Le rap – ultra, hardcore ou gansta – alimente-t-il le ressentiment d’une partie des jeunes habitants des cités contre la police ? C’est de cette question dont ont débattu mardi au Bondy Blog, Mohamed Douhane, commandant de police, membre du syndicat Synergie Officiers, et Almamy Kanouté, éducateur de rue dans le 15e arrondissement de Paris, élu municipal à Fresnes (94) et fin connaisseur de l’univers « rap ». Les rappeurs et leurs excès mis sur la selette, mais les agissements des forces de l’ordre également. « Faut qu’on se parle », tel est le nom que nous avons choisi de donner à ce débat filmé et aux prochains qui suivront à un rythme mensuel. « Faut qu’on se parle », parce que, dans une France pleine de tensions – politiques, sociales ou identitaires –, il est urgent que ceux qui s’invectivent à distance parlent à la même table. Et maintenant, place aux vidéos (cliquez ci-dessous sur « Lire la suite »).

« Je plaide non coupable »


Faut qu’on se parle (première partie)
envoyé par Bondy_Blog. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

Une erreur et une description incomplète se sont « glissées » dans les légendes au début de la première partie : Almamy Kanouté est « élu municipal », sans – e – à municipal. Mohamed Douhane est membre du syndicat de police « Synergie Officiers » et non membre de « Synergie ».

« Cette majorité silencieuse qui baisse la tête devant les caïds »


Faut qu’on se parle (deuxième partie)
envoyé par Bondy_Blog. – L’info internationale vidéo.

« Chez les rappeurs, il y a aussi du racisme anti-Blancs »


Faut qu’on se parle (troisième et dernière partie)
envoyé par Bondy_Blog. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

Antoine Menusier

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021