Le président métis (j’y tiens) est enfin à la Maison Blanche. Du jour de sa victoire à celui de son investiture, je pensais à cet instant où il deviendrait le 44e président des Etats-Unis, mais je ne parvenais pas à y croire. Encore une fiction américaine, me disais-je, un avatar de « 24 heures chrono » et de « Weeds ». Hier, j’ai eu peur. Et si un malheur arrivait ! En bonne Africaine, j’envisage toujours le pire et Dieu merci, rien de tel ne s’est produit.

Obama est un symbole. Il reste un homme, bien sûr, mais aujourd’hui, une page est tournée. Et quelle page ! Je crois que je n’ai jamais été aussi fière d’être noire. Bien que je ne sois ni américaine, ni cousine éloignée de nouveau président américain, je suis noire avant tout. Ce qui me touche le plus, c’est que Barack Obama ne s’appelle pas Mr Smith comme beaucoup de Noirs américains. Il porte un nom africain, chose qui rend ce jour encore plus mémorable. Un fils d’Africain, un Africain, en somme, va siéger à la Maison Blanche. Hier, toute la terre ou presque a vu dans cet homme de couleur (comme on aime dire) un grand homme. Un grand homme qui n’est ni producteur de RN’B ni manager d’une équipe de basket, mais qui est un politique.

Je sais désormais que rien (j’exagère un peu) n’est impossible. Attention, je ne suis pas de ceux qui pensent qu’il va changer le monde, mais sa « simple » élection est une preuve que les choses bougent. Une fois encore, les Etats-Unis donnent le « la ». Les Américains ont cette « touch » incomparable, ce style qui leur donne une longueur d’avance. Dans ce pays où les Noirs se faisaient lyncher il n’y a pas si longtemps, le président, aujourd’hui, est « noir ».

Hier après-midi, j’ai vu sur mon écran télé, un pays qui s’est dépassé et j’ai pensé : à quand cela en France ? Si Barack Obama est un symbole pour toute la population noire du monde, il ne faut pas perdre de vue qu’il est le président des Etats-Unis. N’attendons donc pas de lui qu’il refasse nos routes ou veille au bon développement de nos cités. Et pourtant ! Aussi simpliste que cela puisse paraître, qui dit président des Etats-Unis dit un peu président du monde, non ?

Je n’ai pas versé de larmes devant ma télévision, j’ai écouté et regardé un homme qui témoigne que « c’est possible ». Martin Luther King, Malcolm X, Rosa Parks et tant d’autres ont dû sourire dans leur tombe. On aurait tous voulu qu’ils voient ça. Mais le jour le plus grand, le plus fort, sera celui où les Etats-Unis éliront un Indien d’Amérique à la présidence.

Ndembo Boueya

Ndembo Boueya

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022