Samedi 21 mai, Patricia Loison était l’invitée de l’École du Blog. Avec une humilité admirable, la présentatrice du Grand Soir 3 a préféré échanger avec les participants de notre  Masterclass plutôt que de parler d’elle…

Patricia Loison a un emploi du temps chronométré, même le week-end. Samedi 21 mai, pas de journal à préparer pour la télévision nationale mais deux rencontres citoyennes bénévoles à honorer. Le matin dans un collège à Vanves (92) et l’après-midi dans les locaux du Bondy Blog à Bondy (93) pour son école du blog. Accompagnée de Dominique Rotival, elle aussi professionnelle de la rédaction et des JT à France 3, la Masterclass peut commencer.

Par modestie ou par pudeur, Patricia Loison ne s’attarde pas sur son parcours scolaire, pourtant brillant. Grande école de journalisme à l’ESJ Lille et début de carrière dans les locales de France 3 avant de rejoindre LCI. Elle y restera dix ans, à gravir les échelons. « Ce type de rédaction fait confiance aux jeunes car elles n’ont pas le choix ». Puis elle rejoint I-Télé en 2005 pour un magazine quotidien d’actualité internationale, « Un jour dans le monde ». Après cinq ans, la lassitude de couvrir les guerres et les conflits la gagne peu à peu. Elle a envie d’autre chose.

En 2009, elle apprend en lisant le journal que Laurent Bignolas quitte le magazine Faut pas rêver et convainc le producteur, Georges Pernoud, de lui confier la présentation de cette émission. En 2011, France 3 lui propose la présentation du Soir 3. Après un an et demi en solo, la formule change : le Soir 3 devient le Grand Soir 3, une heure d’information et de débat présentée en duo avec Louis Laforge. En parallèle, elle anime Pièces à conviction, un magazine d’enquêtes diffusé tous les mois à 23h00 sur France 3.

Très vite, Patricia Loison souhaite entamer le dialogue avec les participant.e.s plutôt que parler d’elle. Olufémi puis Mehdi du Trappy Blog se lancent. Le manque de diversité dans les rédactions est au cœur du débat. « On en a conscience. Et c’est la raison pour laquelle on a un dispositif d’apprentissage piloté par Hervé Brusini ouvert à tous les profils. Mais ça ne se fera pas en un clin d’œil même si à France 3, il y a ‘des couleurs’. D’ailleurs à ce sujet, nous sommes de plus en plus encadrés par le CSA sur le représentation de la diversité ».

La prise de conscience dont parle la journaliste, elle-même personnellement engagée depuis les attentats du 7 janvier 2015 auprès de collégiens auxquels elle prodigue une formation à l’image fait réagir Mehdi : « C’est hallucinant qu’il y ait besoin des attentats pour cette prise de conscience ! ». Selon Patricia Loison, la prise de conscience du manque de diversité sociale et ethnique dans les rédactions date en réalité des émeutes de 2005 « mais sans doute, a-t-on mis trop de temps à mettre les choses en place ». Les prises de paroles autour de la table sont très critiques envers les chaînes tout info BFM et I-Télé. Kozi interroge : « Est-ce que les chaînes d’infos en continu ont changé votre façon de travailler ? ». « Je ne renie pas ce que j’ai appris là-bas mais dans notre format de Soir 3, on peut raconter l’actu d’une façon ‘non énervée’. Ce que je reproche à ces médias, ce n’est pas de faire des news en continu mais de jouer sur l’angoisse, ce qui est mauvais ».

Dans son dialogue avec Kozi, Patricia raconte son admiration pour les méthodes journalistiques anglo-saxonnes : « J’aime leur insolence face aux politiques. Ils posent les questions jusqu’à obtenir des réponses. Ils ont aussi leurs défauts mais ils sont moins hystériques que chez nous ! » En France, elle en profite pour complimenter le travail de Léa Salamé : « Elle pose des questions avec des mots simples et directs ».

Sans transition, Katia du Trappy blog rebondit sur le vieillissement de l’audience des JT. « C’est un peu inéluctable à cause des nouveaux médias et de la nouvelle façon de consommer de l’info » répond-t-elle. « Le temps de gloire ‘à la PPDA’, quand la France était suspendue à ses lèvres, c’est fini ! À l’époque de mes parents, quand c’était vu à la télé, c’était vrai. Aujourd’hui mes filles vont sur YouTube. Pour elles, si c’est sur YouTube, c’est que c’est vrai. Il faut toujours prendre du recul par rapport aux images et se poser la question : d’où viennent-elles ? Les 5 W (What, Why, When, Who, hoW), il faut l’appliquer à tout ce que vous regardez – à la télé comme sur Internet ! ».

