de rendre les copies : « On n’a pas beaucoup de temps, il faut faire un dessin rapide », s’excuse presque Farid Boudjellal.

Les croquis de Jamel, 11 ans « et demi », sont épatants de maturité. L’un de ses dessins représente Sangoku, héros de Dragon Ball Z, qui a un furieux désir d’occire le méchant. A la présentation de son dessin, l’humoriste et chroniqueur lui propose de réfléchir au thème de la souffrance « Tu vas faire trois dessins, ce peut être un combat ou de l’action. » Jamel, qui aime crayonner, élabore un « chef-d’œuvre » où Sangoku en sauveur du monde rayonne : « J’ai fait Sangoku qui tient une boule de feu. Et il veut la jeter sur le monstre qui veut tuer tout le monde. »

Stéphanie Varet

Articles liés

  • À Sevran, la voix des Chibanias à l’honneur

    Les témoignages de femmes maghrébines arrivées en France pendant les Trente Glorieuses résonnent. Un documentaire « Chibanias 2022 : histoires et mémoires de femmes » leur a été dédié à la Micro-Folie des Beaudottes. La productrice le présente comme « un cadeau » pour sa mère et les femmes qui lui ressemblent. Reportage.

    Par Samira Goual
    Le 28/11/2022
  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022
  • Diam’s passe le Salam : votre rappeuse préférée ne veut plus l’être

    Parmi les sorties raps attendues, Diam’s revient avec la bande originale du film Salam. Sorti le 18 novembre sur Prime vidéo, ce documentaire lui est consacré. Une figure tutélaire du rap à laquelle nous devons nous résoudre à dire au revoir. Pour elle et pour la nouvelle génération de rappeuses. Édito.

    Par Anissa Rami
    Le 22/11/2022