Ce soir-là, on me propose d’aller dans le quartier des arts pour assister à une expo car quelques amis avaient des invitations. « En tant que bloggueur tu te dois de passer par là ! » Sauf que moi et l’art, ce n’est pas le grand amour. J’y vais quand même avec mes amis. Nous arrivons sur place avec deux heures de retard à cause d’une fille qu’on a essayé de semer (on a pris un taxi et empêché qu’elle monte, mais elle a grimpé dans un autre taxi pour nous suivre, mais là n’est pas du tout le sujet de l’article).

Une fois à destination, l’événement est fini depuis un bon moment. On m’explique alors qu’ici, c’est un quartier de petites ruelles avec plein de galeries. On se fait une petite promenade de nuit devant locaux fermés. Super !

D’un coup, on entend de la musique… d’où vient-elle ? On cherche, on s’approche. Mais que se passe-t-il ?Surprise ! Un petit concert de rap. Incroyable ! Je m’attendais à tout sauf à trouver des rappeurs en Chine. C’est en fait une soirée marketing pour une marque de t-shirt et un groupe de rap met l’ambiance. Il y a là une centaine de personnes, certaines avec le look approprié.

Le groupe The light of Shanghai enchaîne les morceaux. Le public est un mélange d’adeptes du rap et de personnes qui ont l’air de découvrir. Entre deux chansons, le leader du groupe explique les différents symboles qu’on forme avec les doigts pour signifier la west coast, la east coast et tout le tralala… Pour terminer avec le symbole de la Shanghai east coast ! Un moment d’anthologie !

Une petite pause intervient et ensuite, c’est l’heure des battle. Le leader du groupe demande quatre rappeurs dans le public. L’un vient de Hong Kong ! Et deux à deux, ils s’affrontent comme Eminem dans 8 miles ! Je ne comprends quasiment rien aux paroles mais le public réagit aux mises à l’amende. Les vainqueurs sont désignés à l’applaudimètre.

La soirée ne se termine pas tard, sur les coups de 11 heures dans mes souvenirs. En partant de cette petite soirée rap, je savais que j’allais en parler, alors j’ai acheter leur CD pour vous donner un petit aperçu du rap chinois!  Ça rap en anglais, et en chinois… Il y en a même un qui se prend pour Snoop Doggy Dog !  J’espère juste qu’ils fonctionneront de chez vous !

Ayant beaucoup de mal à comprendre les paroles, je fais écouter ces quelques chansons aux personnels de mon auberge. Mais pour eux, c’est beaucoup trop rapide et la compréhension n’est pas évidente non plus. Ils retiennent toutefois qu’un morceau parle d’amour, un autre des jeunes de Shanghai, et que les paroles sont très gentilles dans l’ensemble. Le ton n’est pas encore aussi engagé qu’en France, le rap reste juste musical. Et lorsque je leur demande si on peut y entendre des injures, on me répond : « Non, s’il y avait des injures, les gens n’écouteraient pas! »

Chou Sin

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022