Rue de l’Inde dans le quartier Lafayette, celui des vieilles familles tunisoises. La file d’attente est si longue qu’elle continue à l’angle de la rue. Des klaxons rythment cette journée historique, les Tunisois ne cachent pas leur joie : « Vive la Tunisie !» lance un homme dans ma direction. Beaucoup d’autres disent : « Aujourd’hui, c’est comme si on célébrait un mariage ! »

Une jeune tunisienne confie penser «  à (son) grand-père. S’il était encore là, il serait venu voter en pensant : Ben Ali kalb ! » Je me rends dans un second bureau de vote situé dans un quartier populaire, Bab Souika, à deux pas de la Kasbah. A l’intérieur, les files d’attente se multiplient. Néanmoins je remarque que les gens patientent calmement, malgré la chaleur et l’absence d’ombre.  Il y a des personnes de tout âge. Certains attendent même depuis 6 heures du matin sur le trottoir.

Une dame très âgée assise dans la cour semble un peu perdue.  Elle est en train de parler à une journaliste et lui dit : « Je ne sais pas pour qui voter. Pouvez-vous m’aider ?» Un peu plus loin, un groupe de jeunes a fait son choix d’après le logo inscrit sur un tract. D’autres personnes, indécises jusqu’au dernier moment, sont abordées par des militants de partis politiques qui les incitent à voter pour eux.

Je demande à deux enfants qui jouent près de moi, « savez-vous ce qu’il se passe aujourd’hui ? – Les élections », répond le plus âgé. Il ajoute machinalement : « Ennahdha » puis retourne près de ses parents sans que je n’aie le temps de lui demander ce qu’il voulait dire.

Certains sont venus seuls et d’autres en famille : « Chacun de nous va voter comme il le souhaite. C’est déjà la démocratie chez nous ! Moi je vote pour Takkatoul. Et même si Ennhadha l’emporte, je l’accepterais. Parce qu’on est en démocratie. »

Nombreux sont les Tunisois qui ont fait le déplacement pour aller voter. Et bien que l’indécision persiste jusque dans l’isoloir, il y a une certitude dans les esprits, le sentiment commun de vivre un jour historique.

Rafika Benmerdel

Voir tous nos articles sur les élections en Tunisie :

http://yahoo.bondyblog.fr/201110222026/%c2%ab-je-vais-voter-ennahda-le-pays-a-besoin-de-retrouver-des-valeurs-%c2%bb/

http://yahoo.bondyblog.fr/201110230213/elections-tunisiennes-jai-vote/

http://yahoo.bondyblog.fr/201110231227/%c2%abcette-election-c%e2%80%99est-une-simple-histoire-de-bouffe-%c2%bb/

http://yahoo.bondyblog.fr/201110231649/%c2%ables-partis-religieux-devraient-etre-interdits-%c2%bb/

http://yahoo.bondyblog.fr/201110231900/il-etait-une-fois-la-revolution/

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022