Lors d’une précédente interview, nous avions évoqué avec François Durpaire l’incroyable ascension du sénateur de l’Illinois à l’occasion de la sortie de son livre « L’Amérique de Barack Obama », aux éditions Démopolis. Le candidat noir de 46 ans, d’origine kényane, apparaît aujourd’hui comme l’un des favoris pour représenter le camp démocrate à la prochaine présidentielle américaine. Soutenu par des célébrités telles qu’Oprah Winfrey, George Clooney ou Oliver Stone, le « nouveau Kennedy » est bien parti pour faire la course en tête des primaires. Trois questions à François Durpaire, spécialiste de l’histoire des Etats-Unis.

Comment expliquer cette victoire de Barack Obama face à Hillary Clinton ?

Il y a trois raisons principales. La première, c’est que l’opposition entre Obama et Clinton est très tranchée. Obama représente le changement et Clinton l’expérience. Or, si on prend les causes qui ont poussé les habitants de l’Iowa à se déplacer pour la primaire de cette nuit, 51% l’ont fait pour voir du changement et seulement 20% ont privilégié l’expérience dans leur vote. Deuxième raison, Obama est placé sous le signe de la réconciliation, ce que, en France, on appelle l’ouverture, et il a donc le soutien des électeurs indépendants (ni démocrates, ni républicains). Enfin, il y a un phénomène générationnel, Obama arrive dans les intentions de vote à 57% chez les moins de 25 ans alors qu’Hillary Clinton n’est même pas classée auprès de cette catégorie d’âge.

Cette victoire fait-elle de lui le favori du camp démocrate ?

Jusque là, Obama était considéré comme le candidat populaire et sympathique et Clinton comme la candidate sérieuse qui avait le plus de chances de l’emporter face aux républicains.  Or, cette nuit, l’Iowa a fait d’Obama un candidat crédible. Aux États-Unis c’est un véritable séisme politique. La plupart des gens préféraient Obama mais n’osaient pas y croire. De plus, ce n’est pas un feu de paille car le candidat noir a une base électorale solide et la capacité financière pour tenir jusqu’au bout. S’il l’emporte mardi prochain dans le New Hampshire, Hillary Clinton aura de très grandes difficultés à revenir.

S’il gagne face à elle, pensez-vous réellement qu’Obama, jeune sénateur noir, fils d’immigrant africain, peut être le prochain président des États-Unis ?

Le fait qu’il soit noir ne compte pas autant que ça aux États-Unis. Il ne faut pas oublier qu’Obama a été élu en 2004 sénateur de l’Illinois grâce aux voix blanches. L’Iowa où il a gagné cette nuit est composé à 93% de blancs, un tiers de l’électorat de l’Iowa a plus de 65 ans. C’est donc un État blanc qui cette nuit a investi le candidat Obama. A la question « l’Amérique pourra-t-elle élire un président noir ? », la réponse a déjà été donnée cette nuit. Il ne faut pas oublier que le candidat démocrate, quel qu’il soit, sera le grand favori de la prochaine présidentielle de 2008.

Propos recueillis par Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022