Audace et humour, un cocktail détonnant qui a permis à Mouloud Achour de mettre les pieds dans le plat au pays des journalistes. Culture rap, passage par la chaîne MTV, apparitions au cinéma, positionnement politique, avant de faire sa place sur la chaîne cryptée, le parcours atypique de Mouloud Achour révèle un personnage multifacettes, qu’il a dévoilé lors de l’école du blog du 9 février dernier.

Dans les propos de Mouloud Achour on sent l’envie de prendre sa revanche. Sur la vie, mais aussi sur des personnes,  comme sa conseillère d’orientation par exemple, qui se « foutait de [sa] gueule » quand il lui a dit vouloir devenir journaliste. Une philosophie de vie qu’il résume en une phrase : « Quand on ne t’a rien donné, tu veux tout prendre ». Né à Montreuil, Mouloud grandit à Noisy-le-Sec. Très vite il s’engage auprès de L’Echo des cités. Il passe son bac et poursuit ses études à la fac de droit de Villetaneuse, qu’il quitte au bout d’une semaine seulement. « Je voyais des Jean-Edouard qui allaient direct en école de journalisme », alors Mouloud tente sa chance auprès de divers magazines, il envoie des articles. Aucun retour positif ne lui parvient jusqu’au magazine RadiKal pour lequel il est journaliste puis rédacteur en chef pendant deux ans.

Plus tard, il atterrit sur MTV après avoir postulé à une annonce de la chaîne qui recherche un présentateur bilingue. Il réalise alors une vidéo avec une amie qui maîtrise l’anglais, China. A deux, ils interviewent une plante baptisée Mickaël Jackson. La vidéo enregistrée sous le nom d’ « interview avec Mickaël Jackson » ne plaît pas côté français, mais il séduit le côté anglophone de la chaîne, qui ne tarde pas à les engager. L’émission, « MTV Select », fait un carton. Quelque temps après, Mouloud se brouille avec MTV. Jamais à court d’idées, il se rend au siège du Front National et filme son intervention, qu’il envoie à Canal Plus. L’initiative plaît et il est engagé pour couvrir les présidentielles de 2007. Il décrypte maintenant l’actualité dans son émission décalée du Grand Journal de Canal Plus, « Chez Mouloud ».

Journaliste engagéP1070214

La force de Mouloud c’est d’être parvenu à être pris au sérieux sans se prendre au sérieux. Sous des airs de rigolo de service, le journaliste s’engage pour des combats qu’il estime. Son article retentissant : Jeunes de France, votre salut est ailleurs : barrez-vous ! suscite, à sa parution en septembre 2012, une véritable polémique. Mouloud dénonce  « une gérontocratie, ultracentralisée et sclérosée ». Le journaliste s’explique : « C’était dans l’idée de partir pour mieux revenir ». Un article qui le confronte notamment à Jean-Marie Le Pen. Une victoire pour Mouloud : « J’étais trop content. On ne m’attendait pas sur le terrain des idées ».

Autre cause, autre combat : le rap. Fervent défenseur de ce style musical alors en plein essor, il quitte le magazine hip-hop RadiKal lorsqu’il considère que le rap devient trop consensualiste et marketing. Après quoi il monte un label avec des amis du groupe « La Caution ». Mouloud dit ne jamais s’être senti comme « l’arabe de service » et d’ajouter : « ce qui m’a toujours dérangé chez les renois et les rebeux c’est qu’ils veulent remplacer les renois et les rebeux. Moi je veux la place de Drucker ».

Un passionné de cinéma

Mouloud Achour se dépeint comme un « fou de cinéma ». Ce qui n’est pas difficile à croire quand il nous avoue avoir perdu plus d’une trentaine de kilos, pour pouvoir se battre contre des scorpions géants, dans le long-métrage Le Choc des titans. Il incarne alors un chasseur du nom de Kucuk. Avant cela, il fait quelques apparitions dans les films Sheitan, Cyprien ou encore Astérix aux Jeux Olympiques.

Devant mais aussi derrière la caméra, il est l’auteur de trois documentaires pour Canal+ sur la banlieue et le rap français: La face B du hip hop (2003), Banlieue superstar (2005) et Crunk : l’outrance des rappeurs (2006) où il dénonce une fois encore la marchandisation du rap français.

Timide, Mouloud Achour ? 

Mouloud Achour ne discute pas avec les élèves du Bondy Blog quand il arrive à l’école du blog. Hautain ? Non, timide. Journaliste engagé voire enragé, audacieux, qui use de l’humour pour titiller les politiques et autres figures de notre société, ou même acteur, Mouloud Achour malgré son humour et son aisance télévisuelle apparaît bel et bien timide lorsqu’il se présente à nous, avec son complice de toujours, Sébastien Abdelhamid. Sébastien est lui-même animateur sur la chaîne web Canal Street TV depuis trois ans. Il tient une émission de vulgarisation pour les jeux vidéo avec sketchs et invités. Une émission qui cartonne. Sébastien et Mouloud se lancent des vannes pour le plus grand plaisir des élèves. Sébastien relève ce que dit Mouloud, confirme et parfois modèrent ces propos. En leur compagnie, la matinée passe très vite et finit forcément par partir dans tous les sens, alors finalement qui gagne entre Naruto ou One Piece ?

Amandine Liard

Articles liés

  • Anne-Laure Bonnet, la voix « on » du foot et de la F1

    BestofBB La journaliste sportive et polyglotte était l’invitée samedi 24 avril 2021 du MasterClass du BB. Face aux internautes connectés, Covid oblige, elle est revenue sans langue de bois sur sa carrière journalistique, de ses débuts de pigiste à l’Equipe jusqu’au plateau télé du Vrai Mag. Mais aussi sur son amour pour le Brésil, son deuxième pays de cœur.

    Par Fleury Vuadiambo
    Le 23/07/2021
  • Franck Annese, patron solide pour une presse sociétale

    #BestOfBB On a reçu Franck Annese en décembre, à l’époque où l’on ne se voyait que par écrans interposés et après un été où Society a pété les scores avec ses deux numéros autour de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Pendant deux heures, le boss de SoPress a déroulé et ne s’est caché derrière rien pour évoquer les succès comme les ratés d’un groupe de presse dont il est fier. Il ne l’a pas dit mais c’est un des nombreux sentiments qui a traversé l’écran ce samedi-là.

    Par Jalal Kahlioui, Latifa Oulkhouir
    Le 22/07/2021
  • Elisabeth Quin, R-Arté de journaliste

    BestOfBB En avril dernier, la présentatrice de 28 minutes sur Arte, Elisabeth Quin passait une après-midi avec le BB pour raconter son parcours fait de hasard, de journalisme et de culture. Un moment d'échange ou elle s'est confiée sur ses débuts à la radio, sa passion de la littérature et le syndrôme de l'imposteur qu'elle combat.

    Par Eugénie Costa
    Le 20/07/2021