Elle nous accueille dans son appartement du XVIIIe arrondissement de Paris où elle garde son fils Jassim, deux ans. Manière de vivre loin de l’Essonne où elle a grandi ? Non. Amoureuse de Paris, Uda Benyamina considère qu’elle a le droit d’y habiter comme tout le monde surtout lorsque les filles de banlieue « font moins peur que les mecs. Chez nous, les garçons souffrent plus que les filles ».

La révélation de la scène, elle l’a en CM1 lorsque son instituteur leur fait apprendre un texte de Pagnol. « Le jour du casting j’étais malade et le rôle a été donné à un élève qui n’avait pas appris son texte. Comme je le voulais absolument, je l’ai appris par cœur et je suis tombée amoureuse de la comédie. »

Née en 1981 à Viry-Chatillon (91), elle est la neuvième d’une famille de treize enfants dont la mère lettrée et le père aujourd’hui reparti au Maroc ne l’ont pas orientée vers le septième art. Au contraire, elle se lance à 16 ans dans un CAP « brushing » et se définit elle-même comme une élève violente. Mais elle participe à des ateliers théâtre : Antigone au collège (« Créon nous a abandonné, même si je l’ai tapé, on n’a jamais présenté la pièce! ») puis en CAP.

En échange d’une coupe de cheveux, un surveillant lui offre le film Œdipe-roi de Pasolini (« une grosse claque ») et le livre Voyage au bout de la nuit de Céline. Pour celle qui pensait être une cancre, c’est la révélation : « Quand je suis arrivée en CAP Coiffure avec ce livre, tous les regards ont changé sur moi. Les profs ne me parlaient plus de la même manière alors je me suis mise à bosser ». Réorientée en seconde littéraire à Corbeil (91), elle obtient son bac avec 20 de moyenne en option théâtre.

Aux années lycée où elle rencontre son co-scénariste Malick Rumeau, succèdent les années fac en Arts du Spectacle. Puis l’École Régionale d’Acteurs de Cannes (ERAC). Avec le soutien de la mairie de Viry, elle part trois mois en Russie apprendre la méthode de Stanislavski puis se paye une formation à New York chez Richard Foreman et l’Actors Studio.

Après trois ans d’études, elle réalise que les castings ne lui réservent que des rôles « de beurette » : «  Il y a 10 ans, ce n’était ni le cinéma, ni le théâtre dans lequel je pouvais me reconnaître. C’était très compliqué d’entrer dans le milieu ». Révoltée par l’injustice qui l’entoure, elle décide de mener ses propres projets.

Marquée par les carrières engagées de Malcolm X, Mohamed Ali ou Spike Lee, elle fonde en 2006 l’association Mille Visages pour valoriser le vivier de compétences et de talents des quartiers populaires. En neuf mois, elle réalise 9 courts-métrages dans une esthétique et un univers qui lui ressemblent.

En 2008, elle réunit 60 000€, sollicite le chef opérateur argentin Ricardo Aranovich et réalise son premier court-métrage, Ma poubelle géante. Fatiguée par le traitement noir et blanc de la banlieue, elle choisit de filmer en couleurs le parcours presque autobiographique d’un jeune qui a du mal à trouver du travail. « Ce que je trouve dommage dans la société française d’aujourd’hui, c’est qu’elle nous renvoie toujours à d’où l’on vient alors que ce n’est pas juste cela qui nous caractérise. »

Inspirée par des films tels que Taxi Driver, Freaks ou Il était une fois en Amérique, Uda regrette que la France s’attache trop à sa Nouvelle Vague. «Je pense qu’il faut inventer un nouveau cinéma avec de nouvelles énergies, un nouvel esthétisme. » Même si Les Cahiers du Cinéma consacrent trois pages à Donoma, les nouveaux talents français ont du mal à éclore.

Pourtant, grâce au programme Émergence et au Conseil Général de l’Essonne, Uda bénéficie d’un accompagnement à l’écriture. En 2009, elle décroche une aide du CNC, un jeune producteur amoureux de son univers et tourne Sur la route du paradis, primé à l’étranger et sélectionné en compétition nationale du festival de Clermont-Ferrand 2012.

Pour celle qui ne sera comédienne que si on lui propose « un beau rôle », le manque de films issus de la banlieue dans les festivals et les palmarès français fait mal. Parce qu’elle ne filme pas la banlieue « mais les gens qui y habitent », Uda rêve d’ouvrir un jour une école artistique gratuite pour transmettre ce qu’elle a pu avoir « et leur faire gagner du temps ».

Claire Diao

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021