Pour son retour avec un projet solo, Sadek a donc décidé de revenir aux fondamentaux : l’amour des siens, des autres aussi, et celui du rap qui l’a amené dans cette position confortable d’artiste incontournable de la scène rap française. Aussi à l’aise sur les plateaux de tournage du Bureau des Légendes ou face à Depardieu, que dans les studios, Sadek trace son sillon avec honnêteté et simplicité.

À 30 ans, celui qui se considère toujours comme un « jeune rappeur » attire les projets comme les collaborations, malgré le contexte qui ne l’a pas empêché de signer la bande originale du film « En Passant Pecho » avec Kore. Pour la sortie d' »Aimons-nous vivants », son septième projet, Sadek prend le temps de raconter son parcours, l’histoire de son évolution, et son regard toujours incisif sur le monde.


Sadek se dévoile au cours d’un entretien aussi riche que puissant.

Interview : Félix Mubenga 
Réalisation : Mehdi Ichou 
Montage : Fethi Ichou

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021