En direct du Banlieue is Beautiful. Artiste multidisciplinaire autodidacte, à 38 ans, Twice est un véritable « performeur vocal ». Influencé par la culture hip-hop, il jongle entre rap, slam, danse et humour.

La conférence « La ville de demain » au Palais de Tokyo s’est achevée par une performance inédite de l’artiste Twice. Entre l’humour et le slam, il manie l’art des mots et du spectacle. Grand, le visage allongé, il gigote dans tous les sens, provoque, s’agite, parle et joue avec son corps et sa voix.

Twice a grandi en Seine-Saint-Denis dans les quartiers où il a baigné dans la culture hip-hop. Après s’être nourri de ses multiples voyages entre l’Espagne et l’Afrique, il s’est formé sur le tas, animé par le plaisir de « transmettre et d’écouter. » Issu de parents ouvriers, il anime des ateliers culturels dans les écoles, les associations et les prisons : « j’anime des ateliers d’écriture, de percussions corporelles, je fais aussi de l’éveil musical pour les enfants. J’apprends aussi aux gens à parler en public. » Sa démarche artistique est simple : « si tu te réveilles le matin et que tu as envie d’écrire, c’est que tu es écrivain, c’est pareil pour tous les arts. »

Amateur de littérature, il s’est très tôt passionné pour les mots : « J’aime les livres, j’aime bien l’objet et les mots, le plaisir de raconter quelque chose. A 12 ans, je lisais des contes dans la cour de recré, à mes proches, à mes potes, je devenais même un peu relou ! »

Il met la voix au centre de sa démarche artistique. En réalité, le passage de la littérature à la vocalité s’est fait très naturellement : « La voix, c’est une empreinte unique, il n’y a pas une voix comme la tienne, il y a quelque chose à dompter, j’aime jouer avec. »

« Invisible » , il regrette que ses spectacles soient souvent relégués dans les établissements culturels « de seconde zone » : « à Chartres la semaine dernière, ils m’ont fait jouer dans une cité mais jamais ils me proposent de jouer au théâtre municipal. »

Pour lui, le festival Banlieue is Beautiful est une véritable aubaine, « c’est un projet incroyable qui permet à la culture urbaine de se fondre dans la culture institutionnelle. »

Myriam Boukhobza

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021