Ouvert depuis le 20 août 2015, Le Palais de Balkis attire le regard des passants et des curieux : style épuré et minimaliste, carrelages d’un blanc immaculé, grande luminosité, mobilier en bois. L’odeur du bois se fait d’ailleurs sentir dès l’entrée, preuve que le lieu est tout récent. L’installation des escaliers n’est pas achevée. L’endroit fait penser aux plus chics boudoirs hipsters du Marais parisien.

Changer les habitudes alimentaires

Aux origines du concept, un idéal : celui de manger mieux et de se souscrire à une alimentation plus saine. Ici, tout est bio ou pensé bio : des huiles d’olives aux pots de miel proposés en épicerie fine jusqu’à la charcuterie artisanale 100% bio en vitrine en passant par le mobilier recyclé à partir de palettes de bois. Imaginer et concevoir un espace bio dans la deuxième commune la plus pauvre de Belgique, l’idée peut paraître saugrenue. « Il faut changer les habitudes alimentaires des Molenbeekois ! », lance une serveuse du Palais.

Le pari de la charcuterie halal bio home made a émergé dans l’esprit de Fayçal Mrad Dali, un vétérinaire et charcutier belge, marié à une Espagnole. Le projet prend forme sur les terres de sa compagne. La fabrication de jambons et de saucissons jouit du climat favorable des montagnes andalouses. La qualité des produits prime.

photo2

Dans l’esprit visionnaire des concepteurs, le halal ne se résume pas au mode d’abattage religieux de la bête mais plus globalement à une façon de consommer plus saine. C’est pourquoi ils s’appliquent à produire de la charcuterie fine, traditionnelle, écologique, bio et halal. Un employé explique : « Le concept du bio s’apparente à la religion car il est dit dans l’islam qu’il faut manger sainement ».

Première charcuterie halal et bio du pays

Difficile de trouver une viande halal de bonne qualité, à Molenbeek comme ailleurs. Le numéro 163 de la chaussée de Gand s’est rapidement fait un petit nom et le concept a trouvé ses adeptes. L’on vient de toute la Belgique et même de France, d’Allemagne et des Pays-Bas pour déguster une part de quiche veggie ou encore un saucisson à l’ail. Les avis des internautes sur Yelp et autre Tripadvisor sont dithyrambiques : « Nourriture fraîche, de qualité, saisonnale, bio (…) à essayer de toute urgence ! ». Les gourmets viennent surtout chercher de la charcuterie traditionnelle à base de viande ovine et bovine préparés avec des animaux élevés en plein air.

photo3

Les clients sont aussi des Molenbeekois, comme ces Marocains rencontrés lors notre venue, qui dégustaient un verre de thé à la menthe. L’une des employées regrette toutefois que la plupart des habitants de confession musulmane de Molenbeek ne soient pas assez sensibilisés au bio et regardants sur la qualité du produit.

Bientôt à Paris

Apprécié par les palais des fins gourmets, l’endroit a également été reconnu et primé par les professionnels, lors du salon de la charcuterie d’Abu Dhabi, où Le Palais de Baklis a reçu le premier prix.

L’espace se veut aussi et surtout lieu de rencontres entre différentes communautés. Des ateliers de lecture sont proposés certains soirs, ouverts à tout public. Le concept va s’exporter prochainement en France, et plus précisément à Paris. L’adresse n’a pas encore été fixée par les propriétaires du Palais. Une chose est sûre, ils espèrent connaître le même succès qu’à Molenbeek.

Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022