Passionnée de mode depuis son enfance, Sabra Kerrouche, jeune Aulnaysienne de 25 ans, est devenue une créatrice de prêt-à-porter. Elle a même sa propre marque de vêtements, Aul People, qu’on retrouve sur sa page My Space. Sabra reçoit dans ses locaux d’Aulnay-sous-Bois, un endroit très convivial. Elle fait de la place sur une table où sont étalées ses créations. Avec Coumba Soumaré, une amie, elle a créé MAA (Musicalité et aide artistique, qui signifie aussi Musique afro-américaine), une association qui aide des jeunes amateurs de musique et de chant à se produire sur scène, une fois par mois, dans un pub tenu par des amis, Le comptoir de Madame Tomate, situé boulevard Sébastopol, à Paris.

Les deux jeunes filles sont passionnées de chant. Sabra a déjà travaillé sur un projet musical via une connaissance à la SMJ (Service municipal de la jeunesse) de son quartier, à Aulnay-sous-Bois. Son  style c’est plutôt soul, RN’B-jazz, même si, sur son My Space, elle interprète le classique de Charles Aznavour « La Bohème » et quelques chansons qu’elle a elle-même écrites.

Sabra a grandi à Aulnay-sous-Bois, dans les quartiers nord de la ville. Son attachement à la mode, elle le tient de sa mère qui était couturière. Petite déjà elle « customisait » ses vêtements en ramassant des « bouts de tissu » dans l’atelier de sa maman. « Mes parents n’avaient pas les moyens de me payer des habits à la mode alors je me les confectionnais moi-même », raconte Sabra.

Après le collège, elle s’oriente vers une seconde STL (sciences et techniques des laboratoires), « ça n’a pas été du tout ! ». La filière ne lui plaisait pas. Une enseignante  lui conseille alors une voie qui lui correspondra mieux. Pour cela, Sabra doit changer d’académie et aller étudier au lycée Marie Laurencin dans le 10e arrondissement de la capitale. C’est ainsi qu’elle entame un BEP suivi d’un bac professionnel « couture industrielle et industrie connexe ». C’est dans ce même établissement qu’elle effectuera une formation complémentaire en 2007 : FCIL (modélisme industriel et lingerie) qui lui permet d’obtenir un certificat de « styliste modéliste ».

Sabra rêve d’avoir sa propre boutique. Elle y travaille depuis 2005 avec sa propre marque Aul People qui s’inspire d’un style plutôt street wear même si elle confie ne pas avoir pas de style bien particulier. Elle a remporté le premier prix de la première édition Cité Style l’an dernier. Un prix assorti d’une aide de 3000 euros, d’une formation au siège de Pull and Bear en Espagne et d’une semaine de formation à Esmod.

La jeune styliste est tout à son prochain défilé qui aura lieu en avril. Elle a déjà trouvé le lieu mais hésite encore, elle attend de voir si d’autres opportunités plus intéressantes s’ouvrent à elle. Elle cherche aussi des mannequins : « Je n’ai pas de critère de sélection, juste la motivation et le respect. » Rien n’arrête Sabra dans sa passion, malgré le peu de moyens dont elle dispose et les difficultés pour trouver des fonds. Sabra garde la tête haute et froide, elle ne compte pas baisser les bras. C’est bien simple : « Je ne peux pas me passer de la musique comme de mes créations. »

Imane Youssfi

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021