On sonne à la porte. Notre invité du jour est en plein discours mais il s’interrompt, se lève et va lui-même ouvrir la porte des locaux du Bondy Blog. C’est Hanane Kaddour, la trésorière de l’association, qui a quelques minutes de retard. Et qui ouvre grand les yeux quand elle voit qui lui ouvre la porte. Fou rire dans la salle. Voilà dans quelle ambiance le Bondy Blog a accueilli Guillaume Meurice, ce samedi 16 février, pour la première Masterclass de l’année 2019.

L’occasion pour nous de découvrir celui dont la chronique quotidienne sur France Inter est écoutée par plus d’un million de personnes tous les jours, 800 000 à la radio et quelques centaines d’autres milliers sur Internet. D’ailleurs, devant le succès de l’annonce de cette Masterclass, le Bondy Blog a été contraint de refuser des inscriptions (!) sous peine de faire craquer des locaux que la cinquantaine de présents a déjà bien remplis.

C’est pourtant la première fois que le BB reçoit un humoriste à la table de sa Masterclass. Il faut dire que Guillaume Meurice n’est pas un humoriste comme les autres. Un humoriste aux frontières du journalisme, dira-t-on presque. « Cest un vrai problème pour le journalisme si on considère que ce que je fais est du journalisme, dit-il pourtant. Jutilise les codes du journalisme sur le terrain avec les reportages, un peu comme le Gorafi avec ses articles. Je fais comme Jean-Pierre Pernaud, je sélectionne et il y a une ligne éditoriale derrière Moi, il y a une ligne éditoriale et jassume. Mais le micro-trottoir, ce nest pas un outil journalistique. »

Un « comique d’investigation »

Originaire d’un village de Haute-Saône au nom très évocateur de Chenôve, notre invité du jour était plutôt parti pour construire un parcours en gestion. DUT GEA puis début de licence dans la foulée… qu’il arrête finalement. A partir de là, son parcours se construit très différemment. Il intègre le Cours Florent, décrit cette école comme « un endroit où on tapprend à avoir confiance » et se rappelle le discours des enseignants : « Je ne ferai pas de vous des bons acteurs, je ferai de vous des gens intéressants ». Pour lui donc : « un bon prof, cest quelquun qui tapprend à être toi-même ».

Après le Cours Florent et le one-man show, il arrive à France Inter via On va tous y passer, l’émission de Frédéric Lopez, au côté duquel il passe deux ans, de 2012 à 2014. C’est Alex Vizorek qui l’amène au « comique dinvestigation » dans Si tu écoutes, jannule tout, devenu depuis Par Jupiter !. Venu sans concept, il en construit un peu à peu : le fameux micro-trottoir où on garde le pire, le plus drôle finalement, de ce qu’on entend dans la rue, dans les couloirs de l’Assemblée ou dans le cortège d’une manifestation.

Sa ligne éditoriale de caricature est donc très assumée. Pour autant, il explique : « Je ne me moque pas des personnes, je me moque des raisonnements. Je ne suis pas certain que les gens pensent ce quils disent, je pense quils répètent souvent ce quils entendent en fait. Cest dur davoir cette hygiène mentale de faire un pas de côté, de se poser la question et l’école ne lapprend pas dailleurs, même si elle commence un peu à le faire. Cest dailleurs pour ça que mes chroniques, je les fais le lendemain, parce que les gens ont regardé BFM TV pour savoir ce quils doivent penser. Du coup, ce que je récupère en fait, cest le traitement médiatique de la réalité. »

Concernant ses relations avec les politiques dans ses chroniques, il précise : « Moi je leur coupe la parole quand ils ne répondent pas à la question. Avec les politiques, il faut casser leur com. Ils ont lhabitude de jouer une pièce de théâtre, et ça ne se fait pas de couper la parole, cest pas ça la pièce de théâtre. Dhabitude, les questions sont toujours les mêmes, cest très scénarisé. Les députés, à lassemblée, le journaliste vient leur poser des questions et ils demandent : combien de temps vous voulez, 2 min 30 ? Ok ! Et il te sortent un truc de pile 2 min 30, avec des phrases super longues, impossibles à couper, avec des respirations où il faut. Ils sont très forts. Sur le fond et sur la sincérité des propos rapportés en chronique, il avoue : « je me demande beaucoup avec les macronistes, quelle est la part de cynisme et quelle est la part de ‘ils ne sont pas au courant’ ? » Et explique que la réponse le surprend souvent.

