Passionnée de mode depuis son enfance, Sabra Kerrouche, jeune Aulnaysienne de 25 ans, est devenue une créatrice de prêt-à-porter. Elle a même sa propre marque de vêtements, Aul People, qu’on retrouve sur sa page My Space. Sabra reçoit dans ses locaux d’Aulnay-sous-Bois, un endroit très convivial. Elle fait de la place sur une table où sont étalées ses créations. Avec Coumba Soumaré, une amie, elle a créé MAA (Musicalité et aide artistique, qui signifie aussi Musique afro-américaine), une association qui aide des jeunes amateurs de musique et de chant à se produire sur scène, une fois par mois, dans un pub tenu par des amis, Le comptoir de Madame Tomate, situé boulevard Sébastopol, à Paris.

Les deux jeunes filles sont passionnées de chant. Sabra a déjà travaillé sur un projet musical via une connaissance à la SMJ (Service municipal de la jeunesse) de son quartier, à Aulnay-sous-Bois. Son  style c’est plutôt soul, RN’B-jazz, même si, sur son My Space, elle interprète le classique de Charles Aznavour « La Bohème » et quelques chansons qu’elle a elle-même écrites.

Sabra a grandi à Aulnay-sous-Bois, dans les quartiers nord de la ville. Son attachement à la mode, elle le tient de sa mère qui était couturière. Petite déjà elle « customisait » ses vêtements en ramassant des « bouts de tissu » dans l’atelier de sa maman. « Mes parents n’avaient pas les moyens de me payer des habits à la mode alors je me les confectionnais moi-même », raconte Sabra.

Après le collège, elle s’oriente vers une seconde STL (sciences et techniques des laboratoires), « ça n’a pas été du tout ! ». La filière ne lui plaisait pas. Une enseignante  lui conseille alors une voie qui lui correspondra mieux. Pour cela, Sabra doit changer d’académie et aller étudier au lycée Marie Laurencin dans le 10e arrondissement de la capitale. C’est ainsi qu’elle entame un BEP suivi d’un bac professionnel « couture industrielle et industrie connexe ». C’est dans ce même établissement qu’elle effectuera une formation complémentaire en 2007 : FCIL (modélisme industriel et lingerie) qui lui permet d’obtenir un certificat de « styliste modéliste ».

Sabra rêve d’avoir sa propre boutique. Elle y travaille depuis 2005 avec sa propre marque Aul People qui s’inspire d’un style plutôt street wear même si elle confie ne pas avoir pas de style bien particulier. Elle a remporté le premier prix de la première édition Cité Style l’an dernier. Un prix assorti d’une aide de 3000 euros, d’une formation au siège de Pull and Bear en Espagne et d’une semaine de formation à Esmod.

La jeune styliste est tout à son prochain défilé qui aura lieu en avril. Elle a déjà trouvé le lieu mais hésite encore, elle attend de voir si d’autres opportunités plus intéressantes s’ouvrent à elle. Elle cherche aussi des mannequins : « Je n’ai pas de critère de sélection, juste la motivation et le respect. » Rien n’arrête Sabra dans sa passion, malgré le peu de moyens dont elle dispose et les difficultés pour trouver des fonds. Sabra garde la tête haute et froide, elle ne compte pas baisser les bras. C’est bien simple : « Je ne peux pas me passer de la musique comme de mes créations. »

Imane Youssfi

Articles liés

  • Sheng : de la rupture amoureuse à la reconnexion avec ses racines

    Jeune rappeuse d’origine sino-libanaise qui kicke en français et en mandarin, Sheng est un profil atypique de la scène hip-hop française. Alors qu’elle travaille sur son deuxième projet, l’artiste de 23 ans s’est entretenue avec le Bondy Blog pour parler réseaux sociaux, double culture, cœur brisé et, bien sûr, rap. Portrait.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 21/03/2023
  • Entre rap et Rnb : Doria prend tout !

    La rappeuse Doria a sorti son nouveau hit, qui fait le tour de TikTok : C’est fini. Le même jour, elle avait rendez-vous avec son public sur la scène du Canal 93 à Bobigny. Elle nous parle de la création de ce morceau qui ne ressemble pas aux autres, et de la volonté de montrer toutes les facettes de sa personnalité en musique. Interview.

    Par Anissa Rami
    Le 15/03/2023
  • Décadrage colonial : L’Empire examiné par son imagerie

    Il ne reste que quelques jours pour visiter Décadrage colonial, une exposition gratuite à voir au sein de la Galerie de photographies du Centre Pompidou.

    Par Miguel Shema
    Le 21/02/2023