Un slip, deux caleçons rideau, une paire de claquettes et un jogging noir. Très important, la couleur, comme ça, tout le monde croit qu’il est propre même après deux semaines à le porter. Le tout dans un sac plastique bleu avec mon passeport vert, et hop ! Direction l’Algérie ! Quand je vais au bled, c’est à la bondynoise, dans l’esprit d’un laisser-aller total. C’est les vacances après tout, on oublie tout stress, comme le fait de changer de chaussettes tous les jours ou de se brosser les dents. Bon. Il y a quoi à faire au bled ?

Ça dépend de votre tempérament. Si vous êtes bouddha ou sa réincarnation, vous pouvez toujours rester au village, à méditer toute la journée le cul pacsé avec une pierre sans autre occupation que jeter des cailloux devant soi, sous un soleil de plomb, pendant que les cousins vous racontent les derniers ragots. Ah ! Ça, j’ai donné dans ma jeunesse, au douar du paternel. Un village qui n’a l’eau courante que quand celui qui la porte préfère le sprint à la marche au retour de la fontaine.

Malgré tout, un village en Algérie, c’est beaucoup plus vivant que nos vieux patelins hexagonaux. Malgré l’exode massif de ses fils, tous les immigrés reviennent un jour investir au village, même si leurs enfants sont aujourd’hui français, canadien ou américains. Comme dirait Pagnol dans « Jean de Florette », « à quoi sert la réussite en dehors du village, si on ne peut pas s’en réjouir avec les amis d’enfance, ou la savourer dans le regard envieux du voisin ? » Comme c’est souvent les plus pauvres qui sont partis, je comprends qu’ils aient envie de flamber un peu. Par contre, leurs gosses gâtés pourris, dont je fais partie, devraient arrêter de se prendre pour des princesses devant leurs compatriotes bledards. La banlieue et son quotidien pas toujours rose, c’est qu’à deux heures d’avion.

L’Algérie m’appelle chaque année, avec l’insistance d’une mère qui n’aurait la garde de son gamin que durant l’été. Même si, après des vacances à crapahuter dans le djebel en claquettes, j’ai le chikungunya aux pieds et que les diarrhées d’été me forcent parfois à coucher aux chiottes. A ce sujet, évitez l’espadon à la crème, qu’on sert dans les petites gargotes aux bords des routes. La dernière fois, c’est sorti comme c’est rentré, et j’ai dû faire caca 40 fois.

Dieu merci, le bled ce n’est pas seulement des villages à la Sergio Leone. Si vous allez en Algérie, je vous conseille une destination : Bejaia, ville côtière de petite Kabylie. La nature sauvage de ses côtes, n’a pas encore cédé devant la folie des hommes et des entrepreneurs. De part et d’autre de la cité des Hammadides, 200 km de riants rivages à couper le souffle. Des vallées verdoyantes, des lagons, des plages entre mers, montagnes, et forets, où des singes magots peu farouches viennent vous accueillir à la sortie du bain. La côte entre Bejaia et Jijel est à couper le souffle d’un cycliste.

Dans la ville, on parle aussi aisément le français que le kabyle ou l’arabe. Les femmes voilés côtoient les débardeurs et les mini jupes (enfin mini, on voit les mollets) et vous pouvez même allez leur parler sans manger un coup de fourche sur la tête. Seul point noir : l’urbanisme et le code de la route, c’est de la science fiction en Algérie. Allez, venez ! Y a pas que le Maroc, la Tunisie, le riz et les pâtes dans la vie. Comment ? Al-Qaïda ? Ah ouais quand même….

Idir Hocini

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022