[BONDYBLOG-US] Samedi 5 novembre, Hillary Clinton s’est rendue en Floride pour un meeting de quelques minutes. A quelques heures de l’élection, elle multiplie les interventions dans les états clés. Reportage.

A sa voix qui s’élève sous la pluie qui tombe sur Pembroke Pines, on devine que nous sommes dans les derniers jours de la campagne. Hillary Clinton a la voix éraillée à force de harangues devant les foules de sympathisants. Donald Trump quant à lui, tient meeting à Tampa, à 320 kilomètres de Pembroke Pines. Les deux candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille en Floride, un état clé. Il vaut 29 grands électeurs et obéit à la règle du « winner takes it all » : le candidat qui obtiendra le plus de voix remportera la totalité des grands électeurs. Les derniers sondages donnent la candidate démocrate gagnante à 46,6% des voix mais rien n’est gagné, surtout en Floride où les scrutins sont toujours serrés. En 2012, Obama a fait la différence grâce à seulement 74 000 voix.

Alors, à Pembroke Pines, Hillary Clinton est venue, pour quelques minutes, rappeler une nouvelle fois son parcours et rassuer qu’elle serait « une présidente pour tous ».  Le meeting de Pembroke Pines n’a été annoncé que la veille au soir mais les supporters sont là. « Qu’il fasse beau ou qu’il pleuve vous êtes prêts », leur lance-t-elle. Dans la foule composée de jeunes, de personnes âgées, de Noirs, de Blancs, d’Hispaniques, certains sont là depuis plusieurs heures.

« Je ferai toujours ce que je peux pour Hillary Clinton »

Mais l’attente et la météo n’ont pas entamé l’enthousiasme de Zoraida Rivera, la soixantaine. Elle ne dissimule pas son admiration pour la candidate démocrate. « Cette femme qui s’appelle Hillary Rodham Clinton, c’est une étoile, dit-elle pleine d’admiration. Je la suis depuis l’université, elle a beaucoup fait pour les gens, les enfants et le pays. Elle est admirée partout dans le monde. L’autre parti fait une campagne extrêmement violente contre elle mais on n’y prête pas attention, c’est leur problème. Une fois élue, elle va tout améliorer car elle est très intelligente par rapport à l’autre candidat dont je ne veux pas prononcer le nom et qui n’a pas une once d’honnêteté en lui. Je fais tout ce que je peux et je ferai toujours tout ce que je peux pour Hillary Clinton ».

De leur côté, Suzie et Steeve sont venus en voisins. La cinquantaine tous deux, ils appartiennent à la classe moyenne. Ils habitent à un quart d’heure de là, ils ont déjà voté mais ils sont là pour encourager la candidate. Suzie vote toujours pour le parti démocrate, Steeve, lui, est plus tempéré. « Je ne vote pas systématiquement pour les démocrates mais seulement pour le meilleur candidat. Et dans cette élection, Hillary Clinton est la plus rationnelle, la plus normale, elle est celle qui a le plus d’expérience ». « Elle veut aider les familles et surtout, elle ne dénigre pas les gens », ajoute Suzie. Tous deux font peu cas de l’utilisation d’une messagerie non sécurisée par Hillary Clinton alors qu’elle était secrétaire d’état. « Elle s’est excusée, elle n’a fait de mal à personne avec cette histoire, alors quel est le problème? » Ce qu’ils attendent d’elle? « Qu’elle rassemble les Américains ».

Poursuivre la politique d’Obama

Alors qu’une énorme averse vient mettre un terme à l’intervention d’Hillary Clinton et qu’une légère pluie lui a succédé, Maeva, 34 ans, se dépêche de rejoindre sa voiture. C’est la première fois qu’elle participe à un meeting d’Hillary Clinton, « les autres fois, je n’ai pas pu y aller parce que je travaillais. Je suis contente d’être venue, je n’habite qu’à 5 minutes d’ici ». Est-ce qu’elle a pu apprécier le meeting malgré la pluie ? « Oh yes Ma’ame », répond-elle. Drapeau des Etats-Unis sur les épaules, elle est fière de déclarer : » Vous avez vu, on est encore plein d’espoir ici et nous l’avons montré, tout le monde est resté malgré la pluie, même les gens qui sont venus avec des enfants ». Elle a choisi Hillary Clinton car elle « croit en elle pour poursuivre la politique d’Obama. Je suis satisfaite de lui mais il n’a pas pu faire tout ce qu’il voulait car il n’avait pas la majorité au Congrès. J’espère qu’Hillary, elle, aura les moyens de faire ce qu’elle souhaite ». Même son de cloche du côté d’un autre sympathisant démocrate, Sharon Mickael. « Je la suis depuis trente ans, je sais ce qu’elle a essayé de faire en sorte de créer une couverture sociale pour les Américains quand elle était Première dame. Alors, je suis sûre qu’elle saura être l’héritière de Barack Obama. »

A Pembroke Pines, les supporters d’Hillary Clinton n’ont aucun doute sur l’identité de leur futur président. Enfin présidente. Tous insistent sur son parcours, son expérience, son action auprès des femmes, des enfants… Autant d’arguments qu’Hillary Clinton martèle et ne cessera pas de rappeler durant les prochaines heures qui nous séparent du scrutin.

Latifa OUILKHOUIR ( Pembroke Pines, Floride)

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022