Lundi après-midi, Ihab et ses compères viraient du côté de la White House elle-même pour shooter. Le ciel était bleu, ensoleillé. La Maison Blanche se dessinait parfaitement au loin. « C’est vraiment blanc ! C’est le blanc du tipex ! », se permet de remarquer Flex. Le lendemain, les rappeurs courneuviens fouleront de leurs godasses le sol de cette maison couleur tipex.

« Ha ha ! De La Courneuve à la Maison Blanche ! » chante Houssam sur le trottoir blanc immaculé. C’est le rêve américain qu’ils tiennent aux creux de leurs mains. C’est la concrétisation de ce projet « dingue » auquel avait pensé l’artiste américain Monte Laster quand Obama avait été élu. Quand des gamins lui avaient demandé de les emmener dans son pays pour voir Chief Barack. Et là, nous y sommes. Monte Laster peut bomber le torse et les rappeurs peuvent faire péter leurs flashs.

Mardi matin, rendez-vous à 9 heures. Jusqu’à la dernière minute, il n’y a pas eu plus d’infos que ça sur cette visite. Verra-t-on Barack ? Dayas : « Si je le vois, je sais pas quoi dire. » Dernières paroles avant de poser le pied dans le saint des saints du « world ». On entre donc. A vue d’œil, les flics alentours sont un plus nombreux que la population du village kényan du papy d’Obama. Des photos du couple Obama à côté de celles d’Eisenhower. Une de Michelle jouant au cerceau dans le jardin avec une autre de Jackie Kennedy en tailleur rose et la tête inclinée. C’est une policière qui nous fait faire la visite. On a droit à une boutade sur le plus « fat » (gros) des présidents.

A un moment de la visite, un hélicoptère se pose devant nos yeux, nous derrière une fenêtre, lui dans le jardin avec les pales qui tournent toujours plus vite. « Ça, ça veut dire que le président compte prendre l’hélicoptère et partir. » Dommage, les cordons de sécurité empêchent Kaiz et sa bande d’ouvrir la fenêtre et de crier à ce pressé d’Obama : « Hey mister Obama, yes we did ! On l’a fait ! Alors viens nous écouter un temps ! On a à te causer sur La Courneuve. » Mais non, ça ne s’est pas passé comme ça.  « Le rencontrer ça aurait été bien mais ça aurait été trop. C’est déjà assez féérique comme ça. »

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022