Nous prenons un vol interne pour Srinagar, la capitale du Cachemire. Toute notre arrivée est organisée par Bashir. On nous récupère pour nous emmener dans les houseboats qu’il possède. Ce sont des bateaux-maisons que possédaient les Anglais à l’époque de la colonisation. Ils sont devenus incontournables comme endroit où séjourner. Deux autres amies doivent nous y rejoindre. Notre houseboat n’est pas très luxueux, mais est charmant avec son petit salon à l’anglaise et ses petites chambres. Accueillies chaleureusement par Gulam, le frère de Bashir, nous sommes ravies de ce petit coin de tranquillité. Le soleil est au rendez-vous, il fait chaud, le temps y est sec, c’est parfait.

La différence entre Delhi et Srinagar est frappante. Nous passons de l’agitation au calme de cette ville. Nos visites des différents jardins Moghols sont des véritables moments de détente. Ce sont des jardins dont les fleurs aux multiples couleurs ravissent la vue. Comme cette fleur rouge, douce comme du coton. En ville, les gens sont accueillants et nous aident quand nous avons besoin de trouver un endroit. La ville entoure le lac Dal où nous faisons une balade en shikara (sorte de petite barque) le deuxième jour de notre arrivée. Une promenade de deux heures et demie qui nous mène vers les fleurs de lotus embaumantes. Au matin elles s’éveillent et déploient leurs pétales jaunes, roses ou blanches. Dans les jours qui suivent, nous nous habituons à prendre le bus populaire qui nous fait traverser la ville. Très bon marché et sans arnaque, le prix est le même pour tous : 8 roupies, soit 12 centimes d’euros par trajet.

Il y a un contraste entre le centre ville « Dal Gate » et la vieille ville. Le premier est parcouru de magasins en tout genre modernes et traditionnels, tandis qu’au second nous pouvons admirer les maisons anciennes. Certaines tombent même en ruines. Les mosquées aussi sont anciennes. Leur décoration est mêlée à l’art perse. Notamment la grande mosquée appelée « Jama masjid » dont les nombreuses colonnes sont en bois.

Notre programme de la semaine est chargé. Nous allons visiter tous les monuments de la ville comme Pari Mahal, ruine d’un palais qui jonche une colline. Ou bien encore Rozabal dont la légende dit que le toombeau du Christ. s’y trouve. Nous allons aussi faire une randonnée dans la ville de Sonamarg réputée pour sa belle vue. Notre séjour se terminera par un mariage indien avant de nous envoler pour Paris. C’est la nièce de Bashir qui célébrera ses noces. Nous avons hâte d’y assister, mais en attendant nous suivons notre programme qui promet…

Chahira Bakhtaoui

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022