« Speed Racer » débarque au cinéma le 18 juin. Obligé de parler de l’hallyuh, qui gagne tous les jours un peu plus de terrain. L’hallyuh ? On va y venir. « Speed Racer », d’abord. Adaptation du manga Mach go go go, ce film est le dernier né des frères Wachowski. Au casting, on retrouve Emile Hirsh, grande révélation du film « Into the Wild », Mathhew Fow , la star de « Lost », ou encore Christina Ricci, qui depuis La famille Addams, a bien su poursuivre sa carrière. Mais la grande découverte du film s’appelle Jung Ji-hoon, alias Bi (prononcez Pi), ou Rain. Ce nom vous est sûrement complètement inconnu, mais plus pour longtemps.

Enorme star de Kpop (pop coréenne), Bi, 25 ans, gueule de beau gosse, a déjà tâté du cinéma. Au pays du matin calme, notre star a déjà tourné plusieurs fois : trois séries télé à grand succès (dramas pour les connaisseurs) et un film, « I’m a Cyborg but that’s Ok », réalisé par le célèbre Park Chan-wook, « papa » du maintenant mythique « Old Boy » et autres « Lady Vengenace » ou « Sympathy for Mr. Vengeance ».

Bi, qui a appris l’anglais, se retrouve au casting du dernier blockbuster des créateurs de la trilogie de « Matrix ». Interviewé par le magazine américain Time, il sera aussi à l’affiche du prochain film des mêmes réalisateurs, Ninja Assassins, en tant qu’acteur principal ! Une grande première pour la Corée du Sud et pour les Etats Unis. Sortie prévue en 2009. Rain devrait partager l’affiche avec Megan Fox, mais ça reste à confirmer.

Venons-en donc à notre hallyuh. Ce terme inventé par des journalistes chinois est utilisé pour désigner la vague coréenne qui se propage en Asie. Certains acteurs et actrices (Bae young-jae , Choi Ji-woo…) en sont les rois et reines. La cague traverse désormais le Pacifique. Comme Rain, d’autres comédiens coréens joueront dans des films américains: Song Hye Kyo dans « Fetish » ou encore Lee Byun Hun (« A Bittersweet Life ») dans « GI Joe ». La Korean Wave progresse inexorablement. Des séries telles que « Full House », « Winter Sonata » ou encore « My Girl », ont fait découvrir la fiction coréenne au reste de l’Asie, mais ici on parle « cinéma ». Et le film fétiche, jusqu’ici, c’est « My Sassy Girl ».

Le cinéma américain fait un carton sur le net. En France aussi. Yasmine, 19 ans, est une fan : « J’aime le cinéma coréen pour l’humour particulier, parce que les Coréens ont tendance à rire de tout et même d’eux-mêmes. Ils ne se prennent pas au sérieux. C’est aussi la différence de culture, de langue, qui m’attire. Grâce aux films, j’ai même réussi à apprendre le coréen. » Tiens, c’est comme pour la langue allemande, qui a fait un bon chez les ados français grâce à Tokyo Hotel.

Frédéric Sanchez, ex-rédacteur en chef du magazine Eiga no mura et écrivain, a publié « L’encyclopédie DVD du cinéma asiatique ». « Les genres sont maintenant tous abordés, de la comédie au film policier en passant par les films de monstres, écrit-il. Il ne manque plus qu’à certains réalisateurs cherchant trop souvent des références dans le cinéma américain de développer leur personnalité (…). »

Le cinéma coréen n’a rien à envier au cinéma occidental. Notez la victoire de Jeon Do-yeon à Cannes en 2007, qui remporte le prix d’interprétation féminine pour le sublime « Secret Sunshine » ou le réalisateur Park Chan-wook », récompensé du Grand prix du jury en 2004 pour « Old Boy ». L’hallyuh est un tsunami qui éclabousse tout sans tuer personne.

Ndembo Boueya

Ndembo Boueya

Articles liés

  • Hip-Hop 360 : La philharmonie de Paris met le rap sur le devant de la scène

    Le Hip-Hop mondial et francophone a pris ses quartiers pour plusieurs mois, jusqu'au mois de juillet prochain à la Philarmonie de Paris. L'exposition "Hip-Hop 360" met à l'honneur un mouvement culturel longtemps dénigré par institutions et politiques, qui a fini par s'imposer aux yeux du monde entier. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 18/05/2022
  • Younès Boucif : « L’humour, un moyen de dire des choses en avance »

    Révélé au grand public avec la série Drôle, Younès Boucif a déjà une carrière bien lancée et ne compte pas s’arrêter là. Si Netflix a décidé que la série n’aurait pas de saison 2, l’artiste de 27 ans originaire de la banlieue de Rouen, a des projets plein la tête. Écriture, humour, prochain album, projet hollywoodien… On a discuté de tout ça avec Younès. Entretien.

  • Des K7 au streaming, Driver raconte son histoire du rap

    Paru le 25 mars dernier chez Faces Cachées Éditions, l’autobiographie du rappeur Driver, co-écrite avec le journaliste Ismael Mereghetti a beaucoup plus à notre contributeur Ryan Baruchel. Dans ce livre on découvre l’évolution du mouvement Hip-Hop français depuis les années 1990. Un livre qui démonte les clichés du rappeur, instaure des messages fort et raconte la vie d’un homme. Rencontre.

    Par Ryan Baruchel
    Le 04/05/2022