Nous prenons un vol interne pour Srinagar, la capitale du Cachemire. Toute notre arrivée est organisée par Bashir. On nous récupère pour nous emmener dans les houseboats qu’il possède. Ce sont des bateaux-maisons que possédaient les Anglais à l’époque de la colonisation. Ils sont devenus incontournables comme endroit où séjourner. Deux autres amies doivent nous y rejoindre. Notre houseboat n’est pas très luxueux, mais est charmant avec son petit salon à l’anglaise et ses petites chambres. Accueillies chaleureusement par Gulam, le frère de Bashir, nous sommes ravies de ce petit coin de tranquillité. Le soleil est au rendez-vous, il fait chaud, le temps y est sec, c’est parfait.

La différence entre Delhi et Srinagar est frappante. Nous passons de l’agitation au calme de cette ville. Nos visites des différents jardins Moghols sont des véritables moments de détente. Ce sont des jardins dont les fleurs aux multiples couleurs ravissent la vue. Comme cette fleur rouge, douce comme du coton. En ville, les gens sont accueillants et nous aident quand nous avons besoin de trouver un endroit. La ville entoure le lac Dal où nous faisons une balade en shikara (sorte de petite barque) le deuxième jour de notre arrivée. Une promenade de deux heures et demie qui nous mène vers les fleurs de lotus embaumantes. Au matin elles s’éveillent et déploient leurs pétales jaunes, roses ou blanches. Dans les jours qui suivent, nous nous habituons à prendre le bus populaire qui nous fait traverser la ville. Très bon marché et sans arnaque, le prix est le même pour tous : 8 roupies, soit 12 centimes d’euros par trajet.

Il y a un contraste entre le centre ville « Dal Gate » et la vieille ville. Le premier est parcouru de magasins en tout genre modernes et traditionnels, tandis qu’au second nous pouvons admirer les maisons anciennes. Certaines tombent même en ruines. Les mosquées aussi sont anciennes. Leur décoration est mêlée à l’art perse. Notamment la grande mosquée appelée « Jama masjid » dont les nombreuses colonnes sont en bois.

Notre programme de la semaine est chargé. Nous allons visiter tous les monuments de la ville comme Pari Mahal, ruine d’un palais qui jonche une colline. Ou bien encore Rozabal dont la légende dit que le toombeau du Christ. s’y trouve. Nous allons aussi faire une randonnée dans la ville de Sonamarg réputée pour sa belle vue. Notre séjour se terminera par un mariage indien avant de nous envoler pour Paris. C’est la nièce de Bashir qui célébrera ses noces. Nous avons hâte d’y assister, mais en attendant nous suivons notre programme qui promet…

Chahira Bakhtaoui

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022