Après Duck Sauce et sa version new-yorkaise du tube « Barbra Streisand » (réalisée par le Parisien So Me), voilà qu’un collectif de quatre jeunes également parisiens, les Batous, remixe le planétaire « Gotta Go Home » de Boney M en hommage à Paris, et involontairement au chanteur de ce groupe-phare disco, Bobby Farrell, récemment décédé. Paris qui les a vus grandir et devenir ce qu’ils sont aujourd’hui : des artistes au regard neuf et enthousiaste.

Pour cette french version intitulée « This is Paris », une quinzaine de nos VIP, dont Dj Kore, Make the Girl Dance, Pierre Lescure, Ramzy Bedia, Patson, Julien Courbey, André Manoukian, Old Kainry, Fred Musa ou China Moses, et une poignée d’anonymes, comme on dit, ont apporté leur touche au remake de ce mega-succès. Ce fut un travail de longue haleine que de contacter tout ce beau monde pour le convaincre de participer à un tel projet. Mais les Babtous (les Blancs – et ce mot n’a rien de raciste dans la démarche du groupe) sont arrivés à leur fin. Mac Tyer, l’artiste RAP du 93, a même écrit un petit couplet spécialement pour le clip. Leurs « homologues » américains qui ont vu le clip les ont félicités pour sa qualité via twitter.

Depuis, les chaînes de TV Nnrj12, Ofive TV, les radios Génération FM, Skyrock, et une trentaine de sites ont déjà relayé leur clip en ligne depuis fin décembre, parmi lesquels Canal+ ainsi et des boîtes de nuit comme Le VIP, le Gibus et le Palais M. Clip qui semble avoir été bien reçu par les Parisiens qui l’on vu. D’autres estiment en revanche que c’est une « arnaque », voire une « conspiration », car jugé « trop noir » ou « pas assez blanc », comme on peut le lire sur le site « 10 minutes à perdre ».

Certains commentaires haineux vont bon train et ça, Nabil, un des membres du collectif, ne s’y attendait pas vraiment ! « On est surpris par ces réactions car la vidéo est plutôt axée sur la diversité de la population parisienne. Inutile de relever ces propos. » Même en musique, il semble que tout un chacun ne soit pas encore prêt à reconnaître et encore moins à apprécier cette mixité alors que pour d’autres elle va de soi. Cette vidéo partie de New York risque bien de faire boule de neige…

Cette bande de potes âgés de 24, 25 ans, qui manie aussi bien l’humour que la dérision est aussi à l’origine du clip « Sexion d’homo – Désolé », vu plus de 4 millions de fois, ainsi que de « La France championne du monde ? », ne compte pas en rester là. « D’autres projets tenus secrets pour le moment sont à venir », avertit Nabil !

Les quatre de Babtous s’orientent vers les métiers du spectacle, de la télé ou du cinéma et ne rechignent pas à la tâche. Parions qu’ils réussiront à marquer leur territoire à Paris, dans le monde impitoyable du showbiz. Souhaitons-leur le meilleur pour 2011 et les années d’après !

Nadia Méhouri

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xg8eyj_les-babtous-this-is-paris_music[/dailymotion]

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021