Pour son retour avec un projet solo, Sadek a donc décidé de revenir aux fondamentaux : l’amour des siens, des autres aussi, et celui du rap qui l’a amené dans cette position confortable d’artiste incontournable de la scène rap française. Aussi à l’aise sur les plateaux de tournage du Bureau des Légendes ou face à Depardieu, que dans les studios, Sadek trace son sillon avec honnêteté et simplicité.

À 30 ans, celui qui se considère toujours comme un « jeune rappeur » attire les projets comme les collaborations, malgré le contexte qui ne l’a pas empêché de signer la bande originale du film « En Passant Pecho » avec Kore. Pour la sortie d' »Aimons-nous vivants », son septième projet, Sadek prend le temps de raconter son parcours, l’histoire de son évolution, et son regard toujours incisif sur le monde.


Sadek se dévoile au cours d’un entretien aussi riche que puissant.

Interview : Félix Mubenga 
Réalisation : Mehdi Ichou 
Montage : Fethi Ichou

Articles liés

  • La guerre d’Algérie, par mon grand-père pour la première fois

    Amina Lahmar n'a jamais parlé avec son grand-père de l'indépendance algérienne du 5 juillet 1962. Encore moins de la guerre. Pourtant Ahmed Lahmar a eu un rôle dans la résistance pour la libération. L'homme octogénaire a accepté pour la première fois de se confier à sa petite-fille en détail. Témoignage.

    Par Amina Lahmar
    Le 07/07/2022
  • Le 5 juillet depuis Choisy-le-Roi, dans les yeux d’Antar et Rachida

    Rencontre avec Antar Ghiri, 80 ans et Rachida Benghanem, 83 ans. Des cousins originaires de Sétif arrivés en France à la fin des années 1950. Le 5 juillet 1962, ils ont vécu la proclamation de l’indépendance de l’Algérie dans le Val de Marne, après des années de lutte et de résistance du peuple algérien. 60 ans plus tard, ils racontent avec émotion. Récit de vie. 

    Par Samira Goual
    Le 05/07/2022
  • « Nos silences sont immenses », Sarah Ghoula raconte les maux de nos aïeux

    Un roman pour raconter l'Algérie colonisée, le rôle des femmes et surtout les liens familiaux et sociaux qui se jouent face à l'apparition du surnaturel. "Nos silences sont immenses", premier roman de Sarah Ghoula a plusieurs niveaux de lecture, et la fiction dépeint avec force un vécu enfoui par de nombreuses générations. Critique.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 29/06/2022