C’est l’histoire de David contre Goliath version Wall Street. Lundi 25 janvier, l’entreprise américaine GameStop, spécialisée dans la vente de jeux vidéo en physique et notamment propriétaire de la chaîne de magasins française Micromania-Zing, a vu le cours de son action en bourse bondir. À son origine, un affrontement qui oppose d’importants fonds d’investissements à un groupe d’apprentis boursicoteurs coalisés et utilisateurs du réseau social Reddit.

Tout commence lorsque de grands investisseurs institutionnels décident de profiter des difficultés économiques de GameStop en pariant sur l’effondrement du cours de son action. Ils ont alors recours à une méthode connue des spéculateurs professionnels, beaucoup moins des boursicoteurs amateurs : la vente à découvert.

Les internautes de Reddit au secours d’une entreprise de vente de jeux-vidéos en difficulté

Le principe est simple. Le fonds d’investissement emprunte des actions auprès d’un tiers, qu’il vend dans la foulée à un prix élevé. Il attend ensuite que le cours de l’action baisse pour racheter moins cher les actions qu’il a empruntées et les rendre, réalisant ainsi un profit. La vente à découvert (ou shortselling) est une manœuvre risquée, qui porte ses fruits uniquement si l’entreprise contre laquelle le fonds d’investissement a parié voit le cours de son action s’effondrer.

Tous les indicateurs semblaient effectivement pointer vers la baisse du cours de l’action GameStop tant l’entreprise américaine est mal en point et peine à faire face à la concurrence des sites de vente de jeux vidéo en ligne.

C’était sans compter sur les utilisateurs du forum Reddit « WallStreetBets » (les paris de Wall Street), qui se sont coordonnés pour acheter au même moment les actions Game Stop et faire ainsi grimper le cours de la société en Bourse.

En quelques heures, l’action a atteint des sommets, passant de 40 à 400 dollars. Voyant le prix de l’action grimper et craignant qu’il ne s’envole davantage, les fonds d’investissement se sont résignés à racheter les actions qu’ils avaient vendues à découvert, accusant d’énormes pertes.

Melvin Capital, l’un d’entre eux, a annoncé une perte d’environ 3, 75 milliards de dollars, et a appelé d’autres fonds à son secours. Ainsi vont les choses à Wall Street, la richesse des uns fait la faillite des autres.

La victoire des traders amateurs sur Wall Street ?

Dans les messages qui ont été publiés sur le forum WallStreetBets , on peut lire assez clairement les intentions de ces traders amateurs : faire d’une pierre deux coups. D’abord, s’enrichir en misant sur la hausse de l’action GameStop. Certains affichaient sur le forum des gains très importants, atteignant quelquefois plusieurs millions de dollars.

Ensuite, donner la leçon aux cadors de Wall Street prêts à prospérer sur la faillite d’une entreprise qui a beaucoup compté pour cette génération d’enfants geeks, écumant des après-midi entiers les rayons des magasins GameStop à la recherche des derniers jeux sortis. En témoigne une des publications les plus consultées sur le forum : « ce n’est pas une question d’argent, il s’agit d’envoyer un message ».

Ce profond ressentiment à l’égard de Wall Street, beaucoup d’Américains le nourrissent depuis bien longtemps. Les traders amateurs ne s’en sont fait que l’écho. Olivier Godechot, directeur de recherche au CNRS, explique : « Le divorce économique et social entre le secteur de la finance et l’économie réelle, entre Wall Street et Main Street, autrement dit entre le secteur de la finance et l’économie réelle, s’est accru considérablement au cours des vingt-cinq dernières années. Les rémunérations dans la finance se sont envolées, les salariés les plus riches s’enferment dans un entre soi tandis que le reste de la population cumule les difficultés et est en proie à des phénomènes de relégation sociale et spatiale ».

Le mouvement Occupy Wall Street a été l’une des premières manifestations de cette colère, lorsqu’en 2011 des milliers de New-yorkais avaient occupé symboliquement la première place financière au monde afin de protester contre les dérives du capitalisme financier.

Que des petits porteurs, motivés par un attachement affectif pour une entreprise, parviennent à faire échouer les plans des grands fonds, c’est tout à fait nouveau. 

Avec l’affaire Game Stop, la protestation contre les inégalités grimpantes dans la société américaine prend un nouveau visage, celui du trader amateur qui s’attaque directement au portefeuille des plus importants fonds d’investissements. Olivier Godechot poursuit : «  Voir des fonds se mener la vie dure entre eux, prendre des positions les uns contre les autres, c’est habituel à Wall Street. En revanche, que des petits porteurs, motivés par un attachement affectif pour une entreprise, parviennent à faire échouer les plans des grands fonds, c’est tout à fait nouveau ».

Et si l’épisode GameStop avait inauguré une pratique nouvelle, celle de petits traders coalisés, bons connaisseurs des mécanismes financiers grâce aux astuces glanées sur des forums de conseils boursiers, et prêts à défier les géants de Wall Street ? À tout le moins, il ne paraît plus improbable de voir se constituer des clubs d’investissement citoyen, soucieux d’aider des entreprises en difficulté, et dont les arbitrages s’appuieraient sur une rationalité teintée d’affection et d’attachement pour des sociétés qui ont marqué leur enfance.

