«Ramadance» est une web-série diffusée tout au long du ramadan par le Studio Magueule. Ses créateurs nous racontent le concept.
On a tous ce pote qui sèche son ramadan pour aller draguer des meufs à la base de loisirs de Créteil. Celui-ci pratique le « ramadan américain », comme le disent Hicham et Samir Harrag. Comédiens de 31 ans, ces deux frères jumeaux sont à l’initiative de « Ramadance », une web-série dévoilant avec humour les dérapages de musulmans durant le mois de jeûne. « Notre souhaitions rigoler de nous même au lieu que d’autres ne rigolent de nous », explique Hicham qui prône l’autodérision.
httpv://www.youtube.com/watch?v=L2QIXiheEcM
De quelques vannes balancées au quartier Boissière à Montreuil est née cette série composée d’une vingtaines de vidéos postées les unes à la suite des autres, et ce tout au long du ramadan. C’est un premier essai réussi l’été dernier qui les a convaincu de réitérer l’expérience rigoureusement. À la fois fusionnels et ouverts au dialogue, les deux frères écrivent à quatre mains une majorité des textes mais s’entourent également d’une bande avec qui ils pratiquent du « ping pong verbal ». Le but ? Trouver la meilleure punchline quitte à improviser durant le tournage.
httpv://www.youtube.com/watch?v=Tk-C6KT98TI
Si les deux humoristes aiment rire de leur religion, ils s’accordent néanmoins quelques limites. « Tout est dans le respect », résume Hicham. S’amuser du jeûne tout en étant utile est l’ambition première de « Ramadance », qui se veut être un « tuto sur l’islam moderne ». Ainsi, nous retrouvons dans ces vidéos des croyants qui font face à leurs démons. Une jeune femme qui abuse du Gemey-Maybelline pour ne pas perdre la face devant un mec. Un mec qui fait tout pour ne pas regarder le derrière d’une fille. Et comme le ramadan s’apparente à Koh-Lanta, dans les deux cas, la sentence est irrévocable : « Ramadance, Ramadance, tu peux aller manger une datte » narguent les deux jumeaux tout sourires face aux pêcheurs.
httpv://www.youtube.com/watch?v=kWaZjkZoRtQ
Co-fondateurs avec Al Huyn du Studio Magueule, produit par Cocorico, Samir et Hicham font avec les moyens du bord : « le clin d’œil au Studio Bagel est assumé. Ils le font à la Canal +, on le fait à la street ». Issus du cinéma, ils animent de nombreuses masterclass à Montreuil afin de faire naître des vocations. « Ramadance » est alors une arme de séduction. Parce que parfois, il suffit d’une datte pour combattre les clichés.
Oumar Diawara

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021