En direct du Banlieue is Beautiful. Artiste multidisciplinaire autodidacte, à 38 ans, Twice est un véritable « performeur vocal ». Influencé par la culture hip-hop, il jongle entre rap, slam, danse et humour.

La conférence « La ville de demain » au Palais de Tokyo s’est achevée par une performance inédite de l’artiste Twice. Entre l’humour et le slam, il manie l’art des mots et du spectacle. Grand, le visage allongé, il gigote dans tous les sens, provoque, s’agite, parle et joue avec son corps et sa voix.

Twice a grandi en Seine-Saint-Denis dans les quartiers où il a baigné dans la culture hip-hop. Après s’être nourri de ses multiples voyages entre l’Espagne et l’Afrique, il s’est formé sur le tas, animé par le plaisir de « transmettre et d’écouter. » Issu de parents ouvriers, il anime des ateliers culturels dans les écoles, les associations et les prisons : « j’anime des ateliers d’écriture, de percussions corporelles, je fais aussi de l’éveil musical pour les enfants. J’apprends aussi aux gens à parler en public. » Sa démarche artistique est simple : « si tu te réveilles le matin et que tu as envie d’écrire, c’est que tu es écrivain, c’est pareil pour tous les arts. »

Amateur de littérature, il s’est très tôt passionné pour les mots : « J’aime les livres, j’aime bien l’objet et les mots, le plaisir de raconter quelque chose. A 12 ans, je lisais des contes dans la cour de recré, à mes proches, à mes potes, je devenais même un peu relou ! »

Il met la voix au centre de sa démarche artistique. En réalité, le passage de la littérature à la vocalité s’est fait très naturellement : « La voix, c’est une empreinte unique, il n’y a pas une voix comme la tienne, il y a quelque chose à dompter, j’aime jouer avec. »

« Invisible » , il regrette que ses spectacles soient souvent relégués dans les établissements culturels « de seconde zone » : « à Chartres la semaine dernière, ils m’ont fait jouer dans une cité mais jamais ils me proposent de jouer au théâtre municipal. »

Pour lui, le festival Banlieue is Beautiful est une véritable aubaine, « c’est un projet incroyable qui permet à la culture urbaine de se fondre dans la culture institutionnelle. »

Myriam Boukhobza

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021