-- Cliquez pour voir l'image en entier

 En banlieue, le théâtre n’est certainement pas le loisir numéro un des jeunes. « Viens, on va au théâtre ! » Le nombre de fois où l’on m’a fait cette proposition, je les compte sur les doigts de la main. Lorsque j’ai appris que Ramdam Sadli, habitant de Bondy, jouait sur les planches à Paris, je n’ai pu m’empêcher de m’y intéressé. Agé aujourd’hui de 30 ans, ce n’est qu’en 2004 qu’il décide de se consacrer entièrement à sa passion et intègre l’école de théâtre Les enfants terribles. C’est lors de cette formation qu’il rencontre François Frion et Marie-Line Vergnaux. Tous les trois se lancent alors le défi de monter une pièce en espérant faire des représentations sur Paris.

Constatant la volonté des trois comédiens, leur ancien professeur Maxime Leroux, plus connu en tant que comédien (a joué notamment dans le film « Sans arme, ni haine, ni violence » de Jean-Paul Rouvre), relève le défi et devient leur metteur en scène. La pièce choisie : « Les sept jours de Simon Labrosse », écrite par Carole Fréchette, grande figure des auteurs contemporains du théâtre québécois.

L’histoire est un clin d’œil à la société d’aujourd’hui. Simon Labrosse est un jeune au chômage et risque de se faire expulser de sa maison s’il ne paie pas son loyer. De plus, accompagné de ses deux acolytes Léo, un poète incapable d’avoir une pensée positive, et Nathalie, obsédée par son épanouissement personnel, il invente jour après jour des métiers complètement dingues pour essayer de trouver de l’argent.

Résultat : de grandes barres de rire du début à la fin, avec un humour et des mimiques étonnantes. Une comédie tous publics qui ravira petit et grands. Retrouvez un making-of de la pièce, quelques extraits et les réactions du metteur en scène ainsi que de l’auteur dans la vidéo.

Chou Sin

Les sept jours de Simon Labrosse, au Guichet Montparnasse jusqu’au 14 mars 2009. Réservation : 01 43 27 88 61

« C’est un spectacle magnifique »


Les azurpateurs : Les sept jours de Simon Labrosse
envoyé par Bondy_Blog

 

 

 

Chou Sin

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021