Tournage du dernier clip de Vicelow, « Lieutenant ». C’est Glaz’Art, une boîte dans le 19e à Paris, que ça se passe. J’y vais pour filer un coup de main et puis pour prendre quelques images. Journée longue et chargée en perspective. Comme à chaque fois avec le tournage d’un clip. On est certain d’être sur les rotules à la fin de la journée.

Quand j’arrive en fin de matinée, l’équipe technique est toujours en pleins préparatifs de la première séquence, qui bien évidemment n’a pas encore été tournée. L’artiste est là, fin prêt avec son équipe de danseurs, le RAF Crew, à en découdre avec les objectifs. Mais il faudra qu’il attende encore un peu : il reste à installer les décors et les lumières, mettre au point la caméra et ses objectifs…

Pendant ce temps, le fameux « Noir à lunettes » est en train de se faire beau grâce aux soins de la maquilleuse. Certains auraient-ils oublié ce pseudo qui lui colle à la peau ? Il lui vient d’une chanson qui a fait les heures de gloire du Saîan Supa Crew. Nous sommes en 2000, « Angela, Mwen ké fend’tchou aw, pendan papaw pa la, Angela… Trop chichi, trop hein hein, Angela me tchip, a peur du hin hin contraint, je suis une contrainte, c’est par contrat moral qu’elle se retrouve contre un Noir à lunettes Vicelow, homme de zouk… » La suite vous la connaissez – ou pas. Je vous entends déjà fredonnez chez vous « Angela… ».

Après quelques moments d’impatience, j’entends enfin le premier : « Moteur, ça tourne ! » La journée est lancée sous les couleurs du hip-hop. La chanson « Lieutenant » passera en boucle et restera gravée dans l’esprit de tous ceux présents ce jour là. Il y a un homme politique caché dans le deuxième refrain. Eh oui, le rap, c’est politique Mesdames, Messieurs !

Pendant que les premières séquences sont tournées avec Vicelow, les bataillons de danseurs commencent à arriver. Le clip est placé sous le signe du hip-hop pour rendre hommage à une des disciplines phare du mouvement.

Thomas Romain

Le making-off


Vicelow Lieutenant Making-Off
 

envoyé par Tosma-prod

Le clip


Vicelow Clip Lieutenant
envoyé par Vicelowssc

Thomas Romain

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021