Samedi 15 juin, le festival Ya D’la Banlieue Dans l’Air reçoit en invité guest star le « James Brown algérien », Jimmy Oihid. Un pari relevé par l’équipe de bénévoles qui organise les festivités.

A quelques jours du concert, côté coulisses, Félix et son équipe s’activent pour fignoler les derniers détails du festival. L’affiche qui sera placardée dans les murs de la ville doit encore attendre un peu pour pouvoir être imprimée. Tous les invités n’ont pas encore confirmé définitivement leur venue.

Il faut dire que la scène du festival Y’a D’la Banlieue Dans l’Air a cette particularité de faire se succéder sur scène des talents anonymes et des artistes de notoriété. Alpha Blondy, Manu Chao ou encore Zebda ont joué à plusieurs reprises  sur la scène de Y’a D’la Banlieue. Un rendez-vous annuel qui existe depuis plus de vingt ans, et pris en charge par un groupe de jeunes bénévoles de la ville, soutenus financièrement par la ville. Une manifestation culturelle aussi plusieurs fois menacée de disparition, faute de moyens.

Cette fois, l’équipe organisatrice et le centre socioculturel Georges Brassens sont à pied d’œuvre pour faire venir celui qu’ils ont découvert des années auparavant et qui les « a fait kiffer »  dans leur jeunesse. Celui qui leur a fait découvrir ce style musical improbable qu’est « l’oriental roots ». Du reggae oriental mêlant chaabi algérien, gnawa, sons arabo-andalous, raggamufin et funk à la voix de mêlé-cas du chanteur et musicien Jimmy Oihid. « En réfléchissant au programme du concert pendant la phase de préparation, j’ai repensé au festival de mon enfance. En 1990, Jimmy Oihid avait particulièrement marqué le public, moi compris. On s’en est parlé avec l’équipe, et puis ont s’est dit : pourquoi ne pas tenter de le faire revenir 23 ans après ? » raconte Rachid, de l’équipe organisatrice.

Pas une pas deux, il fait des recherches sur Internet. Sur le site de vidéos YouTube, il poste un commentaire sur l’une des vidéos du chanteur pour tenter d’avoir un contact. De réponses en réponses, il finit par établir un contact avec un collaborateur du chanteur. Jimmy Oihid dit oui tout de suite. Il ira récupérer demain le chanteur et sa guitare à la descente du TGV. Direction la scène bondynoise.

Hanane Kaddour

 

Festival Y’a d’la banlieue dans l’air – « Quartiers en fête »
Samedi 15 juin 2013 de 14h à 19h
Place Nicole Neuburger – Bondy

 

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021