-- Cliquez pour voir l'image en entier

 En banlieue, le théâtre n’est certainement pas le loisir numéro un des jeunes. « Viens, on va au théâtre ! » Le nombre de fois où l’on m’a fait cette proposition, je les compte sur les doigts de la main. Lorsque j’ai appris que Ramdam Sadli, habitant de Bondy, jouait sur les planches à Paris, je n’ai pu m’empêcher de m’y intéressé. Agé aujourd’hui de 30 ans, ce n’est qu’en 2004 qu’il décide de se consacrer entièrement à sa passion et intègre l’école de théâtre Les enfants terribles. C’est lors de cette formation qu’il rencontre François Frion et Marie-Line Vergnaux. Tous les trois se lancent alors le défi de monter une pièce en espérant faire des représentations sur Paris.

Constatant la volonté des trois comédiens, leur ancien professeur Maxime Leroux, plus connu en tant que comédien (a joué notamment dans le film « Sans arme, ni haine, ni violence » de Jean-Paul Rouvre), relève le défi et devient leur metteur en scène. La pièce choisie : « Les sept jours de Simon Labrosse », écrite par Carole Fréchette, grande figure des auteurs contemporains du théâtre québécois.

L’histoire est un clin d’œil à la société d’aujourd’hui. Simon Labrosse est un jeune au chômage et risque de se faire expulser de sa maison s’il ne paie pas son loyer. De plus, accompagné de ses deux acolytes Léo, un poète incapable d’avoir une pensée positive, et Nathalie, obsédée par son épanouissement personnel, il invente jour après jour des métiers complètement dingues pour essayer de trouver de l’argent.

Résultat : de grandes barres de rire du début à la fin, avec un humour et des mimiques étonnantes. Une comédie tous publics qui ravira petit et grands. Retrouvez un making-of de la pièce, quelques extraits et les réactions du metteur en scène ainsi que de l’auteur dans la vidéo.

Chou Sin

Les sept jours de Simon Labrosse, au Guichet Montparnasse jusqu’au 14 mars 2009. Réservation : 01 43 27 88 61

« C’est un spectacle magnifique »


Les azurpateurs : Les sept jours de Simon Labrosse
envoyé par Bondy_Blog

 

 

 

Chou Sin

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021