Quand on lui demande pourquoi a-t-elle voulu devenir journaliste, Patricia Loison se dévoile un peu plus : « Je suis née en Inde puis j’ai été adoptée et élevée par des parents blancs. J’ai aussi fait ma scolarité dans les Yvelines, dans une école bilingue. En grandissant, je me suis interrogée. Pourquoi mes parents se sont-ils décidés à aller chercher des enfants au bout du monde ? Leur démarche m’a inspirée et j’ai aussi voulu rendre la chance qu’on m’avait donnée en m’ouvrant sur le monde par mes reportages pour les faire partager ».

Quant aux conseils pour réussir dans le milieu du journalisme, Patricia Loison en a plusieurs : « Quand on veut faire ce métier, on trouve toujours le moyen de le faire et un journaliste « qui lâche » n’est pas un journaliste. Il faut être curieux et déterminé et pousser les portes des radios de proximité, devenir correspondants en province pour l’ APQR (Association de la Presse Quotidienne Régionale) par exemple ou apprendre à écrire dans un petit journal de lycée. Il y a plein de façons de débuter ! ». Quand Yvana demande si Sciences-Po est incontournable, elle tempère : « C’est une bonne école pour la culture générale et le niveau en anglais mais ce n’est pas parce que tu as fait Sciences-Po, que tu seras un bon journaliste ! »

Après l’exercice pratique sur les titres basée sur un JT du Soir 3, le dialogue reprend. 2015-2016 sera sa dernière saison à la tête du Soir 3 et de Pièces à conviction puisqu’elle partira s’installer au Japon à l’été 2016 avec sa famille. Son avenir professionnel reste flou mais elle ne témoigne pas d’inquiétude sur le rebond de sa future carrière.

La Masterclass touche à sa fin. Patricia Loison tient absolument à nous parler du web doc sur les coulisses du Grand soir 3, pour compléter l’exercice pratique mais surtout pour valoriser les jeunes qui ont travaillé dessus. Un nouveau besoin de partage qu’on ne demande qu’à découvrir !

Sandrine Dionys

À voir : le web doc sur les coulisses du Grand soir 3 : http://education.francetv.fr/coulisses-grand-soir-3/#/webdoc?_k=foj3oo

À lire aussi : Le compte-rendu de Katia Nunes du Trappy blog : http://www.trappyblog.fr/accueil/l-ecole-du-bondy-blog-avec-patricia-loison/

Articles liés

  • Anne-Laure Bonnet, la voix « on » du foot et de la F1

    BestofBB La journaliste sportive et polyglotte était l’invitée samedi 24 avril 2021 du MasterClass du BB. Face aux internautes connectés, Covid oblige, elle est revenue sans langue de bois sur sa carrière journalistique, de ses débuts de pigiste à l’Equipe jusqu’au plateau télé du Vrai Mag. Mais aussi sur son amour pour le Brésil, son deuxième pays de cœur.

    Par Fleury Vuadiambo
    Le 23/07/2021
  • Franck Annese, patron solide pour une presse sociétale

    #BestOfBB On a reçu Franck Annese en décembre, à l’époque où l’on ne se voyait que par écrans interposés et après un été où Society a pété les scores avec ses deux numéros autour de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Pendant deux heures, le boss de SoPress a déroulé et ne s’est caché derrière rien pour évoquer les succès comme les ratés d’un groupe de presse dont il est fier. Il ne l’a pas dit mais c’est un des nombreux sentiments qui a traversé l’écran ce samedi-là.

    Par Jalal Kahlioui, Latifa Oulkhouir
    Le 22/07/2021
  • Elisabeth Quin, R-Arté de journaliste

    BestOfBB En avril dernier, la présentatrice de 28 minutes sur Arte, Elisabeth Quin passait une après-midi avec le BB pour raconter son parcours fait de hasard, de journalisme et de culture. Un moment d'échange ou elle s'est confiée sur ses débuts à la radio, sa passion de la littérature et le syndrôme de l'imposteur qu'elle combat.

    Par Eugénie Costa
    Le 20/07/2021