L’acte d’achat ayant été signé le 22 décembre 2011, la tour Utrillo, à Montfermeil, renommée tour Médicis est devenue la propriété du ministère de la Culture et de la Communication. Il a pour projet de rénover cette tour et d’en faire une seconde Villa Médicis. Ce matin, le ministre de la culture Fréderic Mitterrand présentait le projet au quatrième étage de la tour qui en compte treize. Sur place, des dizaines de personnes sont présentes, journalistes, photographes, maires de Clichy et Montfermeil, élus locaux…

Tout en rappelant l’histoire de cette tour laissée à l’abandon depuis plusieurs années, le ministre précise que « notre projet est d’implanter une tour dans le substrat du quartier. Cette tour, devenue disgracieuse avec le temps peut redevenir très belle. Elle apparaissait comme le symbole de l’urbanisme en faillite mais va pouvoir devenir celui du renouveau ».

Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois ajoute : « C’est un projet qui parle avec la population. Le but est de rassembler des artistes et la population du quartier. Il y aura une école de la deuxième chance et même une classe préparatoire aux écoles des Beaux-arts » et Xavier Lemoine, maire de Montfermeil conclut : « Cette tour est très bien située, elle est un point culminant avec une très belle vue aussi bien sur Paris, la forêt, les pistes d’atterrissage de l’aéroport que sur les oreilles de Mickey qu’on aperçoit au loin».

Vingt millions d’euros, c’est le montant de la rénovation de cette tour, située dans un des quartiers phare des révoltes de 2005, à l’origine de notre cher Bondy Blog. Mais ce qui manquait ce matin à cette inauguration, ce sont les habitants des Bosquets. Aucun n’était présent, ni même autour de la tour, à part les agents de sécurité et les patrouilles de Police.

Je me suis donc rendue au centre social intercommunal de la Dhuys, à quelques pas de la tour et me suis incrustée dans un atelier « brico-déco » qui rassemble des mamans du quartier autour d’une table afin de confectionner bijoux, broderies, coutures, qu’elles ont vendu au marché de noël local et continuent de vendre où elles peuvent.

Concernant la villa Médicis Bis qui est en projet dans leur quartier, elles en savent pas plus que ceux qui résident hors du quartier, Monique explique : « La directrice de notre association a été invitée mardi soir au ministère pour la présentation du projet. C’est là qu’elle a appris que le ministre de la Culture viendrait ce matin chez nous et nous l’a alors dit. Autrement, nous n’en n’aurions pas été informées ». Djamila ajoute : « La semaine dernière, il y a eu des réunions à Clichy et Montfermeil où les élus ont expliqué le projets aux associations. C’est de part les associations qu’on s’informe autrement, il n’y a aucune information directe ».

La question que se posent toutes ces femmes est : «Comment va s’organiser l’occupation des locaux ? Car si c’est un lieu ouvert, il permettra un mixage des âges, cultures, styles artistiques ». Bien qu’elles aient une salle à disposition chaque jeudi matin pour leur atelier, elles adoreraient pouvoir s’installer dans cette tour artistique : « nous aussi nous créons, et notre atelier est une représentation miniature de cette villa Médicis » ajoutent-elles en riant.

Mais Monique croit en cette rénovation, car bien que l’accès à l’art et la culture n’est pas toujours gratuit, parfois même coûteux, elle précise aussi : « Il y a un effort de fait pour venir s’implanter dans notre quartier. Ils font un pas vers nous certes, mais il faut que les habitants en fassent un également. Notre atelier nous permet de sortir du quotidien, de se retrouver entre femmes et ça permet a certaines de se revaloriser. Car dans un quartier qui se dégrade aussi rapidement, on s’engouffre dans son appartement, on se coupe du monde… C’est un beau projet qui va être lancé mais avant toute chose, s’il n’y a pas de transports, ça n’aura aucun intérêt ».

Monsieur Mitterrand a précisé que le tramway et une bouche de métro seraient aux pieds de cette tour mais ces habitantes attendent, en majorité enthousiastes, que ce projet soit réalisé. D’ici à 2016, Clichy-Montfermeil sera peut être enfin sorti de son isolement.

Inès El laboudy

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021