Riverboom, c’est le nom de son collectif explosif où le rire fonctionne en véritable moteur à idées. Petzi, un petit pingouin rigolo et Candide, de Voltaire, représentent les icônes de ces grands enfants qui cherchent à s’amuser de tout. L’Afghanistan par exemple, ce pays toujours en guerre qu’on dépeint soit pour les atrocités qui font son quotidien, soit pour ses paysages magnifiques façon National Géographic. Claude Baechtold  et les Riverboom (Serge Michel et Paolo Woods), nom tiré d’une rivière d’Afghanistan, avaient envie de le faire découvrir autrement. Le pays ne doit pas se résumer par cette vision manichéenne : « Les Afghans ont un grand sens de l’humour » précise-t-il. « On voulait montrer le pays ironiquement, comme n’importe quel autre endroit ».

Ils réalisent alors des séries de photos thématiques sur les barbes, les « chefs », la mode ou encore les Pékan, ces voitures véritable symbole de l’Afghanistan qui se déclinent de toutes les couleurs et sous divers aspects. Un visuel les présente à la manière d’une mosaïque, plus loin des taxis s’exposent. Claude Baechtold  s’en amuse : « Les Afghans ont trois langues, douze monnaies, mais ils se sont mis d’accords sur une chose : la couleur de leurs taxis ». Jaune. Même la carriole, sobrement appelée Titanic, tractée par un cheval, repose sur une base de Pékan, jaune.

Toutes ces photos, le collectif Riverboom en a fait des guides de voyage visuels. « Notre but c’était de dire à cet endroit on a vu ça » explique le  photographe. Déclinés pour Pékin, le pôle Nord ou encore la Suisse (La Suisse contre le reste du monde), le collectif s’amuse de tout. Sans prétention d’exhaustivité, ces guides condensent une multitude de clichés, fonctionnant par plaquettes et réunis sous des thèmes, plus loufoques les uns que les autres.  Ces guides parviennent à donner un ton drolatique et ludique aux pays qu’ils exposent.

Si les thèmes se trouvent à foison, la sélection a été rude. A son retour d’Afghanistan, Claude Baechtold  avait plus de 7 000 clichés. Si une infime partie se retrouve dans le guide consacré à ce pays (paru en 2008), il a décidé de conserver le reste tel quel, sous forme de film fonctionnant en diaporama. Les photos défilent à toute allure. Sublime Afghanistan,  sélectionné dans la catégorie vidéo du festival de Locarno, apparaît comme un « feuillètement » compulsif de photographies, s’inscrivant sous formes d’images subliminales. Cet objet filmique original parvient à donner une image à la fois chaotique et ramassée d’un pays qu’on connaît finalement de loin.

Issu d’une école d’art, Claude Baechtold se désintéresse totalement de la technique photographique, pour lui « on peut d’autant plus faire des choses superbes quand on n’a pas le bon matériel », « la photo, c’est juste figer un instant ». Il ajoute qu’une « série d’images c’est déjà une histoire ». Constat sur lequel il s’interrompt pour nous lancer à la conquête de nos propres images. Nous avons 45 minutes, peu importe le matériel (smartphones bienvenus) et le format choisi (roman-photos, série ou photomontage) pour réaliser une histoire par le seul biais de nos clichés.

Une heure plus tard, après avoir fait la sélection des photos et diffusées celles retenues devant l’assemblée de l’école du blog, un constat s’impose : au même endroit, avec un même laps de temps, tous nos travaux et toutes nos perspectives diffèrent. L’œil y est sans doute pour quelque chose, l’artistique prime sur la technique. Expert en anecdotes, riche en paroles et aussi drôle que les travaux qu’il réalise, Claude Baechtold  est parvenu à nous faire rire autant que voyager. Pari réussi.

Amandine Liard

La prochaine Ecole du Blog, c’est ce samedi 15 décembre. Nous accueillerons deux correspondants du New York Times : Maya de La Baume et Scott Sayare.
Nous pourrons ainsi nous mettre dans la peau d’un correspondant à l’étranger : quel est leur statut, comment choisir ses sujets, comment se familiariser avec l’actualité du pays, comment écrire un article pour un journal étranger, quels sont les mots à utiliser, le contexte, comment bien préparer son départ…
Rdv à 10 heures au 35/37, rue Roger-Salengro
93140 BONDY
RER E – Haussman Saint-Lazare ou Gare du Nord (Magenta)
Direction Chelles-Gournay – Arrêt Bondy
Bus 303 – Arrêt Blanqui-Salengro

Articles liés

  • Anne-Laure Bonnet, la voix « on » du foot et de la F1

    BestofBB La journaliste sportive et polyglotte était l’invitée samedi 24 avril 2021 du MasterClass du BB. Face aux internautes connectés, Covid oblige, elle est revenue sans langue de bois sur sa carrière journalistique, de ses débuts de pigiste à l’Equipe jusqu’au plateau télé du Vrai Mag. Mais aussi sur son amour pour le Brésil, son deuxième pays de cœur.

    Par Fleury Vuadiambo
    Le 23/07/2021
  • Franck Annese, patron solide pour une presse sociétale

    #BestOfBB On a reçu Franck Annese en décembre, à l’époque où l’on ne se voyait que par écrans interposés et après un été où Society a pété les scores avec ses deux numéros autour de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Pendant deux heures, le boss de SoPress a déroulé et ne s’est caché derrière rien pour évoquer les succès comme les ratés d’un groupe de presse dont il est fier. Il ne l’a pas dit mais c’est un des nombreux sentiments qui a traversé l’écran ce samedi-là.

    Par Jalal Kahlioui, Latifa Oulkhouir
    Le 22/07/2021
  • Elisabeth Quin, R-Arté de journaliste

    BestOfBB En avril dernier, la présentatrice de 28 minutes sur Arte, Elisabeth Quin passait une après-midi avec le BB pour raconter son parcours fait de hasard, de journalisme et de culture. Un moment d'échange ou elle s'est confiée sur ses débuts à la radio, sa passion de la littérature et le syndrôme de l'imposteur qu'elle combat.

    Par Eugénie Costa
    Le 20/07/2021