En direct du Banlieue is Beautiful. Artiste multidisciplinaire autodidacte, à 38 ans, Twice est un véritable « performeur vocal ». Influencé par la culture hip-hop, il jongle entre rap, slam, danse et humour.

La conférence « La ville de demain » au Palais de Tokyo s’est achevée par une performance inédite de l’artiste Twice. Entre l’humour et le slam, il manie l’art des mots et du spectacle. Grand, le visage allongé, il gigote dans tous les sens, provoque, s’agite, parle et joue avec son corps et sa voix.

Twice a grandi en Seine-Saint-Denis dans les quartiers où il a baigné dans la culture hip-hop. Après s’être nourri de ses multiples voyages entre l’Espagne et l’Afrique, il s’est formé sur le tas, animé par le plaisir de « transmettre et d’écouter. » Issu de parents ouvriers, il anime des ateliers culturels dans les écoles, les associations et les prisons : « j’anime des ateliers d’écriture, de percussions corporelles, je fais aussi de l’éveil musical pour les enfants. J’apprends aussi aux gens à parler en public. » Sa démarche artistique est simple : « si tu te réveilles le matin et que tu as envie d’écrire, c’est que tu es écrivain, c’est pareil pour tous les arts. »

Amateur de littérature, il s’est très tôt passionné pour les mots : « J’aime les livres, j’aime bien l’objet et les mots, le plaisir de raconter quelque chose. A 12 ans, je lisais des contes dans la cour de recré, à mes proches, à mes potes, je devenais même un peu relou ! »

Il met la voix au centre de sa démarche artistique. En réalité, le passage de la littérature à la vocalité s’est fait très naturellement : « La voix, c’est une empreinte unique, il n’y a pas une voix comme la tienne, il y a quelque chose à dompter, j’aime jouer avec. »

« Invisible » , il regrette que ses spectacles soient souvent relégués dans les établissements culturels « de seconde zone » : « à Chartres la semaine dernière, ils m’ont fait jouer dans une cité mais jamais ils me proposent de jouer au théâtre municipal. »

Pour lui, le festival Banlieue is Beautiful est une véritable aubaine, « c’est un projet incroyable qui permet à la culture urbaine de se fondre dans la culture institutionnelle. »

Myriam Boukhobza

Articles liés

  • Avec « Nous », Alice Diop retisse la trame de notre société

    Comment des personnes aussi différentes les unes des autres font-elles société ? Comment passer de la somme des 'je' individuels à la formation du 'nous' collectif ? C'est avec cette intrigue sociale et politique que la réalisatrice Alice Diop a démarré son documentaire 'Nous'. Un film qui sortira en février 2022, disponible actuellement sur Arte, et qu'a vu Nassera Tamer. Critique.

    Par Nassera Tamer
    Le 22/12/2021
  • Alice Babin : « les lieux ont un esprit »

    Comment un lieu peut exister en nous ? C’est la question que se pose Alice Babin, 27 ans et surtout ancienne du Bondy Blog, aujourd'hui productrice de documentaires sonores et auteure. Elle vient de sortir son premier roman, Prière au lieu, qui s'intéresse au XXème arrondissement de Paris. Ouvrage que Kab Niang a eu le plaisir de lire. Interview.

    Par Kab Niang
    Le 16/12/2021
  • Franck Gastambide face au BB

    Un droit de réponse qui se transforme en débat enrichissant sur la création culturelle des quartiers populaires. C'est le programme proposé par cette rencontre entre Franck Gastambide et la rédaction du BB, après la publication de notre édito acide sur ses films. Rencontre.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 30/11/2021