« Speed Racer » débarque au cinéma le 18 juin. Obligé de parler de l’hallyuh, qui gagne tous les jours un peu plus de terrain. L’hallyuh ? On va y venir. « Speed Racer », d’abord. Adaptation du manga Mach go go go, ce film est le dernier né des frères Wachowski. Au casting, on retrouve Emile Hirsh, grande révélation du film « Into the Wild », Mathhew Fow , la star de « Lost », ou encore Christina Ricci, qui depuis La famille Addams, a bien su poursuivre sa carrière. Mais la grande découverte du film s’appelle Jung Ji-hoon, alias Bi (prononcez Pi), ou Rain. Ce nom vous est sûrement complètement inconnu, mais plus pour longtemps.

Enorme star de Kpop (pop coréenne), Bi, 25 ans, gueule de beau gosse, a déjà tâté du cinéma. Au pays du matin calme, notre star a déjà tourné plusieurs fois : trois séries télé à grand succès (dramas pour les connaisseurs) et un film, « I’m a Cyborg but that’s Ok », réalisé par le célèbre Park Chan-wook, « papa » du maintenant mythique « Old Boy » et autres « Lady Vengenace » ou « Sympathy for Mr. Vengeance ».

Bi, qui a appris l’anglais, se retrouve au casting du dernier blockbuster des créateurs de la trilogie de « Matrix ». Interviewé par le magazine américain Time, il sera aussi à l’affiche du prochain film des mêmes réalisateurs, Ninja Assassins, en tant qu’acteur principal ! Une grande première pour la Corée du Sud et pour les Etats Unis. Sortie prévue en 2009. Rain devrait partager l’affiche avec Megan Fox, mais ça reste à confirmer.

Venons-en donc à notre hallyuh. Ce terme inventé par des journalistes chinois est utilisé pour désigner la vague coréenne qui se propage en Asie. Certains acteurs et actrices (Bae young-jae , Choi Ji-woo…) en sont les rois et reines. La cague traverse désormais le Pacifique. Comme Rain, d’autres comédiens coréens joueront dans des films américains: Song Hye Kyo dans « Fetish » ou encore Lee Byun Hun (« A Bittersweet Life ») dans « GI Joe ». La Korean Wave progresse inexorablement. Des séries telles que « Full House », « Winter Sonata » ou encore « My Girl », ont fait découvrir la fiction coréenne au reste de l’Asie, mais ici on parle « cinéma ». Et le film fétiche, jusqu’ici, c’est « My Sassy Girl ».

Le cinéma américain fait un carton sur le net. En France aussi. Yasmine, 19 ans, est une fan : « J’aime le cinéma coréen pour l’humour particulier, parce que les Coréens ont tendance à rire de tout et même d’eux-mêmes. Ils ne se prennent pas au sérieux. C’est aussi la différence de culture, de langue, qui m’attire. Grâce aux films, j’ai même réussi à apprendre le coréen. » Tiens, c’est comme pour la langue allemande, qui a fait un bon chez les ados français grâce à Tokyo Hotel.

Frédéric Sanchez, ex-rédacteur en chef du magazine Eiga no mura et écrivain, a publié « L’encyclopédie DVD du cinéma asiatique ». « Les genres sont maintenant tous abordés, de la comédie au film policier en passant par les films de monstres, écrit-il. Il ne manque plus qu’à certains réalisateurs cherchant trop souvent des références dans le cinéma américain de développer leur personnalité (…). »

Le cinéma coréen n’a rien à envier au cinéma occidental. Notez la victoire de Jeon Do-yeon à Cannes en 2007, qui remporte le prix d’interprétation féminine pour le sublime « Secret Sunshine » ou le réalisateur Park Chan-wook », récompensé du Grand prix du jury en 2004 pour « Old Boy ». L’hallyuh est un tsunami qui éclabousse tout sans tuer personne.

Ndembo Boueya

Ndembo Boueya

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021