Je voudrais pas faire la meuf, mais dans l’aventure du confinement, j’ai quelques jours d’avance. Je garde la chambre, comme disaient vos aïeux depuis maintenant 7 jours.

Pour ralentir la propagation du virus, j’ai lu qu’il fallait diviser ses interactions sociales par 4. Alors encore une fois, je ne voudrais pas faire la meuf, mais si tout le monde avait fait comme moi, le coronavirus serait en train de nous manger dans la main à cette heure-ci et non l’inverse.

Une seule personne est venue me voir chez moi (avant mes poussées de fièvre sympathiques), et je ne suis sortie que pour aller à la pharmacie et faire mes courses. Le reste du temps je l’ai passé chez moi. Seule. Oui cela fait 7 jours que je suis seule chez moi. Bon je pars avec un avantage : je suis quelqu’un de solitaire. Mon record s’établit à dix jours passés à la maison alors qu’aucun virus ne se trimballait dans les airs. Je sens que je vais le battre. Alors cette crise sanitaire c’est mon petit championnat, ma Champions League. Et je vais vous en parler parce qu’il n’y a aucune raison que je n’essaie pas de faire quelque chose de tout ce merdier. Et parce que c’est ce qui vous attend.

Le télétravail, parlons-en

Bon alors déjà, échec cuisant des techniques de télétravail telles que « aménagez un espace chez vous », « levez-vous, lavez-vous et habillez-vous ». J’ai fait des mails approximatifs avec le filet de bave qui tombait sur l’écran du téléphone. J’ai répondu à des appels allongée comme un empereur romain (sur le côté avec la tête sur la main). Je ne me suis bien évidemment pas habillée. Qu’est-ce que je vais aller enfiler un jean qui va m’empêcher de me gratter où bon me semble ? J’ai travaillé partout et dans toutes les positions sauf dans celles homologuées par la médecine du travail mais à l’heure qu’il est, qui va se préoccuper de ma scoliose ?

Etant donné mon activité, ce que je vais vous dire va vous surprendre mais suivre l’actualité est la pire chose à faire. D’abord parce que les nouvelles sont globalement pas très bonnes. Sinon on en serait pas là. Et que de toute façon, vous êtes déjà en confinement donc vous ne pouvez rien faire de plus. Mon conseil : au lieu de checker l’actualité, appelez quelqu’un que vous aimez. Grâce à Xavier Niel nous avons tous des forfaits illimités alors faites chauffer la carte SIM.

Notez bien que j’ai écrit « les gens que vous aimez » pas « les gens que vous aimiez ». Fallait le préciser. Je sais que la solitude c’est pas facile à gérer mais n’allez pas vous mettre dans des situations pas possibles non plus. Le confinement va prendre fin mais le message que vous avez envoyé à ce mec ou à cette meuf rencontré.e en septembre 82 dont vous pensez être toujours amoureux ou amoureuse lui il existera pour toujours. Et quand il ou elle sera en bas de chez vous à la fin du confinement, il sera déjà trop tard. Il n’y aura plus aucun virus à lui refiler pour le ou la faire disparaître.

Tout un panel d’activités à faire

Essayez de rationner les tâches ménagères. Si vous récurez à fond votre appartement dès le premier jour, vous allez salement vous ennuyer par la suite. Moi par exemple, j’ai fait le ménage par étape. Un jour les poussières, le lendemain la serpillière et après la vaisselle. A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai deux lessives de retard et ça me réjouit. Je suis aussi en train d’élaborer un process pour un projet lavage de vitres qui se déroulera semaine 12 normalement. L’idée de commencer à salir délibérément des choses chez moi afin de pouvoir les nettoyer fait son chemin.

Enfin, il faut essayer de se trouver des activités sympathiques, j’ai fait des mini-cakes que je suis incapable d’avaler mais au moins je les ai faits. J’ai poussé les meubles afin de pouvoir danser quand bon mon semble et de la manière dont je veux. J’ai pas encore organisé de soirée mais c’est prévu. Je vais jouer plusieurs personnages différents comme dans un sketch. 

L’ennui est inévitable

Après je vais pas vous mentir : vous allez sacrément vous faire chier. Au bout du 5ème jour, ayant abattu déjà pas mal de boulot, j’ai quand même commencé à répondre à mes spams. Je n’ai pas réussi à me concentrer sur un livre car j’entendais trop ma respiration qui n’est pas en détresse mais qui me donne l’impression de l’être parfois (c’est pas ma faute si le monde est devenu un Doctissimo géant). 

J’ai quand même eu l’idée de fabriquer des attestations pour l’ensemble de mon immeuble. J’aime tout ce qui touche à l’administratif c’est comme ça. Au BB, je classe les factures selon une nomenclature que j’ai moi-même élaboré. Ca m’a manqué dès le premier jour ça.

Mais au bout du 7ème jour et au vu de ce qui s’annonce, j’ai décidé de positiver. D’abord parce que je n’ai pas encore commencé à parler toute seule. Je n’ai pas encore commencé à dessiner sur les murs ni à me mettre du rouge à lèvres sur les paupières ni à me scarifier en chantonnant. Ensuite parce que j’ai toujours eu envie d’aller faire une retraite quelque part dans un monastère. C’est ce qui est en train de m’arriver mais avec une connexion internet et un lit plus moelleux. Franchement, y’a pire.

Latifa OULKHOUIR

Articles liés

  • La pièce montée, qui va la démonter ?

    Se marier en temps de Covid ? Très peu pour certains. Et pourtant, Ahmed Ait Ben Daoud a trouvé quelques avantages à le faire.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 04/03/2021
  • Le naan à toutes les sauces : le blues du cuisiner Khan Malik

    Le naan s'est imposé comme un incontournable de la culture culinaire fast-food. Associé à toutes les garnitures possibles, la galette de pain fait le bonheur de certains restaurateurs en manque de variété. Pour autant, d'autres voient dans cette évolution, la perte d'un savoir-faire traditionnel. C'est le cas de Khan Malik, restaurateur de Clichy-sous-Bois qui veut redonner au naan ses lettres de noblesses. Entretien.

    Par Ryan Baruchel
    Le 27/01/2021
  • Capitaine Georges, Tonton Pernoud

    Georges Pernoud a été emporté par une longue maladie le 10 janvier 2021. Pendant 42 ans, il a officié en bon capitaine de l'émission Thalassa sur France 3. Souvent forcés à regarder par les parents le vendredi soir, beaucoup ont fini par être pris, le flot des vagues et les histoires de pêcheurs. Des banlieues à la campagne, l’univers de Georges Pernoud et le monde qu’il rencontrait, finissait être le nôtre, celui de toute la famille. Le BB lui rend hommage.

    Par Arwa Barkallah
    Le 15/01/2021