Pour son retour avec un projet solo, Sadek a donc décidé de revenir aux fondamentaux : l’amour des siens, des autres aussi, et celui du rap qui l’a amené dans cette position confortable d’artiste incontournable de la scène rap française. Aussi à l’aise sur les plateaux de tournage du Bureau des Légendes ou face à Depardieu, que dans les studios, Sadek trace son sillon avec honnêteté et simplicité.

À 30 ans, celui qui se considère toujours comme un « jeune rappeur » attire les projets comme les collaborations, malgré le contexte qui ne l’a pas empêché de signer la bande originale du film « En Passant Pecho » avec Kore. Pour la sortie d' »Aimons-nous vivants », son septième projet, Sadek prend le temps de raconter son parcours, l’histoire de son évolution, et son regard toujours incisif sur le monde.


Sadek se dévoile au cours d’un entretien aussi riche que puissant.

Interview : Félix Mubenga 
Réalisation : Mehdi Ichou 
Montage : Fethi Ichou

Articles liés

  • Un livre tout en rimes : le défi de ce prof de français du Val-de-Marne

    Un roman de 250 pages, dans lequel toute l'intrigue est construite en rimes. C'est le défi que s'est lancé un peu par hasard, Sherine Soliman, professeur de Français du Val-de-Marne avec son premier roman 'Souleymane'. Une oeuvre hors-du-commun qu'a lu Samira Goual. Entretien sur le fond et la forme.

    Par Samira Goual
    Le 27/04/2021
  • Edouard Louis : « Ma mère, à cause de la domination de classe, ne pouvait fuir celle du genre »

    À l'occastion de la sortie de son dernier livre 'Combats et métamorphoses d'une femme' aux éditions du Seuil, Edouard Louis s'est livré à Miguel Shema au cours d'une longue interview, pour expliquer pourquoi il a choisi de raconter sa mère, sa transformation, et sa libération d'un milieu social modeste, avec ses codes et ses entraves. Entretien fleuve.

    Par Miguel Shema
    Le 22/04/2021
  • La France regarde-t-elle son histoire en face ou se limite-t-elle aux symboles ?

    Depuis plusieurs mois, le Président Emmanuel Macron a initié une séquence mémorielle particulière, en ouvrant notamment les archives sur deux tragédies, la guerre d’Algérie et le génocide des Tutsis au Rwanda, ou encore en désignant des personnalités historiques non-blanches pour les rues du territoire. Mais avec ces rapports et ce volontarisme, la France cherche-t-elle vraiment à faire émerger la vérité historique ou se borne-t-elle au symbole ? Analyse.

    Par Hervé Hinopay
    Le 21/04/2021