Ghetto Child est un film qui a été réalisé et tourné lors d’un atelier-ciné talent mené par l’association 1000 Visages. Il vient d’être fini en post-production. Nous avions suivi, été 2012, le déroulement du tournage. Comme leur court-métrage Le Commencement, projeté à Cannes en 2011, Ghetto Child est un film dont on devrait parler cette année. Sauf que cette fois-ci, c’est un long-métrage.

Ce n’était qu’un rêve. Se frayer un chemin dans les embouteillages du cinéma. Signer une œuvre, avec leurs noms en or. Vous n’y verrez aucune ex-miss météo ou ex-chanteur balourd. Ce ne sont pas des ex, ce sont des futurs. Ce qu’ils ont fait, ce n’est pas la énième comédie qui viendra pourrir les écrans de cinéma. Ni le énième film dramatico- dépressif joué par un comique sans talent, sans saveur. Là, c’est un film, un vrai, avec ses intrigues et points noirs.

Été 2012. Il y a presque deux ans. Ils viennent du 91, du 93, du 75, du 77, d’un peu partout. Ils ont été sélectionnés par l’association 1000 Visages pour assister à un stage : écrire un film, le jouer, le tourner. Ils étaient 18, en Vendée. Une aventure qui a duré trois semaines, à la Barre de Monts. Ce stage a été, finalement, une école sur le tas, pour des jeunes qui n’y connaissaient rien. Là-bas, ils ont passé leur temps à se nourrir d’images et d’éclats de cinéma. Il y avait cinq professionnels pour les accompagner : scripte, chef opérateur, ingénieur du son, monteur et metteur en scène. Le soir, ils regardaient des films, à l’ombre d’une Lune d’été. Ils se sont laissé infliger le génie des Gus Van Sant, Robert Bresson, Jean-Luc Godard et Sergio Leone.

Comme Michael Haneke, ils sont devenus des obsédés d’un plan-séquence bien monté, pas raté, tourné avec la logique et l’impatience. Ils devaient devenir des pros, faire émerger leur prochaine passion. Tout faire pour ne pas connaître l’ombre d’une perche sur un plan. Laisser leur vigilance redoubler en cas de faux-raccords, chacun son rôle, chacun sa place. A force de régler et de jouer avec les ondulations de la mixette du son, Dany s’est découvert un nouvel amour, « un univers à part ». Depuis cet été là, Djigui et Samuel, amis d’enfance de la Grande Borne à Grigny, ont été lauréats par la Fondation France Télévisions, grâce à des court-métrages qu’ils ont réalisés. Jessica, quant à elle, est au casting du prochain film de Céline Sciamma (réalisatrice de Tomboy autre autres).

Ils auront galéré, finalement. Passés leurs nuits dans les forêts obscures et leurs jours à tourner dans la moiteur de l’été. Sous l’œil attentif du réalisateur Guillaume Tordjman. Au montage, il a fallu couper et recouper tous ces instants de cinéma, pour en faire un film, Ghetto Child. La version finale est née, aux forceps. Dans Ghetto Child, Hana, Brigt et Djigui se sont mis dans la peau de ceux qu’on appelle les « mineurs délinquants ». Ils s’échappent du centre qui les enferme et se retrouvent nulle part. Ils sont arrogants et attachants. Et Ghetto Child est un film qui raconte cette errance.

La semaine prochaine, leur film sera projeté, pour la première fois, à la Fémis. À peu près le début d’une reconnaissance. Mathilde le Ricque et Sandrine Barrucand, responsables de l’association, espèrent trouver un distributeur pour ce film au discret portefeuille. « Faut avouer que le budget pour la post-production n’a pas été rapide à boucler« . Maintenant, Ghetto Child s’en va sur la route. À son tour d’errer, dans des festivals…

Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah

Lire les épisodes sur le suivi du tournage
« On va vous montrer du cinéma de haute gastronomie »

« Donnez le meilleur de vous-même, ça se verra à l’écran »
Enfants du ghetto en action

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021