Après les émeutes d’octobre et de novembre 2005 dans les banlieues, le collectif « A toutes les victimes » et l’association « Diverscité » ont organisé  dimanche 23 avril un concert en faveur des personnes incarcérées lors des émeutes de novembre 2005. Pour ces organisateurs, il s’agissait de récolter des fonds et de constituer ainsi un fonds d’aide aux «victimes de la répression» découlant des émeutes de novembre 2005 en France, et qui avaient vu les banlieues en ligne de mire.

 

Une trentaine de groupes de musique se sont ainsi succédés sur la scène du Bataclan, à Paris, de 15h00 à 22h00. Des associations comme « Les indigènes de la République » ou le MIB (Mouvement de l’Immigration et des Banlieues), « AC le feu » de Clichy-sous-Bois, où les émeutes avaient trouvé leur origine avec la mort par électrocution de deux adolescents, y ont tenu des stands.

5200 arrestations et 800 incarcérations « A toutes les victimes » et « Diverscité » estiment que « les révoltes » de l’automne ont contribué à ouvrir un débat nécessaire, notamment sur le chômage et les discriminations dans les quartiers défavorisés. « Mais aujourd’hui certains le payent cher », jugent-elles « avec 5.200 arrestations et 800 personnes incarcérées ».

 

« Aujourd’hui une solidarité se met en place en direction de celui qui se retrouve pour quatre mois en prison parce qu’il a brûlé une poubelle ou de celui qui est expulsé parce qu’il se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment ou encore vers des familles qui ne peuvent aider financièrement leurs proches incarcérés », ajoutent les associations.


Par Sada Fofana

Sada Fofana

Articles liés

  • À Sevran, la voix des Chibanias à l’honneur

    Les témoignages de femmes maghrébines arrivées en France pendant les Trente Glorieuses résonnent. Un documentaire « Chibanias 2022 : histoires et mémoires de femmes » leur a été dédié à la Micro-Folie des Beaudottes. La productrice le présente comme « un cadeau » pour sa mère et les femmes qui lui ressemblent. Reportage.

    Par Samira Goual
    Le 28/11/2022
  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022
  • Diam’s passe le Salam : votre rappeuse préférée ne veut plus l’être

    Parmi les sorties raps attendues, Diam’s revient avec la bande originale du film Salam. Sorti le 18 novembre sur Prime vidéo, ce documentaire lui est consacré. Une figure tutélaire du rap à laquelle nous devons nous résoudre à dire au revoir. Pour elle et pour la nouvelle génération de rappeuses. Édito.

    Par Anissa Rami
    Le 22/11/2022