Ouvert depuis le 20 août 2015, Le Palais de Balkis attire le regard des passants et des curieux : style épuré et minimaliste, carrelages d’un blanc immaculé, grande luminosité, mobilier en bois. L’odeur du bois se fait d’ailleurs sentir dès l’entrée, preuve que le lieu est tout récent. L’installation des escaliers n’est pas achevée. L’endroit fait penser aux plus chics boudoirs hipsters du Marais parisien.

Changer les habitudes alimentaires

Aux origines du concept, un idéal : celui de manger mieux et de se souscrire à une alimentation plus saine. Ici, tout est bio ou pensé bio : des huiles d’olives aux pots de miel proposés en épicerie fine jusqu’à la charcuterie artisanale 100% bio en vitrine en passant par le mobilier recyclé à partir de palettes de bois. Imaginer et concevoir un espace bio dans la deuxième commune la plus pauvre de Belgique, l’idée peut paraître saugrenue. « Il faut changer les habitudes alimentaires des Molenbeekois ! », lance une serveuse du Palais.

Le pari de la charcuterie halal bio home made a émergé dans l’esprit de Fayçal Mrad Dali, un vétérinaire et charcutier belge, marié à une Espagnole. Le projet prend forme sur les terres de sa compagne. La fabrication de jambons et de saucissons jouit du climat favorable des montagnes andalouses. La qualité des produits prime.

photo2

Dans l’esprit visionnaire des concepteurs, le halal ne se résume pas au mode d’abattage religieux de la bête mais plus globalement à une façon de consommer plus saine. C’est pourquoi ils s’appliquent à produire de la charcuterie fine, traditionnelle, écologique, bio et halal. Un employé explique : « Le concept du bio s’apparente à la religion car il est dit dans l’islam qu’il faut manger sainement ».

Première charcuterie halal et bio du pays

Difficile de trouver une viande halal de bonne qualité, à Molenbeek comme ailleurs. Le numéro 163 de la chaussée de Gand s’est rapidement fait un petit nom et le concept a trouvé ses adeptes. L’on vient de toute la Belgique et même de France, d’Allemagne et des Pays-Bas pour déguster une part de quiche veggie ou encore un saucisson à l’ail. Les avis des internautes sur Yelp et autre Tripadvisor sont dithyrambiques : « Nourriture fraîche, de qualité, saisonnale, bio (…) à essayer de toute urgence ! ». Les gourmets viennent surtout chercher de la charcuterie traditionnelle à base de viande ovine et bovine préparés avec des animaux élevés en plein air.

photo3

Les clients sont aussi des Molenbeekois, comme ces Marocains rencontrés lors notre venue, qui dégustaient un verre de thé à la menthe. L’une des employées regrette toutefois que la plupart des habitants de confession musulmane de Molenbeek ne soient pas assez sensibilisés au bio et regardants sur la qualité du produit.

Bientôt à Paris

Apprécié par les palais des fins gourmets, l’endroit a également été reconnu et primé par les professionnels, lors du salon de la charcuterie d’Abu Dhabi, où Le Palais de Baklis a reçu le premier prix.

L’espace se veut aussi et surtout lieu de rencontres entre différentes communautés. Des ateliers de lecture sont proposés certains soirs, ouverts à tout public. Le concept va s’exporter prochainement en France, et plus précisément à Paris. L’adresse n’a pas encore été fixée par les propriétaires du Palais. Une chose est sûre, ils espèrent connaître le même succès qu’à Molenbeek.

Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022