Sunny et Vandu sont nos nouveaux hôtes. Ils nous accueillent chaleureusement dans leur petite maison d’Ajmer, le temps d’un week-end. Nos premiers échanges sont autour de la culture et de nos religions respectives. Ils sont de religion Jaïn, une croyance polythéiste. Pour eux, les animaux sont sacrés, ils sont donc végétariens. Ils nous expliquent aussi qu’il y a certains végétaux qu’ils n’ont pas le droit de manger comme l’oignon. Mais ils ne se considèrent pas comme 100 % pratiquants, ils mangent donc tous les légumes. Ils  nous expliquent aussi que quand ils reçoivent des invités chez eux, c’est comme s’ils recevaient Dieu. Il faut donc prendre bien soin d’eux. Ce que fait ce jeune couple en ce qui nous concerne. Vandu est enceinte et ne doit pas faire trop d’effort. C’est donc Sunny qui nous sert de guide pour notre première journée.

Il nous mène au Monkey Temple. C’est un endroit sacré pour eux où les gens viennent se recueillir… mais aussi se baigner dans un bassin d’eau trouble. L’endroit est peuplé de singes. Quand je demande la raison à Sunny, la réponse semble évidente pour lui « Parce ce que c’est le temple du dieu singe ». Il nous emmène ensuite à une fabrique de tissu où on nous explique tout l’art de sa fabrication. Après une dernière visite, sans lui, au Amber Fort pour voir le spectacle de sons et lumières, nous rentrons. Nous découvrons au soir les talents culinaires de Sunny : pommes de terre et petits pois au menu. Ce qui change du riz qui accompagne toujours viande et légumes en Inde. Malheureusement, ce plat qui a l’air succulent a bien vite fait de me mettre le feu à la gorge. En Inde, pas de plats sans épices ! Des amis à lui sont présents. Ils éclatent de rire en voyant mon visage écarlate où des larmes sont en train de couler. Le reste de la soirée se passe devant la télé, nous laissant peu de place à l’échange. Le lendemain nous quittons le couple et terminons nos visites de la ville. Nous prenons le car en soirée pour Ajmer, notre prochaine étape.

A Ajmer, Syed Salman nous accueille dans la maison de la dargha. Sorte de pension qui accueille les voyageurs du monde entier, en quête de spiritualité. Syed Salman est musulman de courant soufi. Une sorte de voie intérieure mystique et ascétique de l’islam. Ajmer est un peu le lieu de pèlerinage des soufis en Inde. Et nous arrivons en pleine période de rassemblement. La ville est petite, bruyante, noire de monde. Un mini Delhi concentré ! Les visages sont rivés sur nous, petites étrangères venues de l’Occident. Nous arrivons tard. On nous présente notre chambre. Un simple quatre murs avec trois couchages au sol et une salle de bain vétuste. Les draps ne semblent pas propres mais nous avons nos sacs de couchage. On nous apporte le dîner. Un plat assez simple composé d’aubergines, oignons et lentilles, très pimenté. Fatima et Assya ont rendu leur repas durant la nuit.

Après cette nuit agitée, le lendemain nous nous rendons à Pushkar, une ville voisine. Ici c’est le lieu de pèlerinage des bouddhistes. Pas de rassemblement, la ville est paisible. On nous initie à une cérémonie bouddhiste. On nous assure que nous n’aurons rien à payer…Par curiosité nous nous laissons guider par des sortes de moines. Nous sommes assises chacune sur une marche des escaliers au pied desquels se trouve un bassin d’eau sacré. En face de nous un homme qui nous demande de répéter des incantations après lui. Quand je décide d’arrêter, le « moine » me demande de payer les offrandes : des épices entreposés sur un plateau avec des fleurs et une noix de coco. Je refuse net, d’autant que je n’ai rien demandé ! Nous finirons par goûter à la douce quiétude de cet endroit avant de retourner dans le Ajmer agité. Ce n’est que le lendemain que nous discutons avec Syed Salman qui nous parle de sa voie soufie. Nous sommes conviées à un autre type de cérémonie. Nous entrons à l’intérieur d’un lieu où se trouve enterré un saint, à côté de la mosquée. On nous jette des fleurs sur la tête et on nous demande de saluer le saint. S’ensuit une discussion intéressante qui sera très vite interrompue. Nous avions décidé de rester un jour de plus, mais trop tard ! Nos billets de train ont été déjà achetés par un de ses employés à qui nous avions remis la somme. Nous devons quitter précipitamment notre hôte pour ne pas rater notre train qui part dans deux heures. Ce n’est pas Pékin Express mais presque ! C’est la course contre la montre pour ranger nos affaires et enfin aller prendre notre train.

Voici donc deux expériences marquantes de CouchSurfing de mon voyage. Elles m’ont permis de découvrir l’Inde de l’intérieur par ses habitants. Après être passées par les villes d’Udaipur, Jodhpur et Jaisalmer, nous retournons à Delhi chez notre première famille. Par un instinct de confiance nous laissons nos sacs à dos chez eux avant de partir à la découverte du joyau de l’Inde à Agra : Le Taj Mahal. Ce tombeau géant ayant des allures de palais a été construit par amour pour l’être aimé perdu. Nous y passons deux nuits avant de retourner chez Bashir. Les superbes images qu’il nous montre à notre arrivée sur sa région nous donnent envie d’y aller. Notre aventure continuera au Cashemire où vit principalement sa famille. Une nouvelle région, de nouvelles découvertes…

Chahira Bakhtaoui

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022