Cette affaire peut créer un précédent et il sera intéressant d’en suivre les développements futurs. 

Pour Thibault Laurentjoye, doctorant à l’EHESS, il ne faut pas s’y tromper, « le véritable enjeu de l’affaire GameStop, si elle est vraiment une révolte des petits boursicoteurs, c’est qu’elle donne des idées à tout un tas de gens qui s’opposent aux méthodes des financiers de Wall Street et qui se seraient aperçus que collectivement, ils peuvent peser sur le cours des choses ». Avant de conclure : « cette affaire peut créer un précédent et il sera intéressant d’en suivre les développements futurs ».

Les boursicoteurs de Reddit n’ont d’ailleurs pas attendu les déclarations prophétiques de M. Laurentjoye pour tenter un nouveau coup en Bourse, ciblant cette fois les cours de l’argent. En quelques heures, ils sont parvenus à doper le prix du métal précieux, pourtant réputé stable, qui a atteint son plus haut niveau depuis huit ans.

Wall Street toujours gagnant

Seul point noir au tableau, et pas des moindres : RobinHood, l’application gratuite de trading utilisée par les boursicoteurs pour acheter des actions GameStop, a suspendu temporairement les transactions sur le titre, avant d’être suivie par d’autres applications du même type, empêchant les membres de la communauté Reddit de faire grimper encore davantage le cours.

L’effet fut immédiat : le prix de l’action a de nouveau plongé, se maintenant malgré tout à des niveaux très supérieurs à ses standards. Nombreux étaient les commentaires sur le forum WallStreetBets qui pestaient contre cette manœuvre qualifiée de déloyale. L’application de trading destinée aux particuliers se défend d’avoir agi seule, afin de limiter le volume des transactions et restaurer l’équilibre entre l’offre et la demande.

La décision de RobinHood de bloquer l’accès des petits porteurs à leur portefeuille d’actions a été largement condamnée par la classe politique américaine, à gauche comme à droite. La représentante démocrate de New York Alexandria Ocasio-Cortez a rapidement réagi sur son compte Twitter, amusée de « voir les gens de Wall Street qui ont longtemps traité notre économie comme un casino se plaindre qu’un forum de discussion traite aussi le marché comme un casino ».

On dit que l’on a confiance en la capacité des marchés à s’autoréguler, mais quand les choses sont hors de contrôle, on les ferme et on les censure.

Les membres du Congrès américain reprochent aux cadors de Wall Street de réclamer une surveillance des marchés uniquement quand les grands fonds d’investissements sont en déroute et de bien se garder d’en appeler aux autorités de régulation lorsque ces derniers empochent des milliards sur les dos d’entreprises moribondes.

Il faut être honnête ; il reste encore de nombreux marchés ou actifs auxquels l’accès vous sera refusé si vous ne correspondez pas au profil d’investisseur

Laurentjoye commente : « il y a quelque chose d’ironique dans le fait de fermer l’accès aux marchés. On dit que l’on a confiance en la capacité des marchés à s’autoréguler, mais quand les choses sont hors de contrôle, on les ferme et on les censure ». Avant d’ajouter : « Avec des applications gratuites de trading comme RobinHood, on assiste à une démocratisation et à une ouverture des marchés financiers au grand public. Mais il faut être honnête ; il reste encore de nombreux marchés ou actifs auxquels l’accès vous sera refusé si vous ne correspondez pas au profil d’investisseur qui dispose d’habilitations et surtout de ressources très importantes ».

Au bout du compte, les boursicoteurs amateurs de Reddit n’auront pas célébré bien longtemps leur victoire sur les puissants de Wall Street. Olivier Godechot tire pour nous les conséquences de cette affaire rocambolesque, sur laquelle planche déjà Netflix pour en faire une adaptation filmique : « l’épisode GameStop restera comme un fait d’armes des petits porteurs qui sont parvenus à montrer que le pouvoir du nombre peut l’emporter sur le pouvoir des grands fonds. Pour les fonds, c’est un coup de semonce qui les oblige à prendre en compte de nouveaux acteurs du jeu boursier ».

Yunnes Abzouz

Articles liés

  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021
  • 10 ans après la chute de Ben Ali, les souvenirs de la jeunesse franco-tunisienne

    Il y a 10 ans, jour pour jour, la fuite du Raïs Ben Ali mettait fin à 23 ans de dictature en Tunisie. Pour l’anniversaire de la révolution, Samia Hanachi s’est entretenue avec trois jeunes françaises d’origine tunisienne qui avaient 23 ans, 15 ans et 9 ans au moment de la révolution tunisienne, et qui ont vécu ce tournant historique depuis la France. Comment perçoivent-elles aujourd’hui l’évolution de leur pays d’origine ? Témoignages.

    Par Samia Hanachi
    Le 14/01/2021