Pas militant mais engagé pour certaines causes

Lorsqu’on lui demande comment il choisit ses sujets, s’il arrive qu’il s’auto-censure ou qu’il ait peur, la réponse est plutôt claire : « A Radio France, cest facile. De toute façon si ce n’était pas le cas, je partirais, je suis parti de Canal+ au bout dune chronique donc je partirai. Avec Charline, on est très protégés par la direction, ils ne nous le disent pas mais ils reçoivent souvent des coups de fil et ils nous défendent. () Et puis sur Radio France, il faut aussi de laudience mais il y a quand même moins de publicité. Ce qui fait quon a plus de comptes à rendre à la société qu’à Danone ou Nestlé et cest un garde-fou important. » Il estime d’ailleurs : « Ce quon vit, ça ne nous arrivera plus jamais. Faire ça sur une radio nationale, entre potes. Ce qui est dailleurs une force et une faiblesse parce quil faut trouver le bon équilibre pour pas que lauditeur se sente exclu. »

Il analyse aussi sa motivation et la réception de ses chroniques. « Je ne fais pas trop ça pour être aimé, confie-t-il. Certains font ça parce quils ont une faille, un besoin affectif à combler. Dans la vie, moi je suis bien entouré donc je ne fais pas ça pour ça. »  Certaines de ses chroniques suscitent ainsi des réactions assez vives. Et Guillaume Meurice de se confier sur ces messages d’insultes qui arrivent… et sur ses réponses. « Je réponds pour comprendre ce qui a motivé la personne à minsulter. Pas seulement à dire Connard ! en écoutant la radio, mais de faire la démarche de m’écrire sur les réseaux sociaux, dy passer du temps. Je réponds plus souvent aux gens qui ne maiment pas, aux critiques, car ces personnes-là interrogent en fait ce que je fais » Son végétarisme par exemple, « de notoriété publique » – même s’il « na pas limpression d’être célèbre », ce sont des réactions à ses chroniques qui l’y ont conduit. « On me disait, « ça ne va pas, tu défends les animaux et pourtant tu manges de la viande ».

Ses prises de positions en chroniques sont souvent assez tranchées mais il réfute plutôt l’étiquette de militant, l’associant d’une certaine manière à une forme de prosélytisme : « Jai envie de convaincre, de faire avancer les choses, de montrer la réalité mais je naime pas le fait de dire je pense que jai raison. » Une femme, dans le public, insiste, n’en démord pas. Il finit par reconnaître une part de militantisme dans ses chroniques en parlant d’un « degré de militantisme lorsque lon commence à prendre position sur des sujets. »

Deux particularités à noter à son sujet. La première, un goût apparemment très prononcé pour la réalité. « Je nai jamais été ému par un film ou un roman, reconnaît-il volontiers. Je peux être ému devant un paysage ou un comportement dempathie mais devant un tableau de Vinci, je me dirais juste bien bossé mec. La réalité est toujours plus incroyable quon peut limaginer ». Autre particularité, une posture très critique vis-à-vis de la notion de compétition. «  Je refuse de faire partie de jury, çe ne mintéresse pas. Noter quelque chose dartistique, ça na aucun sens. Dailleurs, jai refusé de faire l’émission On ndemande qu’à en rire (sur France 2, ndlr) ».

En marge de ses chroniques, Guillaume Meurice a aussi écrit un roman, Cosme, publié début 2018. Il est aussi membre d’un groupe de rock dit « macroniste », The Disruptives. Quand on lui demande ce qu’il imagine pour la suite de ses projets, il conclut : « Je ne me vois pas du tout être un vieil humoriste de 60 ans, qui a son créneau… Jarrêterai quand je me serai lassé. Il y a pleins de choses hors médias que jaimerais faire, par exemple un projet associatif comme ce que fait Cédric Herrou ou des choses autour du thème de la souffrance animale, des fermes pédagogiques… » Après deux heures d’échanges, l’échange se conclut et le public applaudit notre premier invité de l’année. On aura décidément ri, mais pas seulement, ce samedi. Du Guillaume Meurice, quoi.

Anne-Cécile DEMULSANT

Articles liés

  • Mehdi Maizi : « Je suis très productif car j’aime ce que je fais »

    #BestOfBB, semaine Masterclasses. La saison 2018-2019 s'est clôturée avec un invité de marque, le journaliste Mehdi Maizi. Spécialiste du rap en France, Mehdi nous a fait le plaisir de se joindre à nous le 22 juin dernier après avoir honoré le mariage d'un ami. Au vu du compte-rendu qu'en fait Eugénie, ça valait le coup.

    Par Eugénie Costa
    Le 16/08/2019
  • Johan Hufnagel, l’auto-critique comme éthique

    Johan Hufnagel est un ami de longue date du BB. Alors, quand on l’a invité à venir causer journalisme, diversité et nouvelles pratiques, le co-fondateur de Loopsider n’a pas mis longtemps à dire oui. Le 18 mai, il était donc l’invité du Bondy Blog pour nous raconter sa longue expérience de journaliste, lui qui a dirigé Libération, 20minutes.fr ou encore Slate. Compte-rendu.

    Par Eugénie Costa
    Le 15/08/2019
  • Sema Kiliçkaya : « J’écris pour que les Français sachent ce que c’est, la migration »

    À l’occasion du Festival Hors Limites, le festival littéraire en Seine-Saint-Denis dont le BB est partenaire depuis trois ans, la romancière Séma Kiliçkaya était l’invitée de la troisième Masterclass de l’année dans nos locaux, le 13 avril dernier. Récit.

    Par Kab Niang
    Le 14/08/2019