Le désintérêt autour de l’élection européenne du 7 juin est le résultat d’un manque de pédagogie et de courage. Ce qui se passe aujourd’hui autour de cette élection est tout simplement affligeant. A trois semaines du vote, c’est le calme plat, pas d’idées, pas de débats, pas de mouvement. Par contre, toutes les écuries préparent leurs chevaux pour la prochaine présidentielle de 2012 ! Il n’y a que cela qui les préoccupe.

Je suis convaincu de la nécessité de l’Europe, dans un monde engagé dans plusieurs mutations : démographique, culturelle, économique et technologique. Notre prisme franco-français est dépassé, caduc, passéiste. L’Europe n’est pas une chance, c’est une nécessité, un passage obligé pour garantir le développement de notre pays et son rayonnement dans le monde. Hélas, ce postulat n’est porté par aucune formation politique. Tout se passe comme si nous avancions avec le frein à main dans cette construction européenne. Les partis politiques n’envisagent pas l’Europe comme un grand projet politique où doivent s’inscrire notre vision du monde, nos idéaux, notre avenir et celui des générations futures. Ils perçoivent ce « bidule » comme un tiroir-caisse pour garantir un revenu à certains cadres ou bien comme un placard doré pour éloigner les trouble-fête.

Les pères fondateurs ont mouillé leur chemise, à la sortie de la guerre, pour ne jamais laisser ce continent sombrer à nouveau dans le désastre des conflits armés. Leurs enfants, nos cadres politiques d’aujourd’hui biberonnés pendant la croissance des trente glorieuses, n’ont pas pris le relais, trop occupés à « gérer » leur petite carrière nationale. Leurs petits enfants, la génération des programmes Erasmus, prend conscience, peu à peu, de l’exigence de mobilité indispensable dans un monde en perpétuel mouvement.

L’Europe appartiendra aux citoyens qui la désirent, qui y croient et qui la construisent. La jeunesse française devrait s’approprier ce projet et en faire une affaire de génération. Pour cela, il faudrait s’engager sérieusement dans une logique pédagogique et extraire le débat sur l’Europe de l’étau du pathos et de l’hystérie collective. Le chemin sera long, mais le jeu en vaut la chandelle.

Nordine Nabili

Articles liés

  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022
  • Ukraine : la fuite des exilés africains à la marge

    Depuis le début de l'attaque de l'armée russe en Ukraine, étudiants étrangers et expatriés de longue date ont pris la route de l'exil, avalés par le basculement de l'invasion russe. Des ressortissants africains ont documenté et témoigné sur les réseaux sociaux de pratiques ségrégationnistes de la part des autorités ukrainiennes, dans un pays qu'ils chérissent pourtant. Témoignages.

    Par Meline Escrihuela
    Le 02/03/2022
  • Malgré le mépris européen, la CAN a bien lieu

    La 33ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2022 a débuté au Cameroun le 9 janvier dernier. Pendant des semaines, la CAN a été sujette à des rumeurs de report ou d’annulation. La FIFA et certains clubs européens ont souhaité jusqu’au bout gâcher la fête du football africain, en invoquant des arguments jugés méprisants voire racistes à l’encontre de l’Afrique. Décryptage.

    Par Mokrane Smaili
    Le 10/01